Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 28 Février 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 19 mars 2016 11:17

Le FBI contre le droit à l’encryptage des données

Avec la médiatisation du conflit juridique FBI-Apple, la frontière entre la protection de la vie privée dans l’usage privé ou professionnel de l’Internet, et le droit de décortiquer le flux data des internautes pour renforcer la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et tout usage illicite des services numériques dans la vie traditionnelle, est soumise à rude épreuve. Pour rappel, Un juge fédéral a demandé à Apple d’assister les enquêteurs de la police fédérale américaine dans le déchiffrage des données personnelles stockées dans l’iPhone de l’un des assaillants qui a tué plusieurs personnes à San Bernardino en décembre aux Etats Unis. Plusieurs analystes estiment qu’à travers cette affaire, la justice américaine veut obliger les entreprises à remettre, aux services de sécurité, les clés de décryptage du trafic data chiffré, généré par leurs serveurs et terminaux. En clair, les agences gouvernementales et autorités américaines chargées de l’application du droit veulent contraindre Apple à désactiver, dans l’iOS, le système d’exploitation des terminaux mobiles (iPhone et iPad), l’option qui supprime définitivement la totalité des données sur un terminal après dix tentatives infructueuses de saisie du mot de passe. Ce qui peut paraître rigolo dans cette affaire, c’est que l’administration judiciaire américaine s’appuie sur la loi « All Writs Act », qui date du 18ème siècle, pour forcer les entreprises à démanteler leurs propres dispositifs de chiffrement des données destinés à protéger la vie privée des utilisateurs.

Cela paraît tellement anachronique, et ridicule à la fois, de recourir à une loi qui date d’une époque où l’électronique numérique et l’informatique n’existaient pas, pour mettre en péril tout procédé totalement technologique destiné à protéger la sécurité des internautes. Aujourd’hui, la généralisation de l’utilisation de l’encryptage des données est devenue vitale pour un Internet sain. Revendiquée par plusieurs compagnies IT, la généralisation de l’encodage des données permet uniquement aux personnes détentrices d’une clé spécifique de les déchiffrer. De jour en jour, le chiffrement des données s’effectue avec plus de performance, ce qui met nos emails, nos recherches en ligne, et nos terminaux, à l’abri des actes malveillants. Finalement, cette affaire qui oppose Apple au FBI montre bien la confrontation entre les partisans de la gouvernance traditionnelle des sociétés et ceux qui prônent un changement radical. Un changement qui permet à Apple, une entreprise high-tech, d’être plus au courant que la police fédérale américaine (FBI) de ce que font les américains et autres internautes avec leurs terminaux mobiles.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

Le CPP sort du piège Bengana par « la bronchite aigue » et les achats d’armes Algérie-Maroc

Vidéos

Avec la BDL et la BADR nous développerons la bancassurance en Algérie" (DG d'Amana)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le gouvernement en quête de stratégie pour les banques publiques

  Les banques publiques algériennes qui représentent toujours près de 90% des actifs du secteur bancaire national sont réduites au rôle d’exécutant passif de choix gouvernementaux dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils manquent de clarté.

Algérie- L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie à l’Ansej ».

Algérie - L’ANSEJ ne poursuit pas les jeunes entrepreneurs en difficultés mais les "fraudeurs" (Mourad Zemali)

    L’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) distingue entre les bénéficiaires d’aide à la création d’entreprise ayant des difficultés financières et les fraudeurs qui se sont livrés à des pratiques frauduleuses contraires «au pacte qui les lie avec l’Ansej ».