Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 17 Décembre 2017

  •   XINHUA
  • dimanche 22 janvier 2017 15:51

Le Maroc parachève le processus législatif de son retour à l’Union africaine

Le Maroc a parachevé vendredi le processus de son retour à l'Union africaine (UA) après l'adoption à l'unanimité par les deux Chambres du parlement le projet de loi portant approbation de l'acte constitutif de l'UA, signé le 11 juillet 2000 à Lomé, et du protocole additionnel, adopté le 03 février 2003 à Addis-Abeba et le 11 juillet 2003 à Maputo (Mozambique).


Il s'agit là de la dernière étape dans ce processus législatif relatif à l'adoption du projet de loi portant approbation de l'acte constitutif de l'UA, qui avait été adopté lors de la dernière réunion du Conseil de gouvernement puis celle du Conseil des ministres. Ce dernier, présidé par le Roi du Maroc, Mohammed VI, avait adopté mardi 10 janvier à Marrakech (Sud du Maroc) cette loi.

Un communiqué du porte-parole du Palais Royal avait indiqué que l'adoption de cette loi s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la décision royale, annoncée par le Roi dans son discours adressé au 27ème Sommet africain tenu en juillet dernier à Kigali, et relatif à la volonté du Maroc de retrouver sa place naturelle et légitime au sein de sa famille institutionnelle continentale qu'il avait quittée en 1984. Elle intervient aussi suite à la demande officielle présentée par le Royaume en septembre dernier pour adhérer à l'UA.

Pour Talbi Alami le retour à l’UA ouvre une nouvelle ère dans l’histoire du Maroc

Le président du groupe du Rassemblement constitutionnel, Rachid Talbi Alami (ex-président de la 1ère chambre du parlement marocain) a souligné lors de la séance plénière de la Chambre des représentants tenue pour l'adoption de l'Acte constitutif de l'UA, que la dixième législature a été inaugurée par l'adoption d'un texte juridique aux retombées historiques et aux répercussions politiques jetant les fondements d'une nouvelle ère dans l'histoire du Maroc.

"Le Maroc, à travers sa décision de retourner à sa famille institutionnelle continentale, est déterminé à persévérer dans son approche pour le développement global de l'Afrique, la réduction de la pauvreté, la lutte contre la marginalisation et la consécration de la coopération sud-sud, laquelle approche ne peut se concrétiser que de l'intérieur de l'UA", a indiqué M. Alami.

Après la finalisation des textes législatifs relatifs à l'Union africaine, le cap est mis sur Addis-Abeba qui abritera le prochain Sommet de l' UA. Et les préparatifs vont bon train pour assurer la participation d'une très forte délégation marocaine aux différents travaux de ce Sommet.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda »

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"LA TUNISIE DANS LA LISTE DES PARADIS FISCAUX, UN CLASSEMENT QUI EMBARRASSE TOUT LE MONDE".

A ne pas manquer

Prev Next

Polémique sur la promotion de Tamazight : Lotfi DK appelle à l’arrêt des hostilités sur Facebook

 La polémique qui fait rage sur les réseaux sociaux sur le refus des députés de la majorité une proposition d’amendement du projet de loi de finances pour l’année 2018 portant sur la promotion de la langue amazighe a fait réagir le chanteur engagé du Rap Lotfi DK.

Le taux de chômage en Algérie devrait atteindre 13,2 % en 2018 (étude)

  Une étude sur les défis de la démographie au Maghreb relève un décalage entre le capital humain et les besoins du marché de l'emploi, malgré les importants investissements consentis dans l'enseignement supérieur.

57 % des Algériens ont une opinion positive sur l’Union européenne (sondage)

Plus de 60%  des personnes sondées pensent que l'UE devrait en faire plus sur les questions liées aux droits de l'homme, près de 70% sur le commerce et près de 60% des personnes interrogées attendent davantage dans le domaine de la migration et de l'éducation.