Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Farid Farah
  • vendredi 23 juin 2017 14:15

Le destin des nations est désormais lié au numérique (opinion)

Aujourd’hui, il est nécessaire de lever l’ensemble des obstacles bloquant fortement le projet de la généralisation de l’application des techniques numériques dans la vie quotidiennes des citoyens algériens et surtout se préoccuper sérieusement de l’immobilisme des autorités constaté dans la gouvernance de l’Internet.

 

En s’appuyant sur le numérique, pour accélérer le processus de création des systèmes d’informations multifonctionnels, le pays pourra participer à un vaste développement culturel et scientifique de haut niveau de ses citoyens. Regardez les États-Unis, ils ont été les premiers à déployer l’Internet et faire bénéficier leurs secteurs industriels des percées des technologies du numérique. Ils en ont largement profité.

Ce pays est devenu le leader mondial de l’enseignement à distance et la première nation du monde qui a mis au point, grâce à Google, les premières voitures autonomes. Mieux, les américains, en provoquant l’affaire Snowden, poussent les pays du reste du monde, comme la Russie, la Chine et les pays européens à accepter la version de l’administration US concernant le partage de la gouvernance d’Internet.

Contrairement aux américains, qui ont créé le protocole d’Internet IP, l’Europe n’a pas fait sa révolution d’usage de l’Internet malgré le fait que celui qui a greffé la technologie du numérique au Net pour inventer le Web était un anglais.

Les raisons de ce ratage sont multiples, mais son absence de la gouvernance d’Internet en est la principale cause.

Maintenant, il est clair que l’administration américaine, en voulant imposer sa version du partage de la gouvernance d’Internet vise une réorganisation de l’économie mondiale au profit de la mondialisation. L’avenir de la gouvernance de l’Internet sera donc prometteur dans la mesure où les grandes nations vont batailler pour empêcher les "esprit traditionnels" de freiner l’usage des TIC.

"Le tout connecté" est la prochaine bataille américaine. Ce projet est appelé à bouleverser le fonctionnement socio-économique des pays. Une étude récente de la compagnie Ericsson estime aujourd’hui à 8,4 milliards le nombre d’objets connectés. Ils seront 20,8 milliards en 2018, dépassant alors le nombre combiné des PC, tablettes et de smartphones. Ce qui positionne les propriétaires d’applications, dans la chaîne des valeurs de l’économie numérique, comme les véritables gagnants de la généralisation de l’usage du numérique dans toute la planète.

Cet article a été initialement publié dans le Huffington Post Algérie


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FCE reconnait que ces participations aux tripartites étaient « illégales »

Paradoxalement, depuis sa création à ce jour, le FCE ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien.

Algérie- Les importations n’ont reculé que d’un (1) milliard de dollars en 2017

Les exportations ont, en revanche, nettement augmenté à 34,76 mds usd en 2017 contre 30,02 mds usd en 2016 (+15,8%).

Algérie-La révision de la loi sur les hydrocarbures pourrait intervenir avant fin 2018

La révision de la loi sur les hydrocarbures prendra en charge non seulement" l’aspect fiscal mais aussi l’aspect légal, contractuel et tous les autres aspects relatifs à la loi", selon le P-dg de Sonatrach.