Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 15 Décembre 2017

  •   Noreddine Oumessaoud
  • lundi 10 juillet 2017 16:42

Algérie : Le ministre de la Santé veut récupérer les logements de fonctions « indûment occupés »

  

Des actions en justice contre certains indus occupants ne sont  pas à exclure, selon le ministère de la Santé.

 

Quelques semaines après son installation à la tête du ministère de la Santé, Mokhtar Hazbellaoui a adressé à ses directeurs de wilayas, une instruction relative à a restitution des logements de fonction et d’astreinte.

« La présente instruction a pour objectif de procéder à un état des lieux des logements de fonction et d’astreinte du secteur et ce, à l’effet d’assainir son patrimoine immobilier et permettre de rétablir l’objectif auquel est destiné le logement de fonction et d’astreinte », lit-on sur le document adressé aux directeurs de la Santé et de la population des wilayas. Le document précise que lorsque « les conditions qui ont permis l’autorisation d’occupation d’un logement de fonction et d’astreinte cessent de faire leur effet, il doit être notifié à l’occupant, par l’administration attributaire, conformément au décret 89-10 du 7 février 1989, la restitution du logement, dans un délai de trois mois ». 

Sur ces bases réglementaires, ajoute la même missive,  « je vous demande d’engager les procédures de notifications administratives requises envers les personnes indu-occupantes et éventuellement de recourir à la procédure judiciaire si la procédure administrative s’avérait sans effet à l’extinction du délai réglementaire autorisé ». Un état nominatif de ces logements de fonction et d’astreinte doit être adressé avant le 31 juillet 2017 au ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière et plus précisément à la direction de la réglementation du contentieux et de la coopération. Les directeurs locaux doivent préciser « la situation en cours de l’occupant (fonctionnaire en exercice dans le secteur de la Santé ou étranger au secteur, ou retraité du secteur) et la date de mise en œuvre de la procédure administrative ou judiciaire entamée envers les indus occupants », ajoute le même document.

Le ministère de la Santé n’exclut pas les proches des anciens fonctionnaires du secteur. « Je rappelle que sont considérés comme étrangers au secteur de la Santé, tout occupant de logement de fonction ou d’astreinte n’exerçant pas ou plus dans le secteur de la Santé, y compris s’il s’agit d’enfants ou d’épouses d’un ex-fonctionnaire de la santé décédé », précise l’instruction. Ainsi, le ministère compte aller très loin dans sa démarche et annonce que des poursuites judiciaires ne sont pas à exclure.

Afin d’avoir davantage de précisions à ce sujet, nous avons essayé de contacter le ministère  de la Santé mais sans succès.

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • En revanche, ceux qui ne possèdent pas de biens personnels seront traités avec bienveillance, car il est hors de question de les mettre dehors ! Nous étudierons au cas par cas toutes les situations et nous relogerons tous ceux qui le méritent !”

    POURQUOI ON APPLIQUE PAS CELA POUR LES RETRAITES DE LA SANTE n'est ce pas des gents qui ont tant donné et qui méritent d’être relogés...au lieu de les exposés à la rue.

    Monsieur le Ministre de la santé, nous vous demandons de bien vouloir régulariser la situation de ces pauvres gents.

    Haute Considération

    Rapporter BORIS jeudi 27 juillet 2017 22:11
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Retour au calme à Bouira, reprise de la protestation à Bejaia

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dans les quatre coins de la ville de Bouira pour éviter tout dérapage.

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.