Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Août 2017

  •   Boualem Alami
  • lundi 15 septembre 2014 07:55

Le réseau ferroviaire marocain va se doter d’un nouveau système de communication

Le TGV marocain : un projet très controversé.

Le nouveau système de communication sera mis en place pour couvrir les besoins de la première ligne à grande vitesse Tanger-Kenitra de 185 km, ainsi que ceux de quatre grandes lignes traditionnelles. Ensuite, dans un délai prévu de neuf ans, l'objectif est de déployer le GSM-R sur l'ensemble des 14 lignes du réseau marocain qui totalise 1.950 kilomètres.

 

Pour 30 millions d’euros, le consortium franco-sino-italien Thales, Huawei et Imet va mettre en place un nouveau système global de télécommunications mobiles pour gérer les communications entre les trains au sol et les centres de contrôle.

La mise en place de ce nouveau système de communications pour couvrir les 1.950 km du réseau ferroviaire marocain a été surtout décidée en perspective de la mise en exploitation de la nouvelle ligne à grande vitesse, le TGV marocain, dès 2015. Selon le journal électronique spécialisé dans les nouvelles industrielles L’Usine Nouvelle "cinq lignes sont concernées, à commencer par l'emblématique future ligne à grande vitesse Tanger-Kénitra". Le contrat avec l’Office national des chemins de fer marocains a été signé le 25 juillet dernier et porte sur la réalisation, sur une période de neuf ans, de pylônes munis d’antennes tout au long des voies. Ces pylônes permettront notamment la communication entre les agents de l'office munis de portables, y compris ceux de la maintenance, aussi bien à bord des trains que dans les gares, ainsi que la diffusion des données techniques.

L'ONCF, explique Tawfik Elftieh, directeur-général adjoint de Thales-Maroc cité par L’Usine Nouvelle, "a fait le choix de la technologie GSM-R (Global system for mobile communications NDLR) pour couvrir son réseau ferroviaire avec l'objectif de l'équiper en remplacement de son système actuel". "Là encore, c'est une première au Maroc", ajoute-t-il.

 

Thales en chef de file

 

Le contrat décroché par le Consortium emmené par le français Thales comprend la phase d'étude et de déploiement sur une période de 30 mois plus douze mois de maintenance. Concernant le partage des rôles, "Thales et Huawei assureront le déploiement du système de communications GSM-R, tandis qu'Imet (Italie) se chargera de tous les travaux de génie civil du programme", indique un communiqué commun des trois firmes publié fin juillet.

Le nouveau système de communication sera mis en place pour couvrir les besoins de la première ligne à grande vitesse Tanger-Kenitra de 185 km, ainsi que ceux de quatre grandes lignes traditionnelles. Ensuite, dans un délai prévu de neuf ans, l'objectif est de déployer le GSM-R sur l'ensemble des 14 lignes du réseau marocain.

 

Un TGV décrié 

 

Cette ligne à grande vitesse, qui va relier les villes de Tanger à Casablanca en 2 heures et dix minutes, au lieu de 4H45, et passera par Kenitra et Rabat, est décriée par une partie de l’opinion publique locale marocaine et des ONG. Le lancement en grande pompe des travaux du TGV marocain, en septembre 2011 par le Roi Mohamed VI et le président français Nicolas Sarkozy, a laissé un goût amer à cause du coût élevé du projet, 2,2 milliards d’euros. Un collectif d’associations s’est mobilisé pour dénoncer celui-ci et un site internet, Stoptgv.com, a énuméré tout ce que les Marocains auraient pu avoir avec ces 2,2 milliards d’euros: 5.000 écoles ou 3.000 lycées en zone urbaine, 25. 000 écoles en zone rurale, 100 grandes écoles d’ingénieurs, 25 centres universitaires hospitaliers équipés, 16.000 centres socioculturels, 10.000 médiathèques et 16.000 km de routes rurales.

En 2013, l’ONCF a transporté 40 millions de voyageurs et a réalisé un chiffre d’affaires de 3,5 milliards de dirhams et des investissements de 5 milliards.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Un été brûlant en Algérie: 32.000 hectares de forêts ravagés par les feux

Les feux de forêts ont ravagé 32.000 hectares dans les wilayas de l'est et du centre du pays durant la période allant du 1er juin au 20 août, ont indiqué mardi à Alger des responsables du secteur.

La Tunisie ambitionne de devenir membre de la CEDEAO avant fin de 2017 (Youssef Chahed)

La Tunisie œuvre à devenir, avant la fin de l’année 2017, membre de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) , a affirmé, mardi, le chef du gouvernement Youssef Chahed.

La tarika Karkarya, un courant soufi d’origine marocaine fait des vagues en Algérie

Depuis quelques jours, une vidéo d'une nouvelle secte religieuse en Algérie, la Tarika Karkarya, dont les adeptes portent une djellaba en damier, fait le tour des réseaux sociaux algériens. Et suscite des polémiques.