Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Janvier 2017

  •   Saad Fkihi (HuffpostMaroc)
  • samedi 6 août 2016 11:35

Maroc: L'eau potable est encore loin d'être accessible pour tous

 

 

Dans un rapport parlementaire publié par la commission thématique chargée par la Chambre des représentants d’évaluer l'impact des politiques publiques sur le monde rural, il ressort que le programme de raccordement à l’eau potable en zone rurale n’a pas encore réussi à couvrir la totalité du monde rural.

 

 

C’est en effet 28% de la population rurale, soit 1,3 million de citoyens, qui n’auraient pas accès à l’eau potable. Les causes de cette situation sont multiples. Le rapport, relayé par Akhbar Al Yaoum, avance tout d’abord des causes naturelles telles que la raréfaction de l’eau. A cela s'ajoutent la surexploitation de la nappe phréatique et certains problèmes logistiques et de distribution.

 Le rapport fait également état de causes socio-économiques, puisque pour avoir accès à l’eau potable dans le monde rural, il faut payer 3.500 dirhams pour être lié au raccordement. Les fontaines publiques elles aussi pratiquent des coûts élevés par rapport au pouvoir d’achat des ruraux, le mètre cube d’eau coûtant entre 6 et 10 dirhams, ce qui limite la consommation moyenne d’eau à 8,3 litres d’eau par jour, alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise au moins 20 litres par jour.

 

Disparités dans l'accès à l'eau

 

Le rapport fait également état de disparités entre régions en termes d’accès à l’eau potable. Et c’est la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima qui enregistre le taux le plus bas avec 82% d’accès à l’eau potable, soit 13% de moins que la moyenne nationale.

 

Des disparités entre les provinces sont également rapportées. Si deux provinces (Berrechid et Inezgane-Ait Meloul) n’ont pas le moindre problème en termes d’accès à l’eau potable, ce n’est pas le cas de sept provinces (Ifrane, Tantan, Figuig, Sefrou, Taounate, Taza, Moulay Yacoub) dont la moitié de la population souffre de dysfonctionnements au niveau du raccordement.

La réalité de la raréfaction de l’eau ne touche pas seulement le monde rural. Selon un rapport de l’institut américain Water ressources institute publié en août 2015, le stress hydrique s’installera au Maroc d’ici 25 ans. Charafat Afilal, ministre déléguée chargée de l’eau, nous a récemment confié que "le Maroc dispose d’un potentiel en eau relativement important mais qui reste limité face aux besoins grandissants sous l’effet de l’accroissement de la population et du développement socio-économique. Ce potentiel est caractérisé par une forte irrégularité dans le temps et une grande disparité territoriale. Ce potentiel est en plus menacé par les effets des changements climatiques"

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie entre dans sa 4e année de déficit budgétaire et extérieur. Que redoutez vous en 2017 ?

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Le docteur Kamel-Eddine Fekhar décidé à poursuivre sa grève de la faim (Avocat)

En détention préventive depuis 18 mois, le militant des droits Mozabites a été hospitalisé après 18 jours de grève de la faim.

La défaillance des livraisons de gaz algérien à la France « n’inquiète pas » Nourredine Bouterfa

Gaz naturel, gaz liquéfié, Sonatrach, GRTgaz, Noureddine Bouterfa, Fos sur Mer, GRTgaz, Tiguentourine, Eni, La réponse officielle algérienne à l’interpellation française sur « les ruptures d’approvisionnement » en gaz naturel ne va pas calmer une polémique naissante.

Les Marocaines se mobilisent contre la violence sexuelle

Le suicide d'une jeune fille victime d'un viol collectif a sonné la mobilisation des organisations féménines. Elles demandent la révision de la loi 13/103 relative à la lutte contre la violence faite aux femmes.