Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent-APS
  • dimanche 12 mars 2017 06:48

Algérie : Il est "insensé de dépenser 200 millions de dollars pour importer mayonnaise, moutarde et Ketchup" (Tebboune)

 Une vue du port d'Oran (Ph DJS)

 

 Les licences d’importations des produits soumis à quota, instrument auquel a recours le gouvernement pour contingenter les importations seront "graduellement" délivrées à partir d’aujourd’hui, a annoncé samedi le ministre de l’habitat, Abdelmadjid Tebboune qui assure l’intérim du ministère du commerce.

 

 

Tebboune a affirmé qu’il n’est pas question d’interdire ni les « produits essentiels ni de luxe » mais qu’il s’agissait de déterminer les " besoins pour mettre un terme au gaspillage".  

La régulation de l'importation vise à "mettre fin à l'anarchie caractérisant ce secteur et qui est à l'origine d'une véritable hémorragie pour l'économie nationale", a soutenu le ministre qui a affirmé que les mesures prises, visent à protéger le produit national et les producteurs locaux.

 Il est "insensé de continuer à importer de la mayonnaise, de la moutarde et le Ketchup pour une facture annuelle de près de 200 millions de dollars" ainsi que des "voitures ferrailles" qui ne répondent à aucune spécification, s’est indigné M.Tebboune en assurant que ces sommes " devraient être consacrés aux priorités du développement, notamment la construction de logements, d'écoles ou de centres de santé".

 Tebboune a cité également l’importation de grandes quantités de produits électroménagers "non conformes" et "qui menacent la santé publique, causant dans de nombreux cas des décès".  "Les climatiseurs importés consomment trois fois plus d'énergie" a-t-il relevé. Désormais, le nouveau cahier de charges impose que tous les produits importes soient conformes aux standards européens.

 Pour les bananes dont la cherté suscite des commentaires amusés sur les réseaux sociaux, Tebboune a indiqué qu’un quota de 90.000 tonnes a été fixé pour le premier semestre 2017 et " s'il y a lieu d'augmenter ce volume nous le ferons par ponction sur le quota du deuxième semestre".

 

Faire le tri entre les "réguliers" et les "opportunistes"

 

Le ministre a affirmé que le gouvernement avait l’intention de faire le tri entre importateurs "réguliers et qualifiés" et les "importateurs opportunistes".  Le ministère du commerce a-t-il indiqué a transmis aux services du Premier ministre pour publication au journal officiel un premier cahier de charges précisant les nouvelles mesures en matière d'importation.

 L’Etat favorisera les importateurs "réguliers et qualifiés" qui disposent des moyens de stockage et de froid qui, a-t-il dit, sont nombreux et que l’Etat n’empêchera pas d’importer à la condition de respecter le cahier des charges et les quotas.

 "Nous ne pouvons pas mettre ces importateurs, réguliers et qualifiés, sur le même pied d'égalité que les importateurs opportunistes, qui importent des containers de banane pour les commercialiser au niveau des ports avant même le déchargement".

 Les mesures prises vont permettre, selon lui " d'assainir le secteur des pseudo-importateurs, qui ne sont pas du métier et dont le seul souci est le gain rapide, au dépend de la santé publique"


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

3 Commentaires

  • YA MR TEBOUNE RAK ETKASSARE FI RASSAKE , TU NE PEUX RIEN FAIRE CONTRE LE CANCER ALGERIEN ,LE PAYS EST FOUTU ET NOUS AVEC, SAUF SI LE PRESIDENT CREE UNE MILICE POUR LIQUIDER PHYSIQUEMENT LA MAUVAISE GRAINE

    Rapporter boselli lundi 13 mars 2017 19:56
  • Bon sang de bon sang mais pourquoi diable des ministres font-ils dans le populisme en parlant au raz des pâquerettes au lieu d'avoir de la hauteur et s'occuper de leur portefeuille sans parler de pacotilles telles la mayonnaise ou le ketchup.

    Amha, un ministre est là pour piloter une politique, celle qui est décidée par un gouvernement. Il n'est pas là pour passer son temps à discutailler sur les plateaux télé ou radios de choses aussi insignifiantes comme s'il s'agissait d'une denrée, service ou que sais-je encore, indispensable à la vie. Pour être clair, il est vraiment con, car il n'est pas à sa première sortie du genre.

    Déjà qu'ils nous barbent avec leurs distributions de logements (cages-à-poules) avec le portrait du raïs bien en vue comme s'il les avaient payés de sa poche, les voilà à nous les briser menu en descendant au sous sol de la parole avec de la mayonnaise et du ketchup.

    Tous ces ministres qui font des sorties zaama "d'inspection", ferait mieux de rester modestes car non seulement ils ne détiennent pas toutes les données des problèmes mais qui plus est feraient bien inspirés à se consacrer à l'essentiel au lieu d'enfumer les algériens avec d'aussi crétines "réflexions" qui ne pointent qu'au niveau zéro.

    Rapporter Vangelis dimanche 12 mars 2017 12:01
  • "..Il est "insensé de dépenser 200 millions de dollars pour importer mayonnaise, moutarde et Ketchup" (Tebboune) .."

    Par contre, il est très sensé que des gens travaillent et sont payés avec de l'argent avec lequel ils ne peuvent pas acheter ce qu'ils veulent. Au nom de quoi ce ministre nommé veut interdire la mayonnaise et le ketchup aux gens qui ont des billets de banques émis par la banque du gouvernement qu'il représente ? Pourquoi paye t-il avec une monnaie de singe ?

    Au leu de cela, il s'improvise grand distributeur de rentes. Le résultat est le même, le produit sera toujours cher pour le consommateur final mais au lieu de remplir les caisses du trésor en dépréciant le Dinar, il remplit les caisses des copains et clients (au 1er sens du terme) en leurs octroyant des monopoles...

    A première vue, ce populisme parait plein de bon sens mais en réalité, c'est du détournement de ressources au profit des siens. A part cela, bon vote...

    Rapporter Truc dimanche 12 mars 2017 07:43
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.