Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 30 avril 2016 10:58

Un statut pour la presse en ligne !

En Algérie, les éditeurs de presse en ligne demeurent sans statut juridique. Ces éditeurs qui se sont tournés vers le tout numérique pour chercher de l’audience issue de l’accroissement de la connectivité de la société fournissent en temps réel des contenus journalistiques multimédia. Mais l’absence de textes juridiques les empêche d’attirer des investisseurs, de monétiser l’apport d’audience du digital à leurs marques de presse et surtout de fonctionner juridiquement sous un statut autre que la boite de communication. Certains observateurs pensent que le retard enregistré dans la régulation des technologies de la communication est à l’origine de l’absence de statut d’éditeur de presse en ligne. D’autres, à la différence, estiment que le concept de la profession de journaliste en ligne doit être préalablement définit avant de se lancer dans le juridique. Pour eux, la presse en ligne est avant tout un service de communication destiné aux utilisateurs en ligne d’un réseau de télécommunications, édité à titre professionnel par une personne physique ou morale disposant du contrôle éditorial de son contenu.

Si les avancées notables relevées dans le domaine du numérique ont facilité l’exercice quotidien du métier de journaliste de la presse écrite. En revanche, elles ont propulsé cette presse dans une crise internationale inédite. Chaque jour, elle enregistre une baisse de ses revenus publicitaires et surtout du nombre de ses lecteurs sur support papier. Le passage des supports journalistiques sur le web a provoqué une vraie mutation dans les médias. Le lecteur est au plus près de l’actualité en toute mobilité. En Algérie, l’arrivée de l’Internet mobile consolide l’audience digitale et compromet la poursuite de la cohabitation entre la presse en ligne gratuite et celle du papier. L’arrivée prochaine de la 4G et l’augmentation du nombre d’utilisateurs de la 3G compromettront le maintien de la presse écrite. Pourra-t-on parler encore de l’audience papier des quotidiens et magazines en papier lorsque le nombre d’internautes dépassera les dix millions en 2017 ? La gratuite des éditions en ligne va-elle se poursuivre avec le lancement du paiement mobile? Certainement pas. Les titres gratuits sur le Net séduiront l’internaute qui devra payer pour en savoir plus. Les annonceurs trouveront plus facilement leurs clients grâce au traitement des données consultées par les internautes.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.