Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 7 mai 2016 15:37

De la nécessité d’une gouvernance de l’Internet

Aujourd’hui, en Algérie ou ailleurs, l’Internet est le plus important support de transmission de l’information. Les formats numériques de la quasi-totalité des activités quotidiennes des Algériens transitent par Internet. C’est à ce titre donc que sa gouvernance devra faire partie de celle du pays. Le gouvernement est appelé à s’assurer du bon fonctionnement des outils technologiques permettant l’accès à Internet, comme l’infrastructure des télécommunications, mais il doit surtout lever les obstacles qui freinent son évolution. A ce jour, le gouvernement ne dispose toujours pas d’un mode de gouvernance d’Internet. Les divers problèmes de régulation du contenu ne sont pas abordés. La mise en place d’une stratégie globale de gouvernance d’Internet est toujours compromise par l’absence inexpliquée d’une loi sur les TIC en Algérie. Le lien entre le droit et les TIC n’est plus à démontrer. Cette situation a créé la confusion entre régulation des télécommunications et gouvernance d’Internet. D’où la récente inquiétude de certains spécialistes des TIC sur le bien-fondé du lancement de la 4G en l’absence d’une stratégie gouvernementale sur l’avenir de l’Internet en Algérie.

La gouvernance d’Internet est un sujet d’intérêt général qui repose sur deux axes : monétiser et sécuriser la valeur ajoutée du contenu data consommé ou produit par les usagers, et préserver la souveraineté numérique du pays. Cette gouvernance s’oriente ainsi vers la structuration de l’Algérie numérique en rapport avec les choix stratégiques de la société. Certes, l’évolution mondiale de l’Internet a accéléré la mise « en réseau » des pays et a placé l’épineuse question de la numérisation des infrastructures réseaux à la tête de la liste globale des réformes qui en découlent ; mais elle a aussi créé des problèmes de société aux gouvernements. Il faut donc envisager d’autres réformes profondes dans la gouvernance d’Internet en Algérie. Au lieu de se concentrer sur la gestion des voies ferroviaires, il serait utile de travailler sur les locomotives. En clair, le gouvernement devra prêter attention aux notions fondamentales de gouvernance de données. Gouverner Internet c’est gouverner les données multidimensionnelles qui circulent sur ses supports télécoms et routeurs. Par exemple, il est urgent de prendre les mesures pour que les données en ligne des informations personnelles des citoyens soient stockées sur des serveurs situés dans le pays d’activité de l’émetteur.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.