Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 24 Janvier 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 23 avril 2016 10:29

Une banque mobile, pourquoi pas !

L’entrée en activité de l’Internet mobile à haut débit est en train de propulser les opérateurs de la téléphonie mobile vers d’autres horizons économiques. L’arrivée prochaine de la 4G et l’autorisation du paiement mobile ne feront qu’augmenter leurs revenus et consolider leur rôle d’opérateurs économiques dans le pays. En revanche, des établissements comme la Banque d’Algérie hésitent toujours à miser sur les technologies mobiles pour lancer les services bancaires mobiles. La « modernisation IT » n’a jamais fait partie de leurs priorités. Aujourd’hui, les opérateurs de la téléphonie mobile activant en Algérie peuvent réussir en quelques années là où la banque d’Algérie a échoué en 40 ans à savoir bancariser la population du pays. Les spécialistes de l’industrie des télécommunications voient le « m-banking » comme moyen efficace pour porter le citoyen vers le tout bancaire. Selon une étude KPMG/UBS, le nombre d'utilisateurs de services de banque mobile pourrait doubler d'ici à 2019 pour atteindre 1,8 milliard de personnes dans le monde, soit le quart de la population mondiale. Le gouvernement devrait placer cette question en tête de l'ordre de priorité du plan de résolution des nombreux problèmes qui accablent le pays.

Les banquiers et à leur têtes le gouverneur de la Banque d’Algérie devront s’inspirer des solutions de banque mobile déployées dans plusieurs pays africains, pour aider à créer la première banque mobile en Algérie. Un partenariat entre les banques et les opérateurs mobiles s’avère plus que nécessaire pour permettre aux algériens d’utiliser leurs terminaux mobiles afin de créer des comptes bancaires, d’effectuer des virements, demander des crédits, payer des factures, etc. Cela passe nécessairement par une révision de la réglementation pour autoriser la création des sociétés de services bancaires numériques permettant à des acteurs de profils non bancaires d'offrir les services du paiement numérique en toute légalité et d'assurer une protection des fonds en faveur de la clientèle. La mise en œuvre rapide de cette coopération en Algérie, pays marqué par une prédominance de la culture de l'argent liquide, ferait initier les Algériens au transfert monétaire numérique. Ils pourront découvrir les services de paiement en ligne, la bancarisation, le microcrédit et les transferts d'argent internationaux. L'Algérien ne sera plus alors obligé de mettre son téléphone mobile dans une poche et du cash dans l'autre. Son mobile deviendra la matérialisation de sa banque.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

Vidéos

Le CPP offre "les droits TV pour les nuls" et, en bonus, un Oum Dourman virtuel

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

A ne pas manquer

Prev Next

En voulant réorganiser le monde, Donald Trump fait vaciller l’Europe

Donald Trump entame sa présidence en fanfare. Il préconise une nouvelle matrice pour fonder les relations internationales, et provoque déjà un séisme en Europe.

Algérie- L’aide publique pour la conversion des véhicules au GPL officialisée par un arrêté interministériel

Dans une récente déclaration à la presse, le P-DG de Naftal a fait état d’une augmentation de la consommation du GPL/C de 20% durant l’année 2016.

Algérie : Hausse inquiétante des décès provoqués par le monoxyde de carbone depuis le début de l’année

Le rythme des décès par le monoxyde de carbone en Algérie depuis le début du mois de janvier est devenu inquiétant. Au moins une vingtaine de morts, parfois des familles entières sont décimées, depuis le début de la vague de froid qui affecte les régions nord, est et ouest du pays. Où se situent les responsabilités ?