Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 29 juillet 2017 14:01

Maroc : Les abonnements postpayés prennent du terrain, stimulés par les offres à "bas prix"

 

Le Maroc compte, à fin juin 2017, un total de 42,05 millions d’abonnés mobiles, en légère hausse de 0,64% par rapport au premier trimestre 2017.

 

La configuration du marché de la téléphonie commence à changer. Le parc mobile postpayé a atteint près de 3,2 millions d’abonnés, enregistrant une croissance annuelle de près de 11%, selon de bilan du premier semestre de l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), repris par la MAP.

L’ANRT fait  état d'un changement progressif du mode de consommation chez le client marocain, porté essentiellement par les nouvelles offres postpayées à "bas prix", lancées par les trois opérateurs mobiles.

Quant au parc des abonnés mobiles prépayés, il atteint 38,86 millions d’abonnés, enregistrant une  hausse annuelle de seulement  0,77% et trimestrielle de 0,44%, selon l’ANRT qui fait état jusquà fin juin 2017, d’un total de 42,05 millions d’abonnés mobiles, en légère hausse de 0,64% par rapport au premier trimestre 2017.

"Le parc de la téléphonie mobile se consolide en enregistrant de légères hausses, trimestrielle de 0,64%, et annuelle de 1,48%", commente le Régulateur.

Le parc des abonnés fixes s’établit à plus de 2 millions d’abonnés dont près de 245.000 en mobilité restreinte, fait savoir le communiqué, ajoutant qu’il poursuit sa tendance baissière et marque une baisse annuelle de 3,7%.

Quasi-stagnation de l’ARPM

Le nombre moyen de minutes mobiles consommées par client par mois atteint 109 minutes à fin juin 2017, contre 112 minutes une année auparavant, souligne le communiqué, précisant que pour le segment fixe, l’usage moyen sortant mensuel baisse de 5% entre fin juin 2016 et fin juin 2017, passant de 124 à 118 minutes par mois.

Ces légers reculs sont essentiellement liés à la baisse du trafic international (sortant et entrant), explique l’ANRT. S’agissant du revenu moyen par minute (ARPM) pour le segment mobile, il enregistre une quasi-stagnation par rapport à juin 2016 et s’établit à 0,23 DH HT/min à fin juin 2017, tandis qu’il est en hausse pour le segment fixe, passant de 0,95 à 0,98 DHHT/min.

Pour sa part, le revenu moyen par client Internet s’établit, au 30 juin 2017, à 25 DH HT/mois (contre 24 DH HT au 30 juin 2016), selon la même source qui confirme la dynamique observée depuis 2016 dans le segment de l’Internet mobile dont le revenu moyen a enregistré une hausse de 18en s’établissant  à 20 DH HT/client à fin juin 2017. 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FCE reconnait que ces participations aux tripartites étaient « illégales »

Paradoxalement, depuis sa création à ce jour, le FCE ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien.

Algérie- Les importations n’ont reculé que d’un (1) milliard de dollars en 2017

Les exportations ont, en revanche, nettement augmenté à 34,76 mds usd en 2017 contre 30,02 mds usd en 2016 (+15,8%).

Algérie-La révision de la loi sur les hydrocarbures pourrait intervenir avant fin 2018

La révision de la loi sur les hydrocarbures prendra en charge non seulement" l’aspect fiscal mais aussi l’aspect légal, contractuel et tous les autres aspects relatifs à la loi", selon le P-dg de Sonatrach.