Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 9 avril 2016 14:50

L’enfer numérique menace les paradis fiscaux

En partenariat avec le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) et plus d’une centaine de médias internationaux, le quotidien français Le Monde a décortiqué plus de 11 millions de fichiers informatiques « dérobés » des espaces de stockages loués par le cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore. Ces métadonnées qui s’étalent de 1977 à 2015, ont révélé l’existence d’un réseau mondial de personnalités politiques, sportives, culturelles, économiques et autres qui recourent à l’assistance de certaines banques pour dissimuler leurs avoirs bancaires des systèmes de contrôles fiscaux internationaux. Cette affaire qui a mis beaucoup de gouvernements dans l’embarras, risque de relancer le débat sur l’utilisation de l’informatique dans la gestion administrative des fortunes. Le scandale financier révélé par Le Monde prouve que, désormais, qu’aucune banque ni aucune société d’affaires ne pourra voler en dessous des « radars informatiques » configurés par un panel de journalistes spécialisés dans l’investigation. Ces journalistes n’ont pas perdu leur temps pour renouveler leur combat pour plus de transparence dans le développement économique. Les administrations fiscales des pays concernés par ce méga scandale sont désormais en mesure de prendre les dispositions pour appliquer les sanctions aux personnes qui détiennent un compte bancaire non déclaré à l’étranger ou carrément une société écran.

Par ailleurs, l’affaire « Panama Papers » a également montré que les données numériques se sont substituées aux témoignages des sources anonymes. Mieux, dans ces enquêtes d’investigation, les révélations rapportées par les journalistes ont augmenté en volume et en variété. Tous les secteurs sont touchés par des enquêtes journalistiques. Toutes les informations bancaires et autres, hier circonscrits à la sphère des agences gouvernementales, atterrissent aujourd’hui, en format data, dans les rédactions des médias les plus prestigieux de la planète. Les fournisseurs « fantômes » des fichiers numériques, à l’origine de ces scandales, qui sont en train de se développer en consolidant leur interopérabilité avec la presse d’investigation, ont utilisé le couple « numérique-informatique » pour enclencher une bataille entre les journalistes et les « puissances » qui dissimulent ce genre d’informations à des fins stratégiques. Le temps où ces « puissances » parvenaient à dissimuler des informations financières à la justice est révolu grâce à l’informatique et à l’Internet.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.