Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 28 mai 2016 11:01

La data aide à réduire le risque de corruption

La lutte contre la corruption est devenue un enjeu majeur pour toutes les entités financières et  gouvernementales du monde entier. Récemment, aux Etats Unis, ce sujet a fait l’objet de plusieurs débats télévisés. "Comment préserver le système économique capitaliste de la menace persistante de la corruption ?", s’interrogeaient de nombreux intervenants en abordant la question sous un angle technologique. Pour eux, il devient impératif de multiplier la création des bases de données anti-corruption et surtout de faciliter l’accès à ces données pour les entreprises et administrations financières. Aujourd’hui, avec l’affaire de « Panama Papers », les technologies du numérique deviennent des outils de combat efficaces contre la corruption et le blanchiment d’argent. Avec ce progrès, les structures gouvernementales chargées de la lutte contre la corruption pourront inciter les acteurs du monde des finances à informatiser de bout en bout toute la chaine de la gestion des transactions financières. Ce qui donnera naissance aux supports électroniques contenant toutes les informations associées aux transactions commerciales notamment celles relatives au monde des affaires. Ces supports deviendront par la suite des bases de données contenant tous les programmes et informations de vérification qui permettent à des compagnies issus des secteurs sensibles comme l’énergie, la défense et même les administrations du secteur public, de réaliser des audits en gestion des  risques sur leurs relations clients.

Grâce à l’informatique, ces compagnies pourront vérifier l’intégrité de leurs clients, partenaires et fournisseurs. En clair, l’approche consiste à identifier les personnes morales ou physiques les plus à risque en matière de corruption. Ces bases de données seraient encore plus efficaces si elles se mondialisent. Le principe est simple, il suffit d’intégrer les flux de données contenant les informations relatives à des actes, des pratiques et des tentatives de corruption, dans un extranet mondial. Ainsi, cette solution technologique vient s’ajouter à la solution du paiement électronique qui a limité l’utilisation de l’argent liquide dans les transactions commerciales, pour renforcer la lutte contre la corruption. Le traitement analytique en masse de données issues d’une dématérialisation du processus de traitement des soumissions aux appels d'offres contribue également à réduire le risque de corruption. Les classements des offres seront effectués de manière électronique.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».