Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Août 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • lundi 17 octobre 2016 08:50

Les syndicats autonomes entament une grève de deux jours pour la défense de la retraite proportionnelle

Grève des paramédicaux en 2011 (Archives - DR)

Treize syndicats autonomes des secteurs de l’éducation, de la santé et de l’administration publique entament ce lundi 17 octobre 2016 une grève de deux jours pour marquer leur rejet de la remise en cause de la retraite proportionnelle et sans condition d'âge, décidée par la dernière Tripartite. Les syndicats prévoient de revenir à la charge en prévoyant une nouvelle grève de deux jours les 24 et 25 octobre prochain.

 

 

Les organisations syndicales de l’éducation nationale (CNAPEST, CELA, SNAPEST, UNPEF, SNTE, SATEF, SNAPEP), de la santé publique (SNPSP, SNAPSY, SAP), des vétérinaires (SNVFAP), de la formation professionnelle (SNTFP) et des corps communs et l'administration publique (SAFAP, SNCCPES) réclament le droit des syndicats autonomes de participer à l’élaboration du nouveau code du travail.

Les syndicats comptent à l’issue de ces mouvements de grève procéder à une évaluation avant de décider des suites à donner dans le cas où le gouvernement persiste à maintenir la décision de supprimer la retraite proportionnelle.

 Nouria Benghabrit, ministre de l’éducation, un des secteurs à la remise en cause de la retraite proportionnelle est la plus décriée et qui suscite d’ailleurs un course au dépôt de dossier de retraite avant la fin des délais, a tenté de convaincre les syndicats de renoncer à leur mouvements.

 Mais plusieurs syndicats de l’éducation (CNAPEST, CELA, SNAPEST, UNPEF, SNTE, SATEF, SNAPEP) ont refusé de participer à une réunion en estimant que la question dépassait la ministre. Certains y voient même une tentative de la ministre de casser le front syndical contre la remise en cause de la retraite proportionnel où le secteur de l’éducation est fortement représenté et impliqué.

 

 

                                                     405 milliards dinars par an, selon El Ghazi

 Le gouvernement multiplie pour sa part des déclarations sur l’impact financier jugé lourd de la retraite proportionnelle et sans condition d’âge et menace le système des retraites, selon le ministre du travail, de l'emploi et de la sécurité sociale, Mohamed El Ghazi.

 «La retraite proportionnelle et sans condition d’âge a lourdement  affecté le système de retraite avec plus de 916.000 retraités( 52%) et 405 milliards  de Da de dépenses annuellement » a-t-il déclaré lors de la présentation devant la commission de santé de l’APN du  projet  de loi modifiant et complétant la loi 12-83 du 2 juillet 1983 relative à la  retraite.

 Le projet de loi prévoit le maintien de l’âge minimum de retraite à 60 ans pour les hommes et 55 ans pour les femmes, à la demande de ces dernières, avec le droit de travailler cinq années supplémentaires (après l’âge minimum).     

 Le ministre a affirmé que l’objectif est de préserver le système national de retraite et garantir sa pérennité et la révision a été décidé «en concertation » avec les partenaires sociaux (UGTA, patronat) lors de la réunion de la tripartite tenue le 5 juin dernier.

 Pour rappel, les syndicats autonomes ont régulièrement contesté le monopole de la représentation syndicale octroyé à l’UGTA dans la tripartite et ils rejettent de ce fait l’affirmation qu’il y a eu une «concertation » avec les partenaires sociaux.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Attentats de Barcelone: La police confirme avoir tué le dernier suspect

La police autonome de Catalogne a confirmé lundi avoir tué Younès Abouyaaqoub, dernier membre encore en fuite de la cellule djihadiste responsable des attentats de la semaine dernière en Catalogne.

Algérie: Net recul du déficit commercial sur les sept premiers mois de 2017

  Le déficit commercial de l'Algérie a reculé à 6,17 milliards de dollars sur les sept (7) premiers mois de 2017 contre un déficit de 10,61 milliards de dollars sur la même période de 2016, soit une baisse de 4,44 milliards de dollars correspondant à une chute du déficit de 42%, a appris l'APS auprès des Douanes.

Un sondage de RAJ confirme l’ampleur de la désaffection des jeunes Algériens à l’égard de la politique

  Un sondage réalisé par l’association Rassemblement-Action-Jeunesse (RAJ) confirme l’ampleur de la désaffection des jeunes Algériens à l’égard de la politique.