Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 1 Mars 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 25 juin 2016 12:31

Bac 2016, un couvre-feu numérique en Algérie

Face aux menaces de la fraude aux examens du bac, le gouvernement a choisi de recourir au filtrage applicatif et de contenu lors de la deuxième session. Il a été décidé de s’en prendre aux réseaux sociaux pour éliminer tout risque de publication sur Facebook ou Twitter des sujets des épreuves du bac qui auraient fuité des centres d’examens. Pire, la mauvaise gestion de cette opération de filtrage a poussé le gouvernement à carrément opter pour la réduction totale de l’activité de l’Internet pendant le déroulement des épreuves. Internet est devenu alors lent et inaccessible pour des millions de personnes. C’est un véritable « couvre-feu numérique » qui a été instauré pendant ces cinq jours, et ce, en l’absence de toute couverture juridique comme l’instauration d’un « état d’urgence numérique » sur l’ensemble du pays. Imaginez un instant (juste un instant) que Microsoft soit une entreprise Algérienne. Et imaginez qu’au nom de la lutte contre le phénomène du plagiat, le gouvernement exige de Microsoft (l’Algérienne) de supprimer de ses logiciels et de ses applications les paramètres « Copier » et « Coller ». C’est exactement à cela que ressemble la démarche choisie par le gouvernement de couper Internet.

Même si l’impact de la fraude est nettement plus grand que par le passé, les fuites du bac sont-elles une menace en ligne pour justifier de couper Internet ? Absolument pas. De nombreux observateurs ont interprété l’action du gouvernement comme une manière de montrer à l’opinion publique qu’il dispose du pouvoir cybernétique du pays. Ce blocage d’Internet a été perçu par les internautes comme injuste et illégal sur le plan commercial. Les dégâts engendrés par ce blackout peuvent entacher la réputation des acteurs de l’Internet et nuire financièrement aux entreprises activant dans ce secteur comme les opérateurs des télécommunications et les fournisseurs des services d’Internet. Si la sécurisation du déroulement des épreuves du bac et la limitation de l’utilisation des outils IT par les candidats du bac deviennent de plus en plus systématiques, l’arrêt du web a montré son insuffisance à lutter contre la « Fraude 2.0 ». En effet, le blocage a ouvert la voie à l’utilisation des VPN pour contourner le filtrage des accès aux réseaux sociaux. Ainsi, l’histoire de la coupure de l’Internet est bien là pour nous rappeler que coopérer avec les réseaux sociaux pour mettre à l’abri Internet de toute utilisation illicite dans le monde réel. Sachons dès aujourd'hui tirer les leçons de cette histoire et mettons en place les référentiels juridiques et éthiques de demain.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

A ne pas manquer

Prev Next

Tramway d'Alger: 240 millions DA de manque à gagner, les Algérois resquillent en masse

"Actuellement, 120 agents de contrôle sont déployés sur la ligne du tramway Ruisseau-Dergana (23 kms). Ils travaillent selon le système de relève par équipes, mais la fraude persiste toujours. Des usagers de toutes catégories se donnent le droit d'emprunter le tramway sans payer leurs tickets".

"L’Algérie sera en surproduction de ciment de 10 millions de tonnes en 2019"-Serge Dubois (audio)

LafargeHolcim Algérie se prépare à faire face au changement de situation en proposant de nouvelles solutions, soutient Serge Dubois.

Les secteurs automobile et aéronautique marocains visent davantage d’investissements (OBG)

A mi-parcours de son ambitieux Plan d‘Accélération Industrielle 2014-2020, le Maroc intensifie les mesures prises pour développer son industrie, aussi bien dans les secteurs déjà établis que dans les segments émergents.