Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 22 Février 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

La Tunisie participera, pour la 7ème fois consécutive, sous l'égide du CEPEX au plus grand Salon Mondial de l'industrie mobile ‘’Mobile World Congress (MWC) ‘’2018 qui se tiendra, du 26 Février au 1 er Mars 2018, à Barcelone (Espagne).
Les 10 PME exposantes, les PME visiteuses et les institutions et organismes d’appui, “œuvreront à accroître la visibilité du package TIC-Tunisie et à entreprendre des actions de matchmaking prolifiques”, indique un communiqué du CEPEX publié jeudi 21 février.
Deux événements majeurs seront organisés au sein du pavillon Tunisie le 2ème et 3ème jour du salon (les après-midis des 27 et 28 février), auxquels des personnalités de haut rang (CEO, décision makers, country managers, diplomates…) appartenant à de grands clients et partenaires de la Tunisie qui viendront s’enquérir non seulement de l’offre présente sur les lieux mais également de son intégralité et du climat des affaires qui caractérise la Tunisie, classée première nation africaine en matière d’innovation dans le dernier classement de Bloomberg Innovation Index 2018.
La rencontre du 27 février sera une occasion pour le réseautage avec les donneurs d’ordre, les bailleurs de fonds et les multinationales via leurs antennes régionales, tandis que celle du 28 sera plutôt dédiée aux rencontres B to B en vue de sceller des partenariats et promouvoir le savoir-faire, indique la même source.
Le secteur de la téléphonie mobile “n’échappe pas à la vocation africaine dans laquelle la Tunisie s’est inscrite depuis quelques années”.
Le fonds “Tasdir+”, qui œuvre pour l’appui à la compétitivité et au développement des exportations, s’est associé à cette dynamique nationale pour apporter une contribution importante dans les activités de mises en relation et de réseautage d’affaires, affirme le communiqué.

TAP

L’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA) a fait part de ses grandes ambitions pour le développement d’une aquaculture durable conformément aux orientations de la stratégie Halieutis, à l’occasion de son Conseil d’administration tenue mercredi à Agadir.
Cette 10ème session du conseil de l’Agence a été présidée par le ministre l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, en présence de la Secrétaire d’État chargée de la pêche maritime, Mbarka Bouaida.

MAP

L'engagement de l'Iran à ne pas chercher à se doter de l'arme nucléaire est permanent et il n'y a pas de clause de fin ('sunset clause') dans l'accord conclu entre Téhéran et le groupe P5+1 de juillet 2015, a déclaré jeudi le vice-ministre iranien des Affaires étrangères.
Les Etats-Unis souhaitent que leurs principaux alliés européens s'engagent à essayer d'amender l'accord en contrepartie du renouvellement du dispositif d'allègement des sanctions contre la république islamique.
Donald Trump estime que cet accord comporte des lacunes car il ne règle pas la question du programme iranien de missiles balistiques et contient une "sunset clause" qui limite à dix ans la période au cours de laquelle le programme iranien est encadré par l'AIEA.
"Il n'y a pas de 'sunset clause' dans le JCPOA", a déclaré Abbas Araqchi, utilisant l'acronyme du plan d'action global commun conclu avec le groupe des cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l'Allemagne.
"Bien que l'administration américaine et Trump parlent d'une sunset clause et disent que le JCPOA n'est que pour dix ans, cela n'est pas vrai", a ajouté le vice-ministre iranien.
"L'engagement de l'Iran de ne pas chercher à avoir l'arme nucléaire dans le cadre du JCPOA est permanent", a-t-il ajouté.
Abbas Araqchi a toutefois indiqué que l'Iran pourrait sortir de cet accord sur son programme nucléaire s'il n'en tirait aucun avantage économique et si les banques refusaient de mener des transactions avec Téhéran.
Donald Trump a maintenu le 12 janvier à contrecoeur, et pour la dernière fois, la levée des sanctions dont bénéficie l'Iran. Il a fixé un ultime délai, de 120 jours, pour permettre aux Etats-Unis et à leurs

Reuters

La 24ème opération de relogement dans la wilaya d'Alger aura lieu avant le Ramadhan prochain au profit de 6000 à 8000 familles occupant des habitations précaires y compris des logements exigus, a affirmé mercredi le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh.
Après l'achèvement de la troisième étape de la 23ème opération de relogement qui concerne 3000 familles (dont il n'a pas fixé la date), il sera procédé, avant le Ramadhan prochain, au lancement de la 24ème opération au profit de 6000 à 8000 familles occupant des habitations précaires, a indiqué M. Zoukh lors d'une conférence de presse animée à l'occasion du lancement de la deuxième étape de la 23ème opération de relogement qui concerne plus de 2000 familles.
"Les bidonvilles ont été éradiqués et il ne reste que les habitations précaires et les haouch", a soutenu le wali d'Alger, précisant "qu'après les habitations précaires et haouch, c'est les habitants des logements exigus qui seront pris en charge" .
La deuxième étape de la 23ème opération de relogement dans la wilaya d'Alger a débuté mercredi au profit de plus de 2000 familles. La première étape de la même opération a été lancée le 26 décembre dernier en faveur de 3000 familles en attendant le lancement de la troisième étape de la 23ème opération dont la date n'a pas encore été fixée.
La 23ème opération de relogement dans la wilaya d'Alger concerne au total 8000 familles, rappelle-t-on.

