Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 25 Mars 2017

  •   Boualem Alami
  • mardi 19 juillet 2016 17:32

Algérie : L’expansion démographique a masqué les progrès de l’agriculture, et ravivé les craintes d’une sous alimentation

 

 

 

 

 

En dépit d’une amélioration importante de l’offre depuis une dizaine d’années avec les différents plans agricoles mis en place à partir des années 2000, complétés par des programmes d’importations de plusieurs milliards de dollars, la demande en nourriture en Algérie ne peut être satisfaite. En cause, une démographie galopante.

 

 

Constat terrible, Malthusien, que fait Omar Bessaoud dans son ‘’Etude sur la sécurité alimentaire en Algérie’’, présentée ce mardi à Alger au cours d’une conférence du FCE. Pour ce chercheur, il s’agit bel et bien d’un profond déséquilibre entre l’offre et la demande de nourriture, et quels que soient les programmes et les politiques publiques mis en place pour combler le déficit, l’offre ne peut combler l’écart d’une trop forte demande de biens alimentaires. ‘’L’agriculture a bel et bien progressé, mais c’est l’expansion démographique sur une courte période historique qui a masqué ces progrès’’, estime Bessaoud. ‘’La population algérienne qui s’est multiplié environ par 4 fois en un demi-siècle seulement, s’est aussi, fortement, urbanisée’’, souligne t-il, avant de relever que les besoins en nourriture vont donc s’accroître plus en milieu urbain qu’en milieu rural, où la demande est en recul avec une fort mouvement migratoire entre 1995-2005. Avec une hausse démographique de 20% entre 2000 et 2010, ‘’le taux d’urbanisation qui était de 58,3% en 2000 est passé à 66,3% en 2011’’, relève Bessaoud, citant l’ONS. Pour lui, ‘’ce changement social va considérablement influencer les comportements alimentaires.’’ Et, fatalement, le rapport rural-urbain s’est inversé, passant du tiers de la population algérienne à deux tiers de la population. Or, estime, t-il, la demande de consommation de produits alimentaires des ménages a augmenté durant cette période de 2,7% à la fin des années 2000, une demande ‘’plus forte dans les milieux urbains (multiplication des dépenses alimentaires de 3 fois) que dans les milieux ruraux (multiplication de 2,5 fois).’’ L’accroissement démographique, en particulier dans les villes, a fait que ‘’près de 42% des dépenses des ménages algériens ont été consacrés aux besoins alimentaires (contre plus de 44,6% en 2000)’’. Le rapport rural-urbain fait que les populations rurales consomment plus de produits alimentaires (46%) que dans les milieux urbains (40,1%). Mieux, cette tendance à la recherche de l’alimentation est encore plus prononcée entre couches sociales, explique l’étude de Bessaoud, selon laquelle environ 53,7% du budget des populations défavorisées vont aux dépenses alimentaires, alors qu’elles atteignent à peine le tiers (32,3%) pour la population la plus riche. En outre, ‘’la  population la moins aisée a vu sa part des dépenses alimentaires être multipliée par plus de 3 fois entre 2000 et 2011 : celles-ci est passée en effet de 412,6 milliards de DA à 1 288,3 milliards de DA.’’

Que faire face à une hausse de la démographie ?   

