Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 27 Mars 2017

  •   awp
  • lundi 12 septembre 2016 19:27

Les Bourses européennes en forte baisse, obnubilées par les taux américains


La plupart des Bourses européennes ont terminé en forte baisse lundi, obnubilées par un possible resserrement à brève échéance de la politique monétaire américaine.


Les places européennes semblent plus inquiètes que Wall Street qui montait légèrement en milieu d'après-midi bien que prudente quant aux intentions de la Réserve fédérale lors de sa réunion des 20 et 21 septembre.
"La volatilité refait surface sur fond d'incertitude mondiale sur les politiques monétaires, avec en premier lieu des attentes de plus en plus marquées d'une hausse des taux par la Fed cette année", écrivent les experts de la maison de courtage Charles Schwab.
L'Eurostoxx 50 a reculé de 1,32%.

La Bourse de Paris a fortement baissé (-1,15% ou 51,60 points, l'indice CAC 40 s'établissant à 4.439,80 points, dans un volume d'échanges de 2,99 milliards d'euros.
Alstom a perdu 1,01% à 23,96 euros alors que le président français François Hollande a fixé lundi comme "objectif" le maintien des activités ferroviaires d'Alstom à Belfort.
Les titres cycliques ont chuté: ArcelorMittal (-2,78% à 5,25 euros), Peugeot (-1,78% à 13,49 euros) et Renault (-1,50% à 72,74 euros).
Sanofi (-0,57% à 69,95 euros) n'a pas profité de la création de la coentreprise Onduo avec Verily.
Air Liquide a reculé (-1,01% à 94,65 euros).
Thales a progressé (+1,43% à 79,63 euros).
Les titres liés au secteur des matières premières ont terminé dans le rouge: Total (-0,96% à 43,44 euros), CGG (-3,49% à 22,95 euros), Vallourec (-3,06% à 4,18 euros) et Technip (-0,51% à 52,40 euros).
Areva a lâché 0,71% à 6,32 euros.
L'opérateur de télécoms SFR a baissé de 2,12% à 25,40 euros.
Ubisoft a perdu 0,25% à 35,72 euros.
Le secteur financier était mal orienté: Crédit Agricole (-1,58% à 8,65 euros), BNP Paribas (-2,20% à 46,88 euros), et Société Générale (-1,84% à 32,73 euros).

La Bourse de Londres a reculé de 1,12%, l'indice FTSE-100 cédant 76,05 points à 6.700,90 points.
Le secteur financier a particulièrement souffert: le groupe de services financiers Hargreaves Lansdown (-1,63% à 1.329,00 pence), la banque RBS (-3,43% à 199,60 pence) et la société de gestion d'actifs Schroders (-2,22% à 2.683,00 pence. La banque Lloyds a perdu beaucoup de terrain (-3,95% à 56,97 pence).
Les matières premières ont nettement baissé: BHP Billiton (-2,60% à 991,00 pence) et Rio Tinto (-2,36% à 2.294,50 pence).
La grande distribution a été mal orientée: Marks and Spencer (-5,06% à 326,20 pence), Next (-2,76% à 5.290,00 pence) et Tesco (-1,66% à 163,60 pence).
Associated British Foods a lourdement chuté (-10,80% à 2.815,00 pence).
La pharmacie a été l'un des rares secteurs à compter quelques valeurs en hausse: AstraZeneca (+0,81% à 4.858,00 pence) et Shire (+1,00% à 4.750,00 pence).

La Bourse de Francfort s'est fortement repliée, le Dax lâchant 1,34% à 10.431,77 points, et le MDax 0,71% à 21.164,70 points.
Sur le Dax, le groupe immobilier Vonovia a gagné 1,44% à 33,55 euros.
Uniper a fait ses premiers pas en Bourse au prix de 10,015 euros et a clôturé au prix de 10,35 euros par titre.
Siemens a perdu 0,95% à 103,80 euros. Selon Bloomberg News, il réfléchit à céder sa part restante (17%) dans Osram (Osram) à des acheteurs potentiels, dont l'investisseur chinois GSR Go Scale Capital. Ces informations ont catapulté Osram en tête du MDax (+10,07% à 48,66 euros).
BASF a perdu 1,60% à 71,42 euros.
Volkswagen a cédé 1,44% à 123,05 euros.
Son concurrent BMW a reculé de 1,75% à 75,58 euros.
Linde a plongé de 6,99% à 138,45 euros.

