Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Février 2017

  •   Amin Fassi-Fihri
  • mardi 8 novembre 2016 13:42

Maroc : Suspendus en janvier, Viber, WhatsApp, Skype reviennent… le temps d’une COP ?

L'l’Agence nationale de la réglementation des télécommunications (ANRT)  

Les utilisateurs marocains des applications ‘’Over The Top’’ (OTT) ont été quelque peu surpris vendredi dernier par l’annonce de l’Agence nationale de la réglementation des télécommunications (ANRT) sur le rétablissement de tous les services et applications de téléphonie sur IP (VOIP). Dix mois après avoir interdit, sur demande des opérateurs, la gratuité des services offerts par les WhatsApp, Viber et autre Skype, le régulateur des télécoms marocain revient sur sa décision.

 

C’est à travers un communiqué vendredi dernier que l’Agence nationale de la réglementation des télécommunications (ANRT) a autorisé de nouveau les opérateurs de téléphonie à rétablir les services de la VOIP.

 ‘’Les Opérateurs de télécommunications ont été autorisés à procéder au rétablissement de tous les services et applications de téléphonie sur IP (VoIP) sur l’ensemble de leurs réseaux fixes et mobiles’’, indique l’ANRT dans son communiqué, précisant que ‘’ la problématique de l’encadrement des applications de type OTT (Over The Top) fait l’objet, depuis quelques mois, de discussions et de débats soutenus.’’

 La rumeur avait précédé de quelques jours cette annonce sur le déblocage des appels vocaux sur WhatsApp, Viber, Messenger ou Skype. Certains pensent que ce déblocage n’a été possible que grâce à la tenue au Maroc de la 22eme conférence des Etats-Parties des Nations Unies sur le climat (COP22).

 Le communiqué de l’ANRT reste vague sur la durée de ce ‘’déblocage’’, indiquant seulement qu’’elle ‘’suit avec intérêt ces questions et veillera à faire bénéficier les consommateurs des meilleures évolutions technologiques, en harmonie avec les impératifs de développement du secteur et des acteurs, et dans le respect de la réglementation en vigueur.’’ 

 

Les opérateurs avaient dit ‘’non’’

 

C’est au mois de janvier dernier que l’ANRT avait annoncé la suspension des services gratuits de téléphonie sur Internet, et expliqué que cette mesure ''s'inscrit dans le cadre de la mise en conformité des exploitants avec les obligations qui leur incombent dans le cadre des licences dont ils sont détenteurs.'' 

''Tout fournisseur de services de communications au public est tenu de se conformer aux obligations législatives et réglementaires régissant le secteur des télécommunications et aux dispositions de son cahier des charges'', expliquait l'ANRT, qui a précisé que ''la fourniture des services de téléphonie (Voix sur IP ou autres) ne peuvent être fournis que par les exploitants détenteurs de licences de télécommunications.''

Mais, la mesure, en elle-même, est d'ordre commercial. L'ANRT soulignait en effet ''le manque à gagner, en termes de chiffres d'affaires, résultant pour le marché national des télécommunications du fait de l'utilisation des services gratuits de téléphonie sur IP.''

La décision du régulateur marocain a été largement critiquée sur les réseaux sociaux, mais le blocage de la VOIP sur 3G, 4G et le Wifi au Maroc a été décidé par les trois opérateurs locaux (Maroc Telecom, Meditel et Inwi).

 La tenue de la COP22 a permis de débloquer le réseau de la VOIP, mais pour combien de temps ?  Le marché de l’Internet, lui, poursuit une formidable progression. A fin septembre 2016, le parc des abonnés a enregistré une croissance de 21,8%, avec 16,92 millions d’abonnés. 

 Une croissance dopée par la téléphonie mobile où, au Maroc, 9 clients sur 10 utilisent leur smartphone ou tablette pour se connecter. Le nombre d‘abonnés étant de 15,72 millions, l’Internet mobile a enregistré un bond annuel de 22,7%.  


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie à l’Ansej ».

Maroc: Benkirane n'en veut pas mais l'USFP veut une place dans le prochain gouvernement

  Les ''socialistes'' marocains ne veulent plus faire de l'opposition. Ils entendent être au prochain gouvernement que n'arrive pas à former depuis cinq mois Abdelilah Benkirane, chef du parti (islamiste modéré) du PJD, vainqueur des législatives d'octobre 2016.

Algérie - L'emprunt national "hallal" sans intérêt arrivera au printemps

    Après l'emprunt national "ordinaire" aux résultats mitigés réalisé en 2016, le gouvernement algérien pense à un emprunt national sans intérêt, "hallal" qui pourrait être lancé au printemps. L'argent de l'informel sera-t-il plus sensible à une offre "conforme à la charia?".