APS

La commission Enseignement, Technologies, Recherche et Innovation du Haut Conseil de la Jeunesse (HCJ) a organisé, mercredi au Centre de Formation et d’Echanges à Distance à Nouakchott, une journée de sensibilisation au profit de 50 jeunes opérant dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (ingénieurs, Enseignant-chercheurs, développeurs et entrepreneurs), en collaboration avec le ministère de l’emploi, de la formation professionnelle et des technologies de l’information et de la communication, de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM) et du Groupement interbancaire (GIMTEL).
Les participants vont suivre au cours de cette journée des exposés dans le domaine de la finance numérique et des paiements électroniques.
A cette occasion, le Gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, M. Abdelaziz Ould Dahi, a souligné que le thème de la rencontre représente l’un des principaux axes de la stratégie de la BCM « les perspectives de la finance numérique dans le cadre de la stratégie nationale de modernisation des moyens de paiements ».
Pour sa part, le président du HCJ, M. Mohamed Yahya Ould Taleb Brahim, a salué la collaboration confiante avec le ministère de l’emploi, de la formation professionnelle et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, la BCM et le Centre de Formation et d’échanges à distance. Une collaboration qui a permis, a-t-il dit, d’organiser cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre des sessions de formation, de l’élaboration d’études et de lancement de programmes visant à accompagner les jeunes et à créer des conditions permettant d’améliorer le niveau de leur présence dans les divers domaines.
De son côté, le président de la Commission Enseignement, Technologies, Recherche et Innovation du HCJ, Dr Hafedh Mohamed Babou, a souligné que l’ensemble des propositions et recommandations issues de cette rencontre feront l’objet d’un rapport synthétique qui sera soumis au Gouverneur de la BCM.

AMI

L’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM) et la Fédération démocratique du travail (FDT) ont annoncé avoir convenu d’adresser d’un mémorandum revendicatif au Chef du gouvernement, une démarche qui se veut un préalable à une nouvelle dynamique de négociations et de militantisme.
Au terme d’une rencontre consacrée, samedi, à l’examen des moyens à même de promouvoir leur action commune, d’institutionnaliser leur coordination et d’unifier leur conception revendicative, les trois centrales syndicales ont également annoncé la poursuite de la coordination syndicale ouverte, en tant que mécanisme fédérateur des luttes de la classe ouvrière marocaine, appelant le mouvement syndical marocain à la coordination et à la coopération pour préserver les intérêts des travailleurs marocains et les intérêts suprêmes de la nation.

MAP

Le président russe Vladimir Poutine bénéficie de près de 70% des intentions de vote pour l'élection présidentielle de mars prochain, révèle jeudi un sondage mené par le Centre panrusse d'étude de l'opinion publique (VTsIOM).
Ce sont ainsi 69,5% des personnes interrogées qui disent qu'elles devraient voter pour M. Poutine. Pavel Groudinine, le candidat du Parti communiste, arrive au deuxième rang avec 7,5% des intentions de vote.
Le sondage a été mené du 12 au 18 février auprès de 7.000 personnes interrogées par téléphone. Les sondés ont répondu à la question : "Si l'élection présidentielle se tenait dimanche prochain, pour quel candidat seriez-vous le plus susceptible de voter?".
L'élection présidentielle russe auront lieu le 18 mars prochain. On s'attend à ce que M. Poutine soit réélu avec une majorité écrasante.