Omar Bessaoud explique ainsi que si l’offre de nourriture est en constante évolution depuis 2000, elle reste quand même déficitaire par rapport à une demande dont la courbe de croissance démographique est plus rapide. D’où, souligne t-il, le recours des pouvoirs publics aux programmes d’importation de produits alimentaires. En 2015, l’Algérie a alloué une ‘’ allocation devises-alimentation’’ par habitant de 308 dollars US, supérieure à la dépense alimentaire en devises/habitant/an affecté au Maroc (189 dollars), en Tunisie (270 dollars), en Egypte (190 dollars), Venezuela (286 dollars), mais bien en dessous aux pays arabes comme l’Arabie Saoudite (806 dollars), le Kuwait (1378 dollars) ou les Emirats Arabes Unis (2000 dollars). ‘’L’allocation devises-alimentation qui représentait 26,5% de la dépense alimentaire annuelle moyenne par habitant en 2000, occupait en 2011 plus du tiers  (33,6%) de cette même dépense’’, détaille Bessaoud. Pour lui, les pouvoirs publics ont dés les premiers moments de l’Indépendance nationale inscrit la question de l’accès à l’alimentation pour tous parmi les priorités nationales. ET affirme qu’’’en Algérie (…) les questions agricoles et alimentaires sont traitées comme une fonction régalienne de l’État : c’est une affaire d’Etat car la résolution de ces questions est cruciale pour assurer sa pérennité et est décisive pour la stabilité sociale et politique du pays’’. Dés lors, ‘’l’objectif de sécurité alimentaire se retrouve dans tous les documents stratégiques fondateurs des politiques agricoles adoptées par le pays’’, affirme t-il. Après les différentes réformes agricoles des années 1960, 1970 et 1980, l’Etat a mis en place en 2000 une autre stratégie de développement agricole, avec comme toile de fond des programmes de relance soutenu par d’importants financements. Entre 2010 et 2014, les pouvoirs publics ont dépensé plus de 1,7 milliard de dollars en moyenne annuelle pour le soutien des ‘’investissements programmés dans le cadre de la politique agricole. La même dépense est également consentie pour subventionner les produits de large consommation, comme les céréales, le lait, le sucre, la tomate industrielle ou l’huile végétale. Et pourtant, les résultats de ces différents plans agricoles de relance sont bons, même s’ils sont insuffisants pour répondre à une demande alimentaire en hausse constante, puisque les cultures en irrigué sont passées de 512.740 Ha en 2001 (6,2% de la SAU) à 987.005 Ha en 2011 (11,7% de la SAU). La production, céréalière est passée de 3 millions de Tonnes sur la période 2005-2008 à plus de 5 MT entre 2009-2015, la production laitière passe de  1 milliard de litres à près de 4 milliards de litres en 2015, la pomme de terre de 2 millions de tonnes à 4 millions de tonnes et les viandes rouges de 300 000 à 400 000 tonnes. Ce sont là des résultats probants, qui font que l’agriculture algérienne a réussi une profonde mutation, orientée vers une production toujours plus importante, diversifiée. Mais, estime l’étude M. Bessaoud, ‘’insuffisants pour contenir une trop forte demande sur les aliments, d’où le recours à l’importation.’’ Dés lors, les pouvoirs publics doivent se préparer au choc démographique et la baisse tendance de l’offre de produits alimentaires, lorsque la population algérienne atteindra 50 millions de personnes à l’horizon 2030.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • Il faut regarder la réalité en face!!!
    1-Personne ne connait réellement les performances (ou contre-performances) de l'agriculture, les statistiques étant du type "auzonvirons"
    2- A chaque fois que les prix montent, sans raison et au grand dam des consommateurs surtout les salariés de la tranche inférieure à 50.000DA/mois, l'explication officielle est toute trouvée :" c'est la faute aux spéculateurs...C'est le manque de marchés de gros ou de marchés de proximité, ... du déficit en chambres froides...ou parfois de l'existence de chambres froides..." . Bref, un secteur où l'informel fait sa loi et où l'État joue le rôle de l'acteur impuissant qui voit son territoire de compétences foulé par les forces du marché...malgré les milliards dépensés en aides publiques, moratoires sur les dettes, effacement, etc.
    3- On oublie aussi que le manque de professionnalisme fait que les pertes et les manques à gagner sont énormes...Mais moins il y a de produits agricoles disponibles et plus les prix montent ..à la joie des intermédiaires. Bizarre que dans un pays où on prône encore la nécessaire protection des couches défavorisées, le mode coopératif est complètement oublié, négligé ...comme si le traumatisme de la "révolution agraire" a crée une aversion de cette forme d"organisation très usitée dans les pays capitalistes et qui donne d'excellents résultats.
    4- Le jeunes ne veulent pas travailler la terre et le vieux fatigués ne peuvent accomplir la révolution dans les techniques et l'organisation pour une agriculture durable. Le système foncier est complètement obsolète et les règles liés à l'héritage n'arrangent pas les choses pour aller vers l'intensification.
    5- Faut-il arriver à des situations de crise alimentaire aiguë pour l'Algérie, le plus grand pays d'Afrique, repense sa façon de production sa nourriture et son modèle de consommation?
    Dans les pays pourtant riches et dont le PIB/habitant est au moins 5 fois celui de l'Algérie, il y a des jardins communautaires où les familles cultivent des légumes et des fruits sans compter les autres types de cultures hors sols qui permettent à des entreprises de fournir les légumes pour les repas des travailleurs qui auront consacrés des heures de loisirs pour soigner les plantes et veiller à ce qu'elles arrivent à maturité de façon saine. Sans un lien fort et un respect de la nature, il est impossible pour une société d'atteindre une certaine autosuffisance...facteur essentiel pour la sécurité nationale et la cohésion de la société. Mais là, c'est un domaine où développement de l'agriculture et progrès de la culture se rejoignent voire sont interdépendants.

    Rapporter LAHLOU mercredi 20 juillet 2016 06:00
  • Bessaoud pense au modèle d'agriculture néocolonial...il y a peu de temps, il soutenait mordicus que l'agriculture algérienne avait atteint ses limites...et qu'elle n'avait plus aucune marge de progression....il a fait un effort...mais il passe à coté de l'essentiel: l’existence d'une véritable force de frappe autochtone...qui ne demande qu'à être écoutée, comprise et soutenue...pour son grand malheur et celui de ses inspirateurs si mal inspirés, l'agriculture algérienne n'a pas tout dit...Aziz Mouats

    Rapporter Aziz MOUATS mardi 19 juillet 2016 19:50
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

L’interdiction des ordinateurs et tablettes en cabine décidée par Londres écœure les Tunisiens

  La décision des autorités britanniques de suivre la voie de Trump et d'interdire en cabine les ordinateurs et les tablettes sur les vols en provenance de Tunisie écœure les tunisiens. L'ambassadrice britannique a été convoquée au ministère des affaires étrangères.

Air Algérie - Le vol Alger-Istanbul fait demi-tour, les passagers repartent dans un autre avion

L'avion qui devrait assurer hier soir un vol à destination d'Istanbul à partir d'Alger, a dû être remplacé après avoir fait demi-tour en raison d'un problème technique, a indiqué Air Algérie  dans un communiqué.

Maroc: Bank Al Maghrib fait les comptes et explique le nouveau régime de change "flexible"

                                                                             A l'issue de sa première réunion trimestrielle de 2017, le conseil de la banque centrale du Maroc, Bank Al-Maghrib (BAM) a fait les comptes, maintenu ...