Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Février 2017

  •   Saad Fkihi (HuffpostMaroc)
  • samedi 6 août 2016 11:35

Maroc: L'eau potable est encore loin d'être accessible pour tous

 

 

Dans un rapport parlementaire publié par la commission thématique chargée par la Chambre des représentants d’évaluer l'impact des politiques publiques sur le monde rural, il ressort que le programme de raccordement à l’eau potable en zone rurale n’a pas encore réussi à couvrir la totalité du monde rural.

 

 

C’est en effet 28% de la population rurale, soit 1,3 million de citoyens, qui n’auraient pas accès à l’eau potable. Les causes de cette situation sont multiples. Le rapport, relayé par Akhbar Al Yaoum, avance tout d’abord des causes naturelles telles que la raréfaction de l’eau. A cela s'ajoutent la surexploitation de la nappe phréatique et certains problèmes logistiques et de distribution.

 Le rapport fait également état de causes socio-économiques, puisque pour avoir accès à l’eau potable dans le monde rural, il faut payer 3.500 dirhams pour être lié au raccordement. Les fontaines publiques elles aussi pratiquent des coûts élevés par rapport au pouvoir d’achat des ruraux, le mètre cube d’eau coûtant entre 6 et 10 dirhams, ce qui limite la consommation moyenne d’eau à 8,3 litres d’eau par jour, alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise au moins 20 litres par jour.

 

Disparités dans l'accès à l'eau

 

Le rapport fait également état de disparités entre régions en termes d’accès à l’eau potable. Et c’est la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima qui enregistre le taux le plus bas avec 82% d’accès à l’eau potable, soit 13% de moins que la moyenne nationale.

 

Des disparités entre les provinces sont également rapportées. Si deux provinces (Berrechid et Inezgane-Ait Meloul) n’ont pas le moindre problème en termes d’accès à l’eau potable, ce n’est pas le cas de sept provinces (Ifrane, Tantan, Figuig, Sefrou, Taounate, Taza, Moulay Yacoub) dont la moitié de la population souffre de dysfonctionnements au niveau du raccordement.

La réalité de la raréfaction de l’eau ne touche pas seulement le monde rural. Selon un rapport de l’institut américain Water ressources institute publié en août 2015, le stress hydrique s’installera au Maroc d’ici 25 ans. Charafat Afilal, ministre déléguée chargée de l’eau, nous a récemment confié que "le Maroc dispose d’un potentiel en eau relativement important mais qui reste limité face aux besoins grandissants sous l’effet de l’accroissement de la population et du développement socio-économique. Ce potentiel est caractérisé par une forte irrégularité dans le temps et une grande disparité territoriale. Ce potentiel est en plus menacé par les effets des changements climatiques"

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

 Changer les billets de banque comme en ce moment au Venezuela ? - 32.9%
 Proposer un taux de change favorable à ceux qui apportent leurs dinars non déclarés ? - 41.4%
 Interdire le paiement en liquide pour toute transaction supérieure à 500 000 dinars ? - 20.6%

Total votes: 1812

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

L’assurance des personnes gagnerait à intégrer des produits comme l’épargne-retraite - Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana (Audio- RadioM)

  L’assurance des personnes a un bel avenir en Algérie pour peu qu’on y intègre des produits comme l’épargne retraite, assure Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana de passage mardi 21 février dans l'émission "l'invité du direct" de RadioM.

Le passage en force de 850 de migrants à Ceuta suscite des questions sur un "jeu marocain"

  Quelques semaines après la menace des autorités marocaines de ne plus contrôler les flux migratoire vers l'Union européenne, au moins 850 subsahariens, selon des secouristes et les autorités espagnoles, ont pénétré depuis vendredi dans l'espace européen depuis l’enclave espagnole de Ceuta.

FanZone.dz: les pages des ambassades plus fréquentées que celles des institutions culturelles

Dans le classement des institutions internationales, on découvre que les pages Facebook des ambassades sont plus fréquentées que institutions culturelles. Primauté aux visas et aux études?