Xinhua

L’Algérie compte accroître ses efforts en matière d’exploration minière en mettant en œuvre un programme d’investissement de 9,4 milliards (mds) de DA pour la période 2018-2028 dont 1,5 mds de DA pour l’année en cours, a indiqué le ministre de l’Industrie et des Mines Youcef Yousfi dans un entretien accordé au quotidien El Moudjahid.
Dans le domaine de l’infrastructure géologique, un important programme d’investissement de 900 millions de DA/an sera également mis en place dès 2018, a fait savoir le ministre.
Concernant la stratégie d'exploitation des nouveaux gisements pour 2018, il a évoqué le lancement du mégaprojet de mise en valeur du nouveau gisement de phosphate de Bled El Hadba (wilaya de Tébessa) qui sera réalisé en joint-venture entre Sonatrach-ASMIDAL-MANAL Spa (51%) et CITIC/WENGFU (49%).
Ce projet offre une capacité d’extraction et d’enrichissement pour obtenir 6 millions de tonnes/an de phosphates, une capacité de production d’acide phosphorique de 1,5 million de tonnes/an ainsi qu’une capacité de production de 3 millions de tonnes/an d’engrais.
Evoquant le projet de développement du gisement de fer de Gara Djebilet, il a avancé que le parachèvement des études de préfaisabilité est prévu pour le courant du premier semestre 2018.
Durant l’année en cours, il est prévu en outre la montée en cadence de la mine de plomb-zinc de Chaâbet El Hamra (Sétif), rouverte en 2017.
Les travaux hydrogéologiques et les opérations de dénoyage du gisement de plomb-zinc de Kherzet Youcef, contigu à Chaâbet El Hamra, seront quant à eux lancés dès le second semestre 2018.
La fin 2018 sera marquée, par ailleurs, par la mise en place d’équipements de traitement du minerai d’une capacité de 30.000 à 40.000 tonnes/an pour ce concerne le gisement de Baryte d’Ichmoul (Batna).
Il a aussi évoqué le projet de réalisation d’une unité de traitement de diatomites destinées à la filtration et à la charge à implanter à Sig (Mascara), d’une capacité de production de 50.000 tonnes/an et dont l’entrée en production est prévue fin 2018.
L’entrée en production de l’unité de production de sel raffiné (sels alimentaires, sels pharmaceutiques) à El Outaya (Biskra) est prévue pour le 1er trimestre 2018 alors que le lancement de l’unité de production de bentonite de Hammam Boughrara (Tlemcen), d’une capacité de 120.000 tonnes/an, est prévue la fin de l’année.
En outre, plusieurs actions sont programmées durant 2018 pour ce qui est de l’activité marbrière, soutient M. Yousfi.
A une question sur l’avancement du programme de prospection de terres rares, il a indiqué que ce programme sera mis en œuvre dès le 2e trimestre 2018.

APS

"L'Etat doit accompagner les initiateurs de projets et leur faciliter la tâche à travers l'octroi de financements, l'accompagnement et la simplification des procédures administratives", a déclaré, mercredi, à Tunis, le ministre des Technologies de la communication et de l’Economie numérique, Anouar Maârouf, qui intervenait à l’ouverture de la cinquième édition du Salon de l’entrepreneuriat.
A cette occasion, il a ajouté que l’Etat va se charger du coût d’enregistrement de chaque invention tunisienne au Droit international des brevets d’invention.
Maarouf a évoqué, sur un autre plan, les difficultés auxquelles font face les opérateurs privés, dont celles liées aux lois de change qui bloquent l’ouverture de comptes à l’étranger, estimant qu’il faut encourager l’initiative privée, aujourd’hui beaucoup plus porteuse d’espoirs que la fonction publique.
Le ministre de l’Industrie et des PME, Slim Feriani, qui assistait à cette manifestation, rappellera que l’Etat a mobilisé 400 millions de dinars pour la restructuration des PME en difficulté, dont une enveloppe de 100 millions de dinars sera décaissée cette année et le reste dans les années à venir.
“Avant de créer de nouvelles entreprises, il faut protéger et aider celles qui existent déjà à se développer et à s’adapter au changement”, a encore déclaré Feriani au sujet des PME.

TAP

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un excédent budgétaire d’environ 2,36 milliards de dirhams (MMDH) à fin janvier 2018, contre 2,16 MMDH un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR), relevant du ministère de l’Économie et des finances.
Dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de janvier 2018, la TGR indique que les recettes ordinaires ont progressé de 0,1% à 18,29 MMDH à fin janvier 2018, tandis que les dépenses émises au titre du budget général se sont chiffrées à 26,4 MMDH, en diminution 6,5%.

MAP

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

En 2040, pétrole, gaz, charbon et énergies fossiles se partageront à égalité le marché énergétique mondial (étude)

Selon le BP Energy Outlook 2018, si la demande sur le pétrole et d’autres carburants liquides croîtra, elle devrait progressivement « ralentir avant de se stabiliser pendant les dernières années » de la période couverte par les prévisions la compagnie britannique. La consommation de charbon dans le monde s’amenuisera tandis que celle du gaz devrait croître considérablement.

La Directrice d'Amnesty Algérie sur Radio M: 2017 a été l'année de la répression des migrants et des ahmadites (audio-vidéo)

Pour la directrice d’Amnesty International Algérie, invitée hier sur les ondes de Radio M, « Donald Trump a libéré les discours de haine dans le monde ». Les perspectives sociales dans le monde sont sombres, a-t-elle déploré, rappelant que plus de 6 milliards d’êtres humains seront affectées par les politiques d’austérité dans les trois prochaines années.

La Tunisie est l’Etat maghrébin le mieux classé dans l’indice de perception de la corruption de TI pour 2017

Cet indice de Transparency International (TI) mesure la perception de la corruption dans le secteur public. Pour 2017, la Nouvelle-Zélande, le Danemark et la Finlande y occupent, respectivement, la première, la deuxième et la troisième place, tandis que la Syrie, le Sud-Soudan et la Somalie ferment le classement à la 178e, la 179e et la 180e position respectivement.