Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Février 2017

  •   Abdelkader Zahar
  • jeudi 24 novembre 2016 20:30

Algérie- Djezzy s'explique sur les récentes perturbations sur son réseau

Les abonnés de Djezzy ont sans doute constaté des perturbations sur le réseau de l’opérateur. Des coupures de communications, des difficultés à joindre d’autres abonnés Djezzy, des appels qui n’aboutissent pas, ou des baissent de débit Internet de la 3G.

 

 

Selon Meriem Belkadi, Technology Performance Management Director chez Djezzy, ces perturbations enregistrées par les cadres techniques de l’opérateur et signalées par de nombreux abonnés, "sont dues à la modernisation que nous sommes entrain de mettre en place » pour « donner un réseau plus robuste et plus flexible".

"Il y a eu, en effet, quelques perturbations qui ont affecté notre réseau ces derniers jours et nous avons été saisis par beaucoup de nos abonnés. En fait, les dérangements ne sont pas dus à un quelconque dysfonctionnement du réseau. Il s’agit d’une étape normale dans la modernisation des équipements sur laquelle nous sommes en train de travailler depuis déjà quelques années. Adapter les équipements 2G (GSM, ndlr), poursuivre le déploiement de la 3G, qui sera achevé le 7 décembre prochain sur les 48 wilayas (il reste encore 7 wilayas à couvrir), et lancer la 4G dans de nouvelles wilayas à partir de cette semaine, toutes ces opérations sont réalisées en parallèle et ont pour unique objectif de continuer à offrir le meilleure service avec une haute qualité de réseau pour nos clients", affirme notre interlocutrice.

Meriem Belkadi assure que ces perturbations "sont momentanées". Elle rappelle que l’opérateur a connu la même situation "au moment du lancement de la 3G". "Car ce sont de nouveaux équipements et une nouvelle technologie que nous introduisons. Cela crée quelques désagréments qui sont pris en charge au fur et à mesure que nous poursuivons le déploiement de la 4G". "Installer de nouveaux équipements, élargir le nombre de sites, ça crée ce genre de désagréments qui sont pris en charge dès qu’ils sont signalés par les abonnés au "Service Clientèle Particulier" (777)", ajoute-t-elle.

Selon notre interlocutrice, ces perturbations sont enregistrées dans les wilayas « où la 4G est en cours de déploiement » et dans celles qui vont être ouvertes à la 3G. "Ajoutez à cela les travaux de modernisation sur notre réseau 2G" avec l’installation de BTS nouvelles génération, dit-elle.

A la question de savoir comment interviennent les techniciens et ingénieurs de Djezzy pour régler les problèmes signalés, Meriem Belkadi, répond : "Ça dépend de la nature du problème. Certains sont gérables à distance (à partir d’une plateforme logicielle, ndlr), d’autres nécessitent un déplacement sur site".

 

50% de couverture à Alger au lancement de la 4G

 

"En fait, explique la Directrice Technology Performance Management de Djezzy, le contrôle et les améliorations sur le réseau sont permanents". "Nous savons à l’avance lorsqu’une BTS est saturée (de part la demande voix et/ou data enregistrée sur la station en question, ndlr), et nous procédons à des extensions au sein d’un même site ou au lancement de l’installation d’un nouveau site, lorsque cela s’avère nécessaire. On fait l’extension dans deux cas : pour améliorer la qualité du réseau et lorsqu’il y a congestion (forte demande data, ndlr)", ajoute notre interlocutrice.

Meriem Belkadi, qui gère un "staff de 40 personnes dédié au contrôle de la qualité de service du réseau de Djezzy", explique que la modernisation en cours (passage à la 4G) "apportera une meilleurs expérience" de l’Internet mobile.

"Le processus avance à grands pas. Nous avons installé un plus grand nombre de sites de télécommunications comparativement à la concurrence, et ce afin de garantir une plus importante couverture de la population conformément aux engagements pris dans le cahier des charges de la licence 4G. Le taux de couverture à Constantine, Djelfa et Sétif par exemple, dépasse les 20%. Nous nous sommes engagés à couvrir 20 wilayas avant la fin 2016 avec un taux de couverture de 20%. A Alger, que nous allons ouvrir à la 4G cette semaine (l’entretien à eu lieu dimanche dernier, ndlr), nous sommes déjà à plus de 50% de couverture, dans pratiquement toutes les communes de la capitale".

Comment évolue la demande data de la 4G comparativement à la 3G ? "Elle évolue déjà très rapidement dans les trois wilayas où notre 4G est déjà commercialisée", affirme Meriem Belkadi.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie à l’Ansej ».

Maroc: Benkirane n'en veut pas mais l'USFP veut une place dans le prochain gouvernement

  Les ''socialistes'' marocains ne veulent plus faire de l'opposition. Ils entendent être au prochain gouvernement que n'arrive pas à former depuis cinq mois Abdelilah Benkirane, chef du parti (islamiste modéré) du PJD, vainqueur des législatives d'octobre 2016.

Algérie - L'emprunt national "hallal" sans intérêt arrivera au printemps

    Après l'emprunt national "ordinaire" aux résultats mitigés réalisé en 2016, le gouvernement algérien pense à un emprunt national sans intérêt, "hallal" qui pourrait être lancé au printemps. L'argent de l'informel sera-t-il plus sensible à une offre "conforme à la charia?".