Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • lundi 13 février 2017 16:54

Interconnexion Algérie, Niger, Nigeria, le Tchad : feu vert de la BAD pour la Dorsale Transsaharienne à fibre optique

  Boubacar Sidiki Traore, représentant de la BAD à Alger (dr)

La Banque africaine de développement (BAD) a donné son feu vert au financement du du projet de la Dorsale Transsaharienne à fibre optique (DST) devant interconnecter l’Algérie, le Niger, le Nigeria et le Tchad, a indiqué lundi à Alger, le représentant de l’Institution en Algérie, Boubacar Sidiki Traore.

 

 

"Le Projet doit interconnecter, dans sa première phase l’Algérie, le Niger, le Nigeria et le Tchad, et la phase suivante de la DTS concernera les interconnections à fibre optique de l’Algérie, du Mali et du Niger", a précisé M. Sidiki Traore à l’ouverture à Alger de la Conférence africaine sur la Gouvernance de l’internet.

La BAD accorde ainsi un prêt de 31,4 millions d'euros auquel s'ajoute un don de 12,5 millions d'euros au Niger pour le tronçon nigérien de la Dorsale Transsaharienne à fibre optique.

 A ce sujet, le représentant de la BAD, se félicite du lancement des activités du Comité de Liaison de la DTS (CLDT) en présence des ministres en charge du secteur des six pays membres concernés. Les autorités algériennes ont bien voulu accepter d’accueillir le siège de ce Comité qui assurera, entre autres, "la coordination et la cohérence des tracés de DTS, la collecter et les échanges de données relatives au projet", a ajouté le responsable.

Le représentant de la BAD en Algérie a réitéré la disponibilité de la Banque africaine à "accompagner et appuyer les pays respectifs à renforcer et améliorer la résilience et la diversification des économies des pays, notamment à travers la mise en place des infrastructures et application TIC tout en les appuyant dans le renforcement des cadres juridiques et réglementaires y afférents pour lutter contre les défis posés par les innovations technologiques et en particulier internet".


"La BAD a répondu favorablement à la requête des autorités algériennes pour tenir cette conférence, visant à engager la réflexion au niveau continental afin que les 54 pays puissent adopter une position commune, assortie de recommandations précises, pour pouvoir faire face aux défis découlant de la gouvernance de l’internet, et afin d’en tirer pleinement avantage tout en limitant voire annulant la prolifération des risques y afférents", a-t-il souligné.

 

Rattaché au projet de la la route transsaharienne

"Le projet de la dorsale en Fibre Optique a été rattaché au projet de la route transsaharienne en vue de connecter toutes les concentrations de populations, sur son trajet, par voies routières aux autres régions du pays et, au-delà, au monde" lit-on sur une note de présentation technique du projet.

 

 Cette connexion "consiste à compléter les maillons manquants au Niger et au Tchad de la dorsale transsaharienne en fibre optique ; Algérie - Niger - Nigéria – Tchad, par la mise en place du socle de base sur lequel pourra se greffer le développement futur du commerce électronique, des services financiers mobiles, de l’administration électronique, etc, en diminuant les coûts d’accès aux services TIC qui restent inaccessibles pour les populations. "

 Le projet prévoit notamment en termes d’infrastructures, le déploiement de la Fibre Optique sur les tronçons de la route Transsaharienne (RTS) interconnectant l’Algérie au nord, le Nigéria au sud et le Tchad à l’Ouest.  Il prévoit la construction par extension et la mise en production d’un Centre national de données (Datacenter) au site du Haut-Commissariat à l’Informatique et des TIC à Niamey ainsi qu’ à N’Djamena dans le site de l’AGETIC (Agence des Technologies de l'Information et de la Communication) au Tchad. 

L'Algérie est prête

Le tronçon algérien de la route transsaharienne Alger-Lagos a été terminé. Le dernier tronçon de cette route, longue de 4800 km, sera achevé en 2017, dans le territoire de la République du Niger, a indiqué Abdelmalek Sellal, le 14 janvier dernier à Bamako.

 "L’Algérie voudrait faire part de l’achèvement du tronçon national de la route transsaharienne Alger-Lagos, longue de 4800 Km, et souligner que celui du dernier tronçon, situé sur le territoire de la République du Niger, est prévu en 2017", avait déclaré  M. Sellal.


Sellal a annoncé à la même occasion que la "pose en territoire algérien du câble de fibre de verre relié au réseau international pour alimenter et désenclaver cette vaste zone du continent en matière de TIC tout au long de l’axe Alger-Lagos a été achevée".

 

LIRE AUSSI : Nouvelle perspective pour Algérie Télécom : devenir un "hub" africain de l’internet

 

 


Évaluer cet élément
(8 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le non-Maghreb et son coût [ LE BLOG ]

  Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d’une situation qui n’a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c’est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du « non-Maghreb » équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional...

La Banque centrale tunisienne s’intéresse aux applications pratiques de la Blockchain

  L’”Africa Blockchain Summit”, se tiendra à Tunis en mai 2018 et portera sur la thématique de la technologie des registres distribués (Blockchain).

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.