Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 25 Mai 2017

  •   Abed Charef
  • mardi 18 octobre 2016 14:07

La retraite proportionnelle, une cause contestable (OPINION)

Mohamed El Ghazi, ministre du travail

Le gouvernement s’est engagé dans une nouvelle épreuve de force avec les syndicats autonomes. En jeu : la retraite proportionnelle.

 

 La retraite proportionnelle est une anomalie économique et sociale. Pourtant, la plupart des organisations syndicales indépendantes se sont engagées dans un bras de fer pour la défendre, ce qui montre à quel point le débat est faussé dans le pays.

Dans cette dérive, des acteurs de premier plan glissent vers des revendications indéfendables, allant jusqu’à oublier le sens de base de concepts comme le travail, la solidarité, la retraite et le service public.

 A la décharge des organisations syndicales qui se sont lancées dans ce mouvement de contestation, il faut rappeler que le problème a été créé par le gouvernement, engagé dans une démarche totalement irresponsable, pour déboucher sur cette impasse.

 Premier rappel : le concept de retraite vise à donner à des personnes qui, en raison de leur âge, ne sont plus en mesure de travailler dans des conditions décentes, une garantie de revenu pour leur permettre vivre dans la dignité.

Prendre sa retraite à partir de la cinquantaine, ou accepter une retraite partielle pour mener une autre activité, ne relève pas de la solidarité. Avec l’allongement de l’espérance de vie en bonne santé, il est normal que l’âge de la retraite recule. C’est une tendance observée dans le monde entier.

 L’exception, pour ceux qui sont physiquement diminués ou dans l’impossibilité de mener une activité normale, doit être traitée dans un autre cadre : pension d’invalidité pour compléter la retraite, par exemple.

 Le gouvernement accumule les erreurs

 Second rappel : face à une impasse économique, le gouvernement a lancé, de manière massive, la retraite proportionnelle, qui ouvrait aux travailleurs la possibilité d’accéder à un petit revenu, en contrepartie de quoi ils acceptaient d’être licenciés.

 Cela faisait partie d’un package -indemnités de licenciement, externalisation de certaines activités des entreprises publiques confiées à d’anciens travailleurs, etc.- qui pouvait tenir la route à un moment donné. Cela se passait à la fin des années 1990, lorsque le gouvernement a accepté les recommandations du FMI pour tenter de sauver l’économie algérienne.

 Plus tard, dans l’euphorie de l’embellie financière 2008-2011, le gouvernement a changé son fusil d’épaule. Aveuglé par la manne financière offerte par la hausse du prix du pétrole, il a contraint les entreprises publiques et les administrations à envoyer à la retraite toute personne atteignant 60 ans.

 Le gouvernement de M. Sellal pensait que des départs à la retraite créeraient de manière mécanique de nouveaux emplois, grâce aux postes ainsi libérés. Il oubliait les dégâts occasionnés, notamment les capacités de la caisse de retraite à faire face à l’explosion du nombre de retraités, ainsi que les pertes d’expérience et de savoir-faire que cette mesure allait entrainer au sein des entreprises.

Impératifs budgétaires

Le retournement de conjoncture a fait le reste. Aujourd’hui, le gouvernement veut gérer la retraite selon des impératifs budgétaires, non selon les règles de la solidarité entre générations. Il ne veut pas réformer pour aller à une meilleure gestion, mais parce qu’il n’a pas d’argent pour faire face à la situation.

 Il avait toutes les possibilités de réformer tranquillement la retraite sur le long terme : lancer le débat, engager le dialogue avec tous les partenaires sociaux, changer progressivement l’âge de la retraite sur dix ou quinze ans, faire les projections nécessaires pour aller à la pérennité du système en assurant son propre financement, élargir l’assiette de financement des retraites et en faciliter l’accès à de nouveaux bénéficiaires, pour inclure tout un monde économique qui en est encore exclu, comme le monde rural et les travailleurs de l’informel, etc.

 Mais le gouvernement n’a rien tenté quand il avait de la marge. Il veut agir aujourd’hui dans la difficulté. Le ministre du travail, de l'emploi et de la sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, a insisté sur le déséquilibre de la caisse de retraire, précisant que les mesures relatives à la retraite proportionnelle sans condition d’âge a coûté 405 milliards de dinars.

 Il met en avant cet aspect financier, mais il occulte l’autre facteur, le plus puissant, celui du sens de la solidarité et du travail : quand des Algériens en pleine force de l’âge cessent toute activité, la solidarité perd tout son sens. Quand des Algériens bénéficient d’une retraite proportionnelle pour exercer une autre activité, cela est contraire à l’esprit de la retraite et à la solidarité entre générations.

 

L’art d’aggraver le problème

 En voulant régler le problème budgétaire auquel il est confronté, le gouvernement en a créé un autre. La première maladresse a été commise par un « ami » du gouvernement, M. Ali Haddad, président du Forum des Chefs d’entreprises. C’est lui qui a divulgué le projet, à la veille de la tripartite, en juin. Il était impossible de faire pire pour lancer le projet.

