Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 24 octobre 2015 11:20

La santé assistée par les technologies mobiles

Santé TerminauxLes données fournies par ces dispositifs sont plus précises puisque récoltées en temps réel (dr.)

 

Les applications mobiles, objets connectés et autres supports mobiles softwares ou hardwares ont pris une importance ascendante au sein du marché des services de la santé.

D’énormes quantités de données sur la santé de millions de personnes circulent continuellement à travers les réseaux WAN de la quasi-totalité des opérateurs des télécommunications. Ce qui peut aider à la numérisation des méthodes de diagnostic et la prescription des traitements ainsi qu’au développement de nouvelles stratégies des essais cliniques. Plusieurs chercheurs estiment que la transmission des données sur l’état médical de l’estomac à un médecin via son terminal mobile n’est plus du domaine de la science-fiction. Des avancées dans la biotechnologie permettent de tels usages. Avaler une pilule pour retransmettre des données biométriques représentants des parties malades de l’estomac, via un patch de peau, vers le terminal mobile en vue être « téléinterprétées » par un médecin spécialiste, sera possible dans les prochains mois. Des participants à la récente conférence « Mobile Heath » qui s’est tenue à l’académie des sciences de New York l’ont confirmé et ont également affirmé que les avancées technologiques dans le secteur des objets connectés, capteurs électroniques et applications mobiles vont numériser l’acte de la médecine clinique.

Ce grand changement est bien illustré par le rôle joué par ce qu’on peut désormais appeler les « technologies mobiles de la santé » dans le processus de la création de la « Smartmedicine » (médecine intelligente). Dans ce type de médecine, les discussions avec les patients autour des symptômes sont complétées par les données provenant des milliers de capteurs et « wearables » (objets connectés). Les maladies peuvent être ainsi diagnostiquées et traitées à l’état microscopique, c’est-à-dire avant l’apparition des premiers symptômes. Aussi, Les données fournies par ces dispositifs sont plus précises dans la mesure où elles sont récoltées en temps réel d’où leur importance dans le suivi instantané de l’évolution de la maladie chez les diabétiques. Ce qui contribuera à rendre la médecine de demain plus efficace et moins chère.

Médecine moins chère

Il est à rappeler que quelques années auparavant, déplacer en permanence une telle quantité de données via les réseaux mobiles était impensable. Aujourd’hui, cela devient une évidence grâce au haut début mobile (4G). Cela devient même indispensable à la société puisque ces données qui proviennent des « microdevices » digestibles, injectables et implantables, contiennent des informations vitales à l’état embryonnaire, sur la santé de la population connectée. Leur exploitation par d’autres utilisateurs professionnels les rendra plus bénéfique à la société en aidant, par exemple, les industriels à fabriquer des appareils médicaux domestiques adaptés. Mieux, les développeurs peuvent également exploiter ces données précieuses pour développer des applications qui surveillent les maladies. Ils seront en mesure de permettre à un médecin de suivre l’état d’un patient atteint de difficultés respiratoires (asthme) en développant des applications mobiles basées sur l’évolution microscopique de cette maladie grâce à des données fournies par les « wearables » installés au niveau de l’appareil respiratoire des malades, mais également un autre type de data comme celle régissant les relations entre les conditions météorologiques et la présence du pollen dans l’atmosphère.

Une réglementation frileuse

Des géants des technologies de l’information comme Apple, Google, Samsung, Qualcomm et Microsoft ont déjà décidé d’investir dans ce créneau médical de la data. Ils ont élaboré des plates-formes de développement d’applications mobiles permettant d'asseoir une stratégie de santé digitale. Cependant, ces projets se heurtent à l’épineuse problématique de la réglementation médicale. Les développeurs ont, en effet, besoin de lever cet obstacle pour obtenir la certification médicale des applications mobiles destinées aux soins de la santé. Finalement, la réforme de la santé publique devra donc mettre davantage en valeur l’impact de la santé mobile, des wearables et des capteurs électroniques sur la société. Ces technologies seront, pour les usagers d’aujourd’hui, ce qu’a été l’ordinateur personnel, dans un passé très récent, et les terminaux mobiles actuellement. Aussi, selon plusieurs études à ce sujet, l’on prévoit que compagnies d’assurances pourront réduire leurs coûts de 80%. L’utilisation des applications mobiles de la santé permet également une réduction de 31 % des erreurs manuelles. Par exemple, aux Etats-Unis, les erreurs dans l’administration des médicaments touchent au moins 1,5 million de personnes chaque année.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.