Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 27 Juin 2017

  •   Oussama Nadjib
  • dimanche 13 novembre 2016 16:52

Le gouvernement veut plus de pouvoirs aux "walis-managers", les opposants mettent en garde contre les "walis-roi"

 A la réunion gouvernement-walis, le mot d'ordre était: tous les pouvoirs aux walis! (DR)

La rencontre gouvernement-walis a été l'occasion de formuler de nouvelles assignations aux Walis : en contrepartie de davantage de pouvoirs ils doivent se transformer en "managers" dans leurs wilayas. Une tendance qui inquiète: on a déjà des Walis surpuissants, on va avoir des walis-roi, avertissent des opposants qui relèvent que les élus locaux sont toujours ignorés.

 C’était le leitmotiv de l’atelier sur le "Rôle des collectivités locales dans la promotion de l'investissement : plus de pouvoirs aux walis dans la gestion des investissements locaux. En clair, donner le pouvoir aux walis d’approuver les projets d’investissements et, surtout, d’attribuer le foncier industriel.

La question du foncier est perçue comme la clé de la dynamisation des investissements et plutôt que s’encombrer de procédures pourquoi ne pas donner aux walis ce pouvoir afin d’agir vite.

Le leitmotiv de "plus de pouvoirs aux walis" pour encourager et dynamiser l'investissement dans le "cadre de la nouvelle stratégie économique locale" a été systématisé ce dimanche par M.Abdelhalim Merabti, directeur des ressources humaines au ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales.

 "Nous avons constaté, que parfois, la responsabilité est diluée entre plusieurs secteurs et l'objectif de cette nouvelle stratégie est le recentrage de ce pouvoir de décision au niveau du wali qui sera le seul maître à bord", a-t-il précisé dans l'émission l'invité du direct sur la chaine III.

 

 

 Le gouvernement donne plus de pouvoirs aux Walis en leur confiant directement des prérogatives de directions centrales de ministères mais sans aucune contrepartie de contrôles des assemblées élues que ce soit les Assemblées populaires de Wilaya (APW) où les Assemblées populaires communales (APC).

                                                                                Des monarques locaux

Un wali encore plus puissant sera-t-il plus efficace dans la conduite du développement local et dans la dynamisation des investissements? La réponse est très clairement non chez ceux qui dénoncent déjà le peu de poids des assemblées locales face à la surpuissance des walis.

"On débureaucratise formellement mais les walis dont le pouvoir est déjà exorbitant par rapport aux assemblées élus deviennent des monarques locaux" remarque Chafaa Bouaïche, chef du groupe parlementaire du Front des forces socialistes (FFS) particulièrement choqué par l’absence de toute évocation du contrôle par les élus.  

 "La bureaucratie est source de corruption, le pouvoir absolu aussi et même absolument" note-t-il en relevant que "les élus locaux sont pratiquement exclus de la répartition du foncier industriel qui, en l’absence des mécanismes élémentaires de contrôle institutionnel par les élus populaires, ne peut que faire l’objet de prédation. ".

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Si je ne me trompe pas, cette catégorie de gouverneurs locaux a été instituée par Napoléon en France après sa mutation du soi-disant Ancien Régime à celui de la République sans toutefois changer grand choses. Et on avait aussi décidé d’appeler les membres de cette catégorie professionnelle PREFETS en Français, le mot « Wali» étant inconnu dans le monde. En fait, c’était le centralisme républicain français qui avait et qui a toujours besoin de parachuter une telle personne, partout ailleurs ces personnes étant élues soit au suffrage universel ou au suffrage collégial. Et dans tous les cas, le rôle de ces personnes est purement symbolique en tant que porte-drapeau national et surtout pas managérial.
    C’est dommage que l’Algérie en est toujours à définir le rôle de ses hauts fonctionnaires.
    Amicalement.

    Rapporter Faro Laz lundi 14 novembre 2016 11:32
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Maghreb Mobile Expo, un salon algérien dédié aux Smartphones- Saïd Benmesbah

A ne pas manquer

Prev Next

Le Nobel d'économie Jean Tirole à Alger parmi de prestigieux conférenciers de la Société d’économétrie

La Banque d’Algérie a apporté son concours logistique à cet événement académique, le premier de ce niveau mondial en Algérie pour la théorie économique quantitative qui se tiendra le week-end prochain.

Belkacem Boukherouf, économiste : "Avec plus de 800 milliards de dollars dépensés, on aurait pu construire un Portugal"

  L’économiste Belkacem Boukherouf souligne dans un entretien à Maghreb Emergent l’ampleur de la défaillance de la gouvernance algérienne qui dépense – beaucoup – sans gérer. Le fait que ce soit le gouvernement qui parle de diversification de l’économie au lieu des entreprises est révélateur d’une grave distorsion. C’est le gouvernement qui empêche les "entreprises de se diversifier et de renforcer...

L'indien Dodsal signe un contrat de 1,1 milliard de dollars pour la réalisation d'une centrale à Hassi-Messaoud

  Le groupe indien Dodsal basé à Dubaï a signé avec Sonatrach un contrat de 1,1 milliard de dollars portant sur la réalisation d'une centrale à Hassi Messaoud. L'information révélée par les médias du Golfe a été confirmée par Sonatrach, selon le journal El Moudjahid.