Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Farid Farah
  • dimanche 10 juillet 2016 19:10

L’identité numérique au chevet de l’e-solidarité !

Dans une déclaration à la radio nationale, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mme Mounia Meslem, a reconnu ne pas disposer de moyens pour estimer le nombre exact des personnes nécessiteuses en Algérie. Pour elle, il existe une difficulté réelle pour identifier les personnes appartenant aux couches défavorisées. Des observateurs ont interprété ces déclarations comme un aveu de la première responsable de la solidarité nationale sur l’inefficacité de la politique sociale du pays. Il est à noter que ce secteur ne dispose toujours pas de système d’information. Aujourd'hui, en Algérie, les titres d’identité numériques à carte à puce se déploient massivement. Pourquoi ne pas exploiter les données issues de l’utilisation de la carte d’identité numérique pour identifier les personnes nécessiteuses. Cependant, une question se pose immédiatement : « de quelles données parle-t-on ? ». Il s’agit de celles qui délivrent des informations liées aux identités numériques des citoyens dont l’utilité dans le monde réel est d’une importance capitale. Le travail de recherche effectué par deux étudiants en master réseaux et systèmes distribués, de l’Université de Bab Ezzouar, peut être considéré comme une réponse aux préoccupations de Mounia Meslem.

En effet, le binôme de l’USTHB a réalisé un travail de fond pour aider les autorités à concevoir un fichier national des personnes ayant droit à une pension de solidarité. Mieux, ces étudiants proposent la suppression de la subvention des produits à large consommation et compenser les personnes nécessiteuses par des pensions. Ce travail vise en premier lieu à créer une sorte « d’écosystème des identités numériques » au sein duquel des données interopérables et sécurisées seront disponibles pour l’ensemble des administrations des ministères qui veulent les utiliser dans des opérations de services publiques. Cette interopérabilité permet, par exemple, aux responsables du ministère de la solidarité de faire des recherches d’informations sur des individus qui ont déposé des demandes d’aides sociales, et ce, à travers leur identifiant national NIN contenu dans la carte d’identité numérique. Les données issues du domaine du commerce peuvent fournir des informations précieuses sur des identifiants NIN liés à des  activités commerciales. Celles du domaine des finances donnent des informations sur des biens immobiliers ou fonciers etc. Autant de données qui permettront de mieux cibler les bénéficiaires des aides sociales et des subventions.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

"La hausse des prix aucunement liée à l'opération de tirage de billets de banque" (Raouia)

  Le ministre a précisé que la chute des cours du pétrole a impacté l'économie nationale mettant notre économie face à plusieurs défis.

Algérie: Plus de 14.000 demandes d’accès au foncier industriel rejetées depuis 2016

L’ANIREF indique que la structure des transactions est désormais dominée par la concession du foncier public qui totalise 85% des transactions totales observées sur l’exercice 2016.

Algérie: Les assureurs courent les salons professionnels pour booster leurs chiffres d’affaires

  Selon le président de l’Union des assureurs et des réassureurs, la baisse du chiffre d’affaire des assurances enregistré durant le 1er semestre 2017 n’est que conjoncturelle.