Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 1 Mars 2017

  •   Abdelkader Zahar
  • samedi 2 juillet 2016 13:15

Vincenzo Nesci :La 4G annonce l’ère d’une "économie fondée sur la connaissance" en Algérie

Vincenzo Nesci, Président Exécutif de Djezzy

« En Algérie, de grandes choses sont en cours dans le (domaine) numérique », affirme Vincenzo Nesci, le Président exécutif de Djezzy, dans une contribution publiée, le 22 juin 2016, sur le blog de VimpelCom.

 

 

Sous le titre « L’effet 4G : Le besoin de vitesse », le Président exécutif de Djezzy, a publié une contribution sur le blog de VimpelCom, dans laquelle il estime qu’en Algérie « de grandes choses sont en cours dans le (domaine) numérique ». Vincenzo Nesci considère que dans le cadre du plan e-Algérie du gouvernement, « les services publics, les entreprises et la population en général va se connecter, avec des réseaux de fibres à haute vitesse et 4G LTE comme fondation ». Pour le patron de Djezzy ce « bon coup de pouce » vise à « moderniser les télécommunications en Algérie, en créant un plus grand accès numérique et en utilisant la technologie pour diriger le pays vers une nouvelle économie fondée sur la connaissance ».

Il rappelle que dans le cadre de ce plan, « Djezzy est parmi les trois sociétés à qui il a été accordé, récemment, une licence pour la construction et l’exploitation des services 4G LTE ». « Des mois d’un travail acharné, des équipes en Algérie et à l'étranger » ont permis d’engager « la finalisation du déploiement de la 3G en 2016 », ce qui permettra de « consolider la position de Djezzy sur le marché algérien » et de « renforcer davantage » le patrimoine de l’opérateur « en tant que pionnier de la technologie », affirme-t-il.

Concernant l’apport de l’opérateur dans le domaine de la 4G LTE, Nesci rappelle que Djezzy est « membre du groupe VimpelCom » et qu’il a donc accès à la fois à « l'expérience mondiale » et à une la « connaissance du marché local ». Selon lui, Djezzy va bénéficier de la « stratégie de leadership numérique » de VimpelCom, dans le sens de l’« amélioration de la connectivité ».

« Que passera-t-il lorsque l'Algérie basculera vers la 4G ? », s’interroge Vincenzo Nesci dans sa contribution publiée sur le blog de VimpelCom. « Pour certains, cela signifiera une connexion plus rapide, plus fiable, tandis que d'autres seront connecté pour la première fois », affirme-t-il. « À la base, tout est au sujet de la vitesse : les téléchargements et les uploads sont plus rapides avec 4G, ce qui permet des services où la vitesse fait toute la différence. Pensez au HD streaming, au partage de médias, et à des services qui sont actuellement l’étape d’embryon, comme la réalité virtuelle », ajoute Nesci.

Evoquant d’autres contextes de la 4G dans le monde, le Président exécutif de Djezzy  affirme : « L'accent de VimpelCom est mis sur les marchés émergents, où l'accès à Internet est plus susceptible d'être synonyme de posséder un smartphone. Si vous habitez au Pakistan, vous pourriez bien lire ceci sur votre mobile, où seulement 11% des personnes ont une connexion en ligne fixe, mais 28% (et c’est constamment en hausse) ont accès à l’Internet mobile », ajoute-t-il.

 

Quelle 4G pour l’Algérie ?

 

Selon Nesci, « les données mobiles sont une partie croissante » de l’activité de VimpelCom en Algérie, et à travers le groupe, et elles seront au cœur de notre succès continu dans les mois et les années à venir ». « Mais la valeur réelle est non seulement dans la simple transaction d'établir une connexion, mais dans les possibilités qu’ouvre chaque connexion », affirme encore Vincenzo Nesci. Il cite, d’ailleurs, une panoplie de possibilités qui seront « débloquées pour une nouvelle vague de clients », passant du « divertissement » à « l’éducation » en passant par le « commerce électronique, la santé, les finances, et l'information ».

