Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Abdelkader Zahar
  • vendredi 30 juin 2017 13:32

Douga-Douga: L'Algérie parmi les pays à plus faibles débits Internet (Rapport Akamai)

 

L’Algérie reste parmi les pays aux faibles débits de connexion (hors mobile). Dans le dernier rapport de la société Akamai, pour le 1er trimestre 2017, le pays n’est cité que dans la catégorie des débits de 4 Mbps, avec un très taux d’adoption en dessous de 5%. De tous les pays de la région, l’Algérie est le seul où la croissance de la vitesse de l’Internet est très faible.

 

 

"Au premier trimestre de 2017, le Venezuela et l'Algérie ont de nouveau été les deux seuls pays avec des taux d'adoption d’une connexion à large bande de 4 Mbps en dessous 5%. Le Venezuela a affiché un gain trimestriel de 9,1% (à un taux de 3,6% d'adoption), alors que l'Algérie a connu une perte de 6,6% (à 3,7% d'adoption)", indique un rapport d’Akamai, le leader mondial des services du Réseau de diffusion de contenu (CDN), consacré à l’Etat de l’Internet dans le monde au premier trimestre 2017.

Dans la partie consacrée à la région Moyen-Orient et Afrique (MEA, en anglais), le rapport commente les données de la Plateforme Intelligente de la société Akamai qui donnent la vitesse moyenne et le pic de connexion des pays de la région. Ce rapport se réfère à des vitesses supérieures ou égales à celles d’un seuil minimal de 4 Mbps. "Pour être admissible à un niveau de vitesse, un pays ou une région doit avoir plus de 25.000 adresses IPv4 uniques avec une moyenne une vitesse de connexion qui atteint le seuil de vitesse donné", précise le document.

Les données du réseau mobile ont été supprimées de l'ensemble de données utilisées pour calculer les paramètres indiqués (vitesse moyenne et maximale). En outre, l’analyse porte uniquement sur la data provenant des connexions IPv4. Ainsi, au premier trimestre 2017, "la vitesse de connexion moyenne mondiale était de 7,2 Mbps, une augmentation de 2,3% par rapport au quatrième trimestre de 2016". Les dix premiers pays ayant par vitesse moyenne de connexion (en Mbps) sont : La Corée du Sud (28,5), la Norvège (23,5), la Suède (22,5), Hong Kong (21,9), la Suite (21,7), la Finlande (20,5), Singapore (20,3), le Japon (20,2), le Danemark (20,1), et les Etats-Unis (18,7).

À l'échelle mondiale, sur 126 pays au total 95 ont connu une croissance trimestrielle du débit de 4 Mbps à large bande, avec des taux d'adoption allant jusqu’à 94%. Le rapport note une sensible amélioration Soudan dont la croissance annuelle a atteint 123% faisant passer le taux d'adoption du débit de 4 Mbps à 13% dans le pays. Douze autres pays ont affiché des taux de croissance à deux chiffres, alors que d’autres ont vu reculer ce taux.

Au premier trimestre 2017, la moyenne mondiale des pics de débits était de 44,6 Mbps. Les dix pays ayant enregistré un pic de débit de connexion IPv4 (Mbps) sont : Singapore (184,5), Macao (132,0), Mongolie (131,1), Hong Kong (129,5), Corée du Sud (121,0), Jersey (108,4), Qatar (107,9), Thailand (106,6), Israël (99,1), et la Suède (95,3).

Le Kenya cède sa place de leader au Qatar

En région MEA, le Kenya a perdu son statut de leader en terme de vitesse moyenne de connexion (IPv4). L’Algérie ne figure même pas dans le Top 10 de la région. Les données du 1er trimestre de 2017 montrent que c’est le Qatar et Israël qui sont en tête avec une connexion moyenne de 13,7 Mbps, suivis du Kenya avec 12,2 Mbps, puis des Emirats Arabes Unis (8,6), du Koweït (7,9), la Turquie (7,6), l’Afrique du Sud et l’Arabie Saoudite (6,7), le Maroc (5,2), l’Iran (4,7), le Nigeria (3,9), la Namibie (2,9) et l’Egypte (2,0).

En terme de taux d’adoption d’un débit de connexion supérieur à 4 Mbps, c’est Israël qui est en tête de la région MEA avec 95%, suivie des Emirats (94%), du Qatar (86%), la Turquie et l’Arabie Saoudite (76% et 75%), le Kenya (73%), l’Iran (61%), l’Afrique du Sud et le Maroc (58% et 57%), et l’Egypte en dernier avec (6,0%). En terme d’évolution annuelle, parmi ces pays c’est l’Iran qui réalise le plus fort taux avec une augmentation de 70% du taux d’adoption d’un débit de connexion supérieur à 4 Mbps.

Quant au taux d’adoption d’un débit de connexion supérieur à 10 Mbps, c’est le Qatar qui domine la région avec 62%, suivi d’Israël (54%), du Kenya (45%), des Emirats (23%), de la Turquie (19%), de l’Arabie Saoudite et de l’Afrique du Sud (14% et 11%), du Maroc (5,6%), de l’Iran (1,3%) et de l’Egypte (0,6%).

Au-delà d’un débit de 15 Mbps, c’est toujours le Qatar qui domine avec 33% de taux d’adoption), suivi du Kenya avec 31%.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • c est vrai pour l avoir vécu ....reconnaitre le disfonctionnement c est déjà résoudre en partie le problème .La fierté oui mais pas dans le vent cher commentateur ..............

    Rapporter MAAD samedi 1 juillet 2017 07:33
  • C'est faux, c'est un complot international qui fait qu'invariablement on soit classé parmi les derniers de la classe...

    On jalouse notre ministre des postes qui a déclaré que l'Algérie a fait un développement considérable en TIC. Cette ministre, la seule chose qui la relie aux TIcs est que dans son CV, son lieu de naissance est marqué Tlemcen....

    Je suis sûr qu'au fond d'eux mêmes, ni le président ni son premier ministre ne comprennent ce qu'est exactement Internet... Quand on leurs en parle, ils font mine de comprendre. Ils sont trop vieux pour ça...

    Rapporter Truc vendredi 30 juin 2017 14:55
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.