Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Octobre 2017

Pour maîtriser le m-payement, il faut "adosser un compte bancaire à un compte mobile"-Matthieu Galvani (audio-vidéo)

Matthieu Galvani, directeur général de l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy/ Ph: Ahmed Sahara

Pour le directeur général de Djezzy, Matthieu Galvani, les banques et les opérateurs de téléphonie mobile sont prêts pour le lancement du paiement mobile en Algérie.

 

L’Algérie n’entrera pas dans l’ère du digital sans le paiement électronique. « Une bonne économie digitale c’est une économie dans laquelle on peut payer d’une manière digitale et sécurisée», avance le directeur général de Djezzy, Matthieu Galvani sur Radio M.

M. Galvani fonde beaucoup d’espoir sur le lancement cette année du paiement électronique en Algérie, soulignant  une réelle volonté des différentes parties, notamment du gouvernement pour aller dans cette direction. Il estime, néanmoins, que ce service doit être tout à fait réglementé.

Le directeur général de Djezzy affirme que les banques et les opérateurs de téléphonies sont prêts pour la « révolution » du paiement mobile en Algérie. Pour lui, le paiement mobile et le mobile banking d’une manière générale doivent se faire sous le contrôle des autorités bancaires. Trois acteurs doivent être parties prenantes de ce système, à savoir  l’Etat, les banques et les opérateurs de téléphonie.  Pour maitriser le m-payement, il faut selon lui « adosser un compte bancaire à un compte mobile ».

Le M-pesa, un cas particulier

 M. Galvani juge  l’attitude « prudente » des pouvoirs publics à ce sujet  « fondamentale » pour ne pas reproduire les erreurs  de certains pays en la matière. Il pense surtout au cas du Kenya avec son modèle de m-payement, le M-pesa qui est souvent cité en exemple pour illustrer le retard de l’Algérie à prendre le virage du m-payement.  

« Il ne faut surtout plus comparer M-pesa avec les autres possibilités de m-payement. Je pense que le cas du Kenya est un cas très particulier où la Banque centrale a laissé  l’opérateur téléphonique générer un flux monétaire à partir de cartes de recharges. Elle est finalement intervenue lorsque le système était devenu beaucoup trop grand », a-t-il expliqué, estimant que cette création virtuelle de monnaie n’est  « absolument pas du paiement mobile ». « C’est de l’argent mobile transférable », a-t-il jouté.

Le modèle kenyan de paiement mobile a été très critiqué par la ministre des Technologies de l'information, de la communication et de l'économie numérique, Imene Houda Feraoun lors de l’une de ses sorties médiatiques. La ministre, pour expliquer  pourquoi le gouvernement a opté pour le paiement électronique au lieu du paiement mobile- alors qu’elle jugeait quelques mois auparavant le e-payement dépassé-, a cité le « mauvais » exemple de M-pesa, qui serait selon elle vecteur de l’informel.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Bonjour nullement satisfait de l accueil qui a été réservé a mon employée venue payer la facture mensuelle j aimerais avoir des renseignements sur la personne a contacter .En esperant toutefois qu il y aurait une reponse a mon mail .
    Cordialement.
    Mr Baghdad BENGRINE
    tel : 07 70 61 67 38
    05 50 32 09 76

    Rapporter Baghdad BENGRINE samedi 29 juillet 2017 13:00
  • .Ce que peut penser notre jeune Ministre des Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication et de l’économie numérique, Melle Imen Houda Feraoun, a pour moi peut d’importance, car à mes yeux en la matière elle souffre de graves carences de compétences, ce qui explique sans doute pourquoi elle dit une chose et son contraire

    L’Algérie (avec ou sans Djezzy de BOUTEFLIKA) à cause des turpitudes du pouvoir politique en place, a de façon irréversible ratée la révolution numérique et de ce fait notre pays est condamné à n’être qu’un acteur passif en TIC

    Le tour de passe-passe de la monétique, billettique et documents d’identités biométriques BASSMA DJAZAIRIA sonnera bientôt le glas des glands voleurs et receleurs associés de HB TECHNOLOGIES et consorts, car le sort est jeté et rien ne va plus

    Le futur de la globalisation de l’économie numérique aura pour acteurs majeurs les grands groupes bancaires que sont Visa et MasterCard, les industriels VERIFONE, NCR, et Apple et les fournisseurs d’accès, de systèmes d’exploitation et de contenus que sont Alphabet (Google) et First Data (Microsoft)

    Deux nouvelles technologies seront au menu des prochaines années : la dématérialisation et la biométrie, lesquelles vont jouer le rôle d’un catalyseur pour moderniser et sécuriser le système de paiement électronique mondial, le système de santé international, le système des transports et du fret intercontinental

    N’en déplaise à mes ennemis et à mes détracteurs, ce catalyseur sera l’œuvre d’un authentique électron libre, à savoir le citoyen algérien que je suis

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, authentique inventeur des technologies de la dématérialisation, de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées, dont les documents d’identités biométriques, les cartes CHIFA, les Dossiers Electroniques Universel de Santé et les Cartes Universel des Transports Aériens, Maritimes et ferroviaires.

    Rapporter GUENZET SOFIANE jeudi 13 juillet 2017 14:36
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- A l'horizon 2020, "le Trésor public n'aura besoin de recourir à aucun financement" (ministre)

Le déficit du Trésor public devrait baisser à 55 milliards de dinars en 2019 grâce au recours au financement non conventionnel, a indiqué dimanche le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya.

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l’aventure algérienne (2ème partie)

  Dans la première partie de cette contribution sur le gaz de schiste, l’auteur a dressé le panorama de l’industrie des hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis. Qu’en est il de l’Algérie ?       II.            Et l’Algérie dans tous ça ! quel exemple ? Prédisposition géologique, vers une pétrolisation du schiste Les bassins d’hydrocarbures algériens consistent dans deux formations de gaz et de pétrole, le schiste du Silurien...

Les réserves de change de l'Algérie devraient baisser à 85,2 milliards de dollars fin2018 (ministre)

Les importations devraient poursuivre une tendance baissière pour atteindre 43,6 mds usd en 2018, puis 41,4 mds usd en 2019 et 40,9 mds usd en 2020.