Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Hani Ghoualmi
  • dimanche 19 février 2017 17:11

"Sans Asset management, la valeur des infrastructures algériennes va brutalement chuter" - Akli Ourad (Audio-Vidéo)

 

La valeur des infrastructures construites en Algérie durant ces dix dernières années risque de chuter si on ne prend pas en considération leur maintenance. Pour Akli Ourad, spécialiste dans la gestion des actifs infrastructurels, il est temps que l’administration publique prenne au sérieux l’aspect de « l’asset-management ».

 

 



L’ingénieur le définit comme «un mode de gestion global qui commence dès la livraison de l’infrastructure en question jusqu’au moment où elle atteint sa durée de vie initiale. » Cette lacune dans l’asset-management a des répercutions pécuniaires et favorise la dégradation rapide de ces infrastructures (autoroute, aéroport, barrages…etc.)

« C’était le cas dans le drame survenu il y a trois ans au Stade du 5 juillet d’Alger et qui aura couté la vie de deux supporteurs suite à l’effondrement d’une partie d’un gradin. « L’asset-management est un modèle de gestion proactif et non réactif, c'est-à-dire on anticipe et on planifie les interventions à venir » a souligné Akli Ourad lors de son passage sur Radio M le 15 février dernier.


Prenant le cas de l’autoroute Est-ouest, Akli Ourad fustige l’administration publique qui selon lui a négligé « l’aspect cycle de vie » de l’œuvre. Cette omission revient selon lui au fait que les responsables «se focalisent uniquement sur la réalisation et la construction ».


Akli Ourad estime que la maintenance de cette autoroute devrait revenir à des prestataires compétents. Ce n’est pas le cas selon lui, car « aujourd’hui l’autoroute est gérée par les Directions des travaux publics des wilayas » qui selon Akli Ourad « n’ont ni les moyens ni les compétences ni le savoir-faire. »


Un modèle de « business » et non « un service social »

Le modèle d’asset-management défendu par Akli Ourad « replace l’usager au cœur de la gestion». En somme, les supporteurs payent la maintenance de leurs stades et les usagers de l’autoroute payent l’entretien de celle-ci.  Dans ce mode de gestion, « toute infrastructure publique est considérée comme un business et non comme un ‘’service social‘’.

Pour l’autoroute, il estime que l’Algérien doit payer car « il faut prendre en considération le coût du carburant et le temps du trajet gagné ainsi que le nombre d’accidents (réduits) en comparaison aux anciennes routes nationales. »

Toutefois, souligne-t-il, ce « mode de financement » ne suffirait pas pour rémunérer les prestataires de maintenance. L’entretien des routes peut être financé par « l’argent du secteur routier » à savoir « les recettes du paiement des vignettes auto, des taxes du carburant et l’impôt sur l’importation de véhicule ».  Selon lui, pour une meilleure gestion, il sera utile de créer un «fonds routier» indépendant de l’Etat.

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.