Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 26 Février 2018

  •   Farid Farah
  • samedi 16 juillet 2016 14:18

L'Europe renonce à l'indépendance de la "data flow"

L’Union Européenne (UE) abandonne le projet "Safe Harbor" et opte pour le "Privacy Shield", un projet de texte portant sur le transfert des données personnelles des citoyens de l’UE aux Etats-Unis. Les représentants des Etats membres de l’UE ont donné leur feu vert pour que le machine américaine de la protection des données ouvre un répertoire destiné à la data personnelle des européens. Selon des observateurs, cet accord vise à conserver le commerce des données transatlantique et devient un moyen d’empêcher la balkanisation de l’Internet. Il est à rappeler que des milliers de compagnies européennes transfèrent des données collectées sur le sol européen vers des Data centers localisés aux Etats Unis. Depuis que la Commission européenne à invalidé, en 2015, le projet "Safe Harbour", unique cadre juridique qui régissait le transfert transatlantique des données, suite aux révélations de l’ancien consultant de la NSA, Edward Snowden, sur les capacités technologiques des outils américains de la surveillance des données en ligne, aucun régime juridique n’était applicable aux flux des données européens qui atterrissent dans les serveurs américains. Le projet "Privacy Shield" vient donc combler ce vide juridique dont l’existence était liée au vide des politiques de sécurité des données en ligne.

En vertu de cet accord, les Etats-Unis ont donné à l'UE l'assurance que l'accès des agences gouvernementales aux données à des fins d'ordre public et de sécurité nationale serait soumis des mécanismes de surveillance particuliers. La question sensible de la sécurité des données personnelles semble donc ne pas prêter à la polémique. On peut alors se poser la question de savoir si les américains n’ont pas autorisé les européens à mettre en place un mécanisme de contrôle afin de s’assurer de l’adéquation de la réalité des assurances formulées par la Maison Blanche en matière de protection des données transférées. Finalement, les américains poursuivent leur domination de l’espace numérique mondial. Ils sont en train de changer l’Internet grâce à leurs performances réalisées dans le domaine de l’analyse des quantités énormes des données. Des compagnies comme Facebook, Google, Microsoft et autres, ont appris à reconnaitre les visages dans les photos, identifier les voix, traduire vocalement des propos d’une langue à une autre, etc. En devenant le « Hub » de la data mondiale, les Etats Unis se préparent donc à devenir le gendarme du monde numérique après l’avoir été dans le monde réel.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.