Cette annonce, aussi maladroite que précipitée, a provoqué une levée de boucliers légitime de la part des syndicats, contraignant le gouvernement à faire machine arrière. Au final, l’exécutif a accepté que la retraite proportionnelle soit maintenue, mais juste pour l’année en cours.

Résultat immédiat : des dizaines de milliers de personnes, ne faisant pas confiance au gouvernement, ont décidé de prendre une retraite proportionnelle, ce qui va provoquer une aggravation du déficit de la caisse de retraite à court terme, tout en créant un vide dans les secteurs où ils travaillaient. Les secteurs de l’éducation, le paramédical et la fonction publique risquent ainsi de connaitre une véritable saignée d’ici la fin de l’année.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

4 Commentaires

  • j ai toujours apprécie vos articles ; notamment ceux publies dans le" Quotidien d Oran"

    Rapporter benaouda mercredi 19 octobre 2016 10:53
  • allez comprendre! une gerontocratie trembolante qui a pris le secteur de la sante et de la formation medicale en otage REVENDIQUE LA RETRAITE APRES ...................70ans.....et de l autre des enseignants du systeme educatif qui veulent partir a 50 ANS!!! IL EST VRAIS QUE POUR LES PREMIERS LE CONFORT DE LA RENTE FAIT PARFOIS OUBLIER L EAU DE LA .....ILS ONT DES PROJETS ...PEUT ETRE UN CIMETIERE 5ETOILES!!! pour les autres ils heriteront des varices.....

    Rapporter amar mokhnache mardi 18 octobre 2016 19:10
  • L'auteur mélange le concept de solidarité inter-générationnel avec la retraite proprement dite...

    Le premier doit être du ressort du gouvernement et n'exige même pas que la personne ait travaille dans sa jeunesse. Le second est un retour de cotisations: les gens payent et reçoivent par la suite une pension. Que ce soit les cotisants actuels qui payent pour les retraités (système par répartition) ou l'argent épargné pour soi même (système par capitalisation), pour que ça marche, le principe est toujours le même: les gens payent puis reçoivent....

    La vraie question est: est-ce que les gens qui partent en proportionnelle reçoivent plus d'argent qu'ils ont cotisé (actualisé bien sûr) ? Et quand l'Etat est généreux avec les députés et hauts fonctionnaires qui touchent des retraites pleines avec à peine quelques années de cotisation, ou les militaires qui sont systématiquement promus avant de partir en retraite à 25 ans, c'est avec quel argent c'est fait ?

    En fait, le débat est faussé car il n y a qu'a voir ceux qui veulent partir est qui sont majoritairement des fonctionnaires. Ailleurs, les fonctionnaires ne demanderaient jamais à partir en proportionnelle car ce qu'ils toucheraient ne leurs permettrait pas de vivre décemment, au départ ils sont moins bien payés que le secteur privé. En Algérie, l'Etat a généreusement augmenté ses employés et ces derniers pensent s'en sortir avec ce qu'ils toucheraient. Bien entendu, au cas ou la crise se prolongerait ou que Boutef mourrait (car il n y a que lui pour mener cette politique absurde) l'inflation mangerait toutes leurs pensions de retraite....

    Rapporter Truc mardi 18 octobre 2016 17:55
  • pour bien cerner la problématique de la retraite anticipée ou plutôt de la retraite tout court, telle qu'elle est vécu et perçu par l'ensemble de nos concitoyens, il est certainement utile de rappeler les principes de base qui doivent guider le gestionnaire de la caisse pour ne pas tomber dans la faillite du système de retraite, mais pour le cas bien précis de notre pays, et si nous avions le courage de poser les bonnes questions pour bien cerner la problématique, telle que, pourquoi les détenteurs ou les occupants des postes et fonctions supérieurs n'ont pas de problème avec la condition d'age, a ce moment on va se rendre compte que cette problématique est intimement liée à la relation de travail qui doit ETRE revu et corrigée de A jusqu’à Z

    Rapporter MOUSSAOUI Abdelkader mardi 18 octobre 2016 16:55
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

En prolongeant le bail des français à B2-Namous, Boumediene a hâté l'évacuation de la base de Mers el-Kébir - Général R.Benyelles

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-Immobilier : Le "Yes we can" de M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’ONIP

  Les promoteurs algériens sont à la hauteur et peuvent faire marcher le secteur de l’immobilier sans qu’il y a besoin de recourir aux entreprises étrangères, a estimé jeudi, M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’Organisation Nationale des promoteurs immobiliers (ONPI).

Algérie: Le campus industriel de Sanofi à Sidi Abdallah sera ouvert en 2018 (Haissam Chraiteh)

  Le plus important complexe de production de médicament de Sanofi en Afrique en cours de réalisation à Sidi-Abdallah, Alger, sera opérationnel en 2018 a confirmé mercredi, le PDG de Sanofi Algérie, Haissam Chraiteh.

Algérie: Lancement du Cluster de l’énergie solaire

Le Cluster algérien des énergies solaires est officiellement né, mercredi 24 mai 2017, à l’issue d’un atelier spécialisé tenu à l’hôtel Hilton d’Alger avec la participation de représentants d’entreprises, de centres de recherches et des cadres du ministère de l’Industrie et des mines.