Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Février 2017

  •   Maghreb Emergent
  • jeudi 24 novembre 2016 12:40

Algérie-Après l’e-paiement, le gouvernement envisage d'introduire le paiement mobile

Quelques semaines après le lancement officiel du paiement électronique, le ministère délégué chargé de l'Economie numérique et de la Modernisation des systèmes financiers, pense déjà à introduire le paiement mobile.

 

Un groupe de travail sera mis en place à l'effet d'engager une réflexion sur les modalités de mise en oeuvre du paiement via téléphone mobile, annonce le ministre délégué chargé de l'Economie numérique et de la Modernisation des systèmes financiers, Mouatassem Boudiaf.

Selon l’agence APS qui a rapporté l’information, M. Boudiaf a fait cette déclaration lors de la cérémonie de signature de la charte monétique interbancaire à l’occasion de l'assemblée générale extraordinaire du  Groupe d'intérêt économique (GIE monétique) organisée dimanche dernier.

Cette cérémonie a réuni le président de l'Association des banques et établissements financiers (Abef), Boualem Djebbar, et des directeurs généraux des établissements membres du GIE Monétique (banques et Algérie poste).

Le ministre a annoncé à cette occasion « le lancement avant la fin de l'année en cours du télépaiement (paiement des impôts par les entreprises directement sur le site web de la Direction générale des impôts) ».

Un communiqué du GIE monétique annonce que cette charte monétique interbancaire « permettra à la communauté bancaire de se doter d'outils nécessaires pour la mise en place de produits et services monétiques innovants en apportant une valeur ajoutée certaine au citoyen ». Il s'agit d'une « brique dans l'édifice du système monétique interbancaire répondant aux impératifs communautaires visant à construire un système monétique interbancaire cohérent, performant et sécurisé, et ce, en mettant en place des règles de fonctionnement », explique la même source.

Pour rappel, l’ e-paiement a été lancé le 4 octobre dernier. Plusieurs entreprises ont ouvert ce service à leurs clients. Il s’agit d’Algérie Télécom, Mobilis, Air Algérie, Société des eaux et d'assainissement d'Alger (SEAAL), Djezzy, Ooredoo et Amana Assurances. 

L’option d'aller vers le paiement mobile sans passer par l'e-payement- en raison de l’essor de l’internet mobile (3G/ 4G)- a été envisagée un moment par le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de communication (MPTIC). Ce dernier a opté pour e-payement après près d'une décennie de retard.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie à l’Ansej ».

Maroc: Benkirane n'en veut pas mais l'USFP veut une place dans le prochain gouvernement

  Les ''socialistes'' marocains ne veulent plus faire de l'opposition. Ils entendent être au prochain gouvernement que n'arrive pas à former depuis cinq mois Abdelilah Benkirane, chef du parti (islamiste modéré) du PJD, vainqueur des législatives d'octobre 2016.

Algérie - L'emprunt national "hallal" sans intérêt arrivera au printemps

    Après l'emprunt national "ordinaire" aux résultats mitigés réalisé en 2016, le gouvernement algérien pense à un emprunt national sans intérêt, "hallal" qui pourrait être lancé au printemps. L'argent de l'informel sera-t-il plus sensible à une offre "conforme à la charia?".