Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Janvier 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 4 juin 2016 17:23

Espace numérique : que nous réserve 2025 ?

Comment évolueront les technologies des sciences de la communication durant la prochaine décennie ? Y aura-t-il des surprises en matière de traitement, de sécurisation, de stockage et de gouvernance de l’information digitale ? Certainement oui. Certains observateurs de la société de l’information prédisent un séisme technologique au sein de l’espace numérique. L’Internet sera certainement son épicentre. L’antenne intelligente, le stockage, la bande passante et les objets connectés seront les causes de ce séisme. La vitesse d’Internet et celle des réseaux Ethernet et mobiles vont être multipliées par 10 vers la fin 2025. Les débits et le volume d’information véhiculés seront tels qu’il sera possible d’accomplir des communications instantanées, quelque soit la distance. Pour rappel, la bande passante d’Internet, qui était à 9600 bits par seconde en 1992, est passée aujourd’hui, avec la 4.5G à 1 gigabit à la seconde (Gb/s) et dépassera les 2 Gb/s en 2025. D’ici là, le trafic mondial des données dépassera les 300  exaoctets par mois (1 exaoctet = 1000 pétaoctets, 1 pétaoctets = 1 million gigaoctets). La croissance du nombre d’utilisateurs mobiles, de terminaux intelligents, de l’usage de la vidéo mobile et du développement des réseaux 5G, vont donc être à l’origine de la multiplication par 20 du trafic de données mobiles d'ici 2020.

A cette période, il y aura même plus d’habitants disposant d’un téléphone mobile (5,4 milliards), que ceux reliés à l'électricité (5,3 milliards), à l'eau courante (3,5 milliards) ou disposant d’une voiture (2,8 milliards). Côté industrie des terminaux mobiles, celle-ci devrait connaître une évolution gigantesque, avec la généralisation de l’utilisation des objets connectés. En effet, les connexions M2M représenteront 26,4 % des terminaux mobiles connectés en 2020. Les échanges sur Internet vont ainsi suivre une évolution exponentielle, en 2025, puisque toute surface servira d’écran d’affichage et Google aura indexé le contenu de plus de 8000 milliards de pages Web. Vers 2025, il y aura plus d'appareils en ligne que d’individus, la traduction universelle en ligne de toutes les langues sera répandue sur tous les appareils connectés, alors qu’en 2030 les premiers implants artificiels dans le cerveau seront réalité. L’ordinateur sera alors capable de stimuler le cerveau humain via des applications mobiles capables de l’orienter vers plus de connaissances…

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie entre dans sa 4e année de déficit budgétaire et extérieur. Que redoutez vous en 2017 ?

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

Vidéos

"L’affaire RHB cause un grave préjudice à l’industrie pharmaceutique algérienne"- Abdelouahed Kerrar (UNOP) à Radio M

A ne pas manquer

Prev Next

Election de nouvelles instances de l’ONPI : M’hamed Sahraoui remet son mandat en jeu

M’hamed Sahraoui remet son mandat en jeu au moment où il fait l’objet de contestation suite au retrait de son agrément après l’effondrement d’une bâtisse lui appartenant à Alger.

Maroc: Après le trou d'air de 2016, la croissance en légère hausse en 2017 (HCP)

Une bonne pluviométrie et une hausse du PIB agricole devraient permettre à l'économie marocaine de terminer l'année 2017 sur une progression de sa croissance de 3,6% et une inflation à 2,1%.

Algérie- Les diplômés de l’enseignement professionnel intègrent facilement le monde du travail (étude)

Selon une étude de l’ANEM, pas moins de 60% des porteurs de projets de micro-entreprises sont issus des centres de formation professionnelle.