Citant l’expérience « au sein du Groupe », il affirme l’existence d’une « demande prometteuse pour les services en ligne ». « Lorsque 4G a été introduite en Géorgie, l'utilisation des données a augmenté de près de sept fois. En dehors de l'entreprise (VimpelCom, ndlr), nous entendons la même chose. Le GSMA a révélé que les consommateurs dans les marchés émergents sont plus disposés à payer pour les services 4G que ceux des marchés matures », précise encore le patron de Djezzy.

Pour l’opérateur, la 4G LTE en Algérie c’est aussi une question d’écosystème. « Nous sommes heureux de soutenir la création d'un écosystème de développeurs d'applications et d’entrepreneurs mobiles qui seront nos partenaires et fournisseurs, et qui nous aideront à adapter l'expérience de VimpelCom dans le monde à la réalité de l'Algérie ». Et c’est justement le « résultat naturel » que « notre partenaire, le Fonds national d'investissement (FNI), attend de notre partenariat public-privé qui a le potentiel d'être un excellent exemple de coopération entre un groupe international et un important investisseur institutionnel local », explique Nesci.

Il existe, cependant, certains obstacles à dépasser. « Bien sûr, il y a encore du travail à faire. Globalement, l'écart entre les populations urbaines et rurales est toujours un problème, mais beaucoup moins qu'il ne l'était lorsque les connexions comptaient sur les infrastructures de téléphonie fixe », affirme le Président exécutif de Djezzy. Autre élément mis avant : la cherté des terminaux. « Les dispositifs intelligents restent coûteux et hors de portée pour beaucoup de personnes, bien que cela est entrain de changer aussi », dit-il.

Vincenzo Nesci conclue sa contribution en affirmant que l'Algérie a la possibilité de « sauter des décennies de développement des infrastructures et d’aller directement à la technologie qui est en exécution à l'échelle mondiale ». L’opérateur considère qu’il est entrain d’apporter sa contribution à « construire les fondations » pour « permettre à chacun d’exploiter la puissance de la technologie », « soutenir une nouvelle génération d'entrepreneurs numériques », et « ouvrir les portes à l'innovation qui aura des répercussions générales ». « L'Algérie est à l’entame d'une transformation technologique. Et à Djezzy et VimpelCom, nous sommes ravis d'être au premier rang », conclue-t-il.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Effectivement Djezzy est au premier rang aujourd'hui et le restera.
    «Sauter des décennies de développement des infrastructures et aller directement à la technologie qui est en exécution à l'échelle mondiale ».C'est ce que veut l'utilisateur algérien qui est reconnaissant à DJEZZY.

    Rapporter MOI. samedi 2 juillet 2016 17:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Olivier de la Gueronniere : « Dans le cas d’Amana assurances, le 51/49 a vraiment du sens »

Vidéos

L’évaluation des politiques publiques, un métier qui fait défaut en Algérie – Abderrahmane Slimani

A ne pas manquer

Prev Next

Tramway d'Alger: 240 millions DA de manque à gagner, les Algérois resquillent en masse

"Actuellement, 120 agents de contrôle sont déployés sur la ligne du tramway Ruisseau-Dergana (23 kms). Ils travaillent selon le système de relève par équipes, mais la fraude persiste toujours. Des usagers de toutes catégories se donnent le droit d'emprunter le tramway sans payer leurs tickets".

"L’Algérie sera en surproduction de ciment de 10 millions de tonnes en 2019"-Serge Dubois (audio)

LafargeHolcim Algérie se prépare à faire face au changement de situation en proposant de nouvelles solutions, soutient Serge Dubois.

Les secteurs automobile et aéronautique marocains visent davantage d’investissements (OBG)

A mi-parcours de son ambitieux Plan d‘Accélération Industrielle 2014-2020, le Maroc intensifie les mesures prises pour développer son industrie, aussi bien dans les secteurs déjà établis que dans les segments émergents.