Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Février 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 2 avril 2016 12:31

Mme Feraoun veut stimuler la connectivité du pays

Dans un entretien accordé à l’APS, la ministre de la Poste et des Technologies et de la Communication a dressé un calendrier de l’achèvement des chantiers en cours de réalisation. Le premier concerne le déploiement du LTE (4G). Selon Mme Iman-Houda Feraoun, les opérateurs mobiles 4G seront connus le 23 mai prochain. Ils disposeront d’un délai de trois mois pour « allumer » leurs réseaux. Aucune restriction ne concernera l’épineuse problématique de la disponibilité des canaux fréquentiels sur le l’ensemble du territoire national. « Les opérateurs de téléphonie mobile lauréats de l'appel d'offre relatif à l'exploitation de la 4G ne seront tenus à aucun plafonnement concernant la couverture », a affirmé la septième locataire du Ministère de la Poste et des Technologies et de la Communication (MPTIC). Le montage juridique du commerce numérique est le deuxième chantier sur lequel s’est exprimé la ministre. Elle a révélé l’existence d’un avant-projet de loi relatif au e-commerce. L’entrée en service du cadre juridique de l’e-commerce a été conditionnée par la validation de la Banque d’Algérie. Aucune date n’a été indiquée par la ministre. « Ce type de transactions commerciales devrait entrer en service rapidement et sans difficultés, une fois que la Banque d'Algérie aura donné son aval et après adoption du texte par les deux chambres du Parlement » a-t-elle dit.

Dernier chantier abordé par Mme Feraoun, trop souvent négligé, mais non des moindres, concerne l’amélioration de la capacité du réseau de l’opérateur historique, Algérie Telecom (AT) en matière de bande passante internationale. La ministre annonce la mise en exploitation en février 2017 du nouveau câble sous-marin « Oran-Valence ». C’est une bonne nouvelle pour AT dans la mesure où ce nouveau support lui permettra d’améliorer la qualité de ses services Internet. La levée de l’obstacle financier de l’aboutissement du projet de liaison par fibre optique « Alger-Abuja » est une autre bonne nouvelle pour l’opérateur historique qui disposera ainsi d’une nouvelle voie de communication pour contrer la concurrence féroce des faisceaux satellitaires. La ministre a indiqué que la Banque africaine de développement (BAD) avait donné son accord de principe pour le financement du tronçon « Niger-Tchad ». Ainsi, Mme Feraoun a donné de bonnes nouvelles concernant l’amélioration de la connectivité du pays avec le lancement prochain du LTE (4G). Cependant, beaucoup de sujets sensibles ont été omis. La plus urgente reste celle de la réforme de la loi sur les télécommunications et les TIC dont dépend essentiellement le développement de l’écosystème numérique algérien.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le gouvernement en quête de stratégie pour les banques publiques

  Les banques publiques algériennes qui représentent toujours près de 90% des actifs du secteur bancaire national sont réduites au rôle d’exécutant passif de choix gouvernementaux dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils manquent de clarté.

Algérie- L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie à l’Ansej ».

Algérie - L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie avec l’Ansej ».