Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Février 2017

  •   Reuters
  • vendredi 9 décembre 2016 09:31

Orange étend sa marque au Maroc et pousse ses pions en Afrique



Le lancement de la marque Orange au Maroc avec le passage de Méditel sous les couleurs de sa maison-mère française a été donné, lors d’une conférence de presse jeudi à Skhirat.


Le lancement de la marque Orange au Maroc est une décision importante qui “reflète notre volonté d’être un investisseur à long-terme dans le Royaume”, a indiqué le Président Directeur Général du Groupe, Stéphane Richard.
M. Stéphane Richard a mis l’accent sur les avantages de l’arrivée sur le marché marocain de la marque Orange avec l’ensemble de ses valeurs. Ce rebranding de Méditel à Orange se traduit également par une refonte de l’image de marque et de nouvelles offres.
L'opérateur marocain Meditel, contrôlé à hauteur de 49% par Orange, a été rebaptisé à son tour jeudi aux couleurs du numéro un français des télécoms, déterminé à jouer sa carte sur un continent africain au fort potentiel de croissance.
Orange Maroc est le 25e pays de l'opérateur aux 250 millions de clients dans le monde à rejoindre le pavillon Orange, la marque française la plus valorisée devant Axa et BNP Paribas, selon un classement établi par Brand Finance qui la place au 54e rang mondial.
"Dans le monde digital dans lequel on est, ce monde est caractérisé par une profusion de services et d'acteurs. Et au milieu de ce foisonnement incroyable, je crois qu'il est important pour les utilisateurs d'avoir quelques points de repères", a déclaré le PDG d'Orange, Stéphane Richard, lors d'une conférence de presse organisée dans la ville balnéaire de Skhirat entre Rabat et Casablanca.
Avec le changement de nom de Meditel qui suit celui de Mobinil en Egypte en début d'année et de Mobistar en Belgique, Orange a unifié sa marque à la quasi-totalité de ses actifs, à l'exception de récentes acquisitions en Afrique qui devraient changer de pavillon début 2017.
Numéro deux dans le mobile au Maroc avec 14,2 millions de clients, Meditel peine en revanche dans l'ADSL, segment sur lequel le numéro un Maroc Telecom compte plus de 99% de parts de marché.
"On ne peut pas dire que le vent de la concurrence ait beaucoup soufflé sur cette partie du marché", a souligné Stéphane Richard, qui demande que le cadre réglementaire soit appliqué.
Si le revenu moyen par abonné y est sept fois inférieur environ par rapport au marché français, le potentiel d'expansion est important dans une région où le téléphone portable pallie de plus en plus le manque d'infrastructures, à l'image des services de paiement.
Avec les rachats de Cellcom au Liberia, des filiales d'Airtel au Burkina Faso et en Sierra Leone et de Tigo en République démocratique du Congo (RDC), Orange a renforcé ces derniers mois sa présence sur une zone Afrique et Moyen-Orient qui a dégagé un chiffre d'affaires de 3,9 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année, soit 12,8% des revenus de l'opérateur télécoms.
En Tunisie, l'opérateur aimerait se renforcer au capital de sa filiale Orange Tunisia dont il détient 49% au côtés notamment de l'Etat tunisien qui a fait savoir récemment qu'il souhaitait se désengager.
Orange est "assez optimiste" sur l'issue des discussions qui portent sur un bloc supplémentaire de 15 à 16% du capital, a expliqué à des journalistes Bruno Mettling, PDG d'Orange Afrique & Moyen Orient.
Sur l'Iran, Orange, qui souhaite comme beaucoup d'autres groupes français prendre pied dans le pays, se montre en revanche prudent.
Le numéro un français des télécoms a fait savoir début septembre qu'il discutait avec le premier opérateur mobile iranien, Mobile Telecommunication Company of Iran (MCI), en vue d'une éventuelle coopération dans plusieurs domaines.
"Nous considérons à l'évidence que le marché iranien est très intéressant, très prometteur. Maintenant on est extrêmement prudents parce qu'on voit la complexité de ce pays", a expliqué Stéphane Richard à des journalistes.
"On voit l'élément de complexité particulier qui est ajouté par la question des sanctions. Et donc on ne va pas se précipiter".


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie à l’Ansej ».

Maroc: Benkirane n'en veut pas mais l'USFP veut une place dans le prochain gouvernement

  Les ''socialistes'' marocains ne veulent plus faire de l'opposition. Ils entendent être au prochain gouvernement que n'arrive pas à former depuis cinq mois Abdelilah Benkirane, chef du parti (islamiste modéré) du PJD, vainqueur des législatives d'octobre 2016.

Algérie - L'emprunt national "hallal" sans intérêt arrivera au printemps

    Après l'emprunt national "ordinaire" aux résultats mitigés réalisé en 2016, le gouvernement algérien pense à un emprunt national sans intérêt, "hallal" qui pourrait être lancé au printemps. L'argent de l'informel sera-t-il plus sensible à une offre "conforme à la charia?".