A Madrid, la Bourse a lâché 1,76%, repassant sous la barre symbolique des 9.000 points à 8.866,60 points.
La baisse a été marquée dans le secteur bancaire: Banco Santander (-2,62% à 4,09 euros), Banco Popular (-3,83% à 1,21 euro), et Banco de Sabadell (-2,61% à 1,23 euro).
Les aciéristes ont plongé également, Acerinox cèdant 3,18% à 11,13 euros.
Le géant du textile Inditex fait partie des groupes ayant le mieux résisté (-0,81% à 32 euros).

La Bourse de Bruxelles a cédé 0,99%, l'indice Bel 20 terminant à 3.546,86 points.
Parmi les valeurs en baisse, la plus importante a été celle du groupe de biotechnologies Galapagos (-2,45% à 48,43 euros).
Trois poids lourds de l'indice belge ont été également en net recul: ING (-1,99% à 11,10 euros), Engie (-1,64% à 14,36 euros) et l'opérateur téléphonique Proximus (-1,60% à 27,36 euros).
Seules deux valeurs ont terminé en hausse: le groupe pharmaceutique UCB (+0,48% à 72,86 euros) et le groupe de grande distribution Colruyt (+0,34% à 49,66 euros).

La Bourse de Milan a chuté de 1,84%, l'indice FTSE Mib s'établissant à 16.840 points.
Les plus fortes baisses ont été celles de l'assureur Unipol (-4,02% à 2,528 euros), suivi du groupe italien d'exploration et d'ingénierie pétrolière Saipem (-3,77% à 0,3955 euro).
Plusieurs banques ont également dévissé: BMPS (-3,43% à 0,2309 euro) ou UniCredit (-3,76% à 2,252 euros).
A contre-courant de la tendance, Moncler (doudoune de luxe) a été la seule valeur de l'indice à finir dans le vert (+1,06% à 15,3 euros).

La Bourse suisse a perdu 0,70%, l'indice SMI clôturant à 8.206,20 points.
Les bancaires Credit Suisse (-1,99% à 13,31 CHF) et UBS (-2,35% à 14,13 CHF) ont été fortement sous pression. Julius Bär (-1,84% à 42,06%) a un peu mieux résisté.
Les valeurs sensibles à la conjoncture Adecco (-1,99% à 55,50 CHF) et LafargeHolcim (-1,91% à 49,78 CHF 2,5%) se sont aussi nettement repliées.
Novartis et Nestlé ont cédé chacun 0,19% à 77,25 CHF et 0,7% à 77,75 CHF, soutenant relativement l'indice, alors que Roche perdait 0,42% à 239 CHF.
Roche continue de souffrir de la vente prévue du paquet d'actions au porteur détenu par Novartis.

L'indice AEX de la Bourse d'Amsterdam a lâché 1,17% à 447,60 points.
Randstad (travail temporaire) a grimpé de 3,99% à 40,77 euros tandis que Aegon (assureur) a perdu 3,60% à 3,53 euros.

La Bourse de Lisbonne a cédé 1,39% à 4.632,44 points, avec 15 de ses 18 valeurs dans le rouge.
La papetier The Navigator Company (-3,83% à 2,84 euros), le groupe de BTP Mota Engil (-3,37% à 1,75 euro) et la banque BCP (-3,13% à 1,02 euro) ont subi les plus fortes chutes.
Le producteur de liège Amorim (-2,33% à 8,15 euros), les groupes diversifiés Sonae (-2,11% à 0,70 euro) et Sonae Capital (-2,16% à 0,68 euro) ont aussi contribué aux mauvaises performances de la place portugaise.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Rocambolesque revirement sur le dossier des importations après plusieurs jours d’embargo

  La Banque d’Algérie a autorisé la domiciliation des opérations d’importations de produits destinés à la revente en l’état. Ce revirement intervient moins d’une semaine après la suspension décidée par le ministre du commerce Abdelmadjid Tebboune.

OPEP et NON OPEP trancheront en avril sur la reconduction de l’accord sur la réduction de la production

  Les membres du comité ministériel de suivi des accords OPEP et non OPEP, réunis au Koweït se prononceront en avril prochain sur la reconduction ou non de l’accord sur la réduction de leur production.

Maroc: Pour pouvoir former le gouvernement El Othmani a cédé et fait le contraire de Benkirane

                                           Saad Eddine El Othmani a rapidement dénoué le blocage dans lequel s’empêtrait son prédécesseur Abdelilah Benkirane. Il a choisi de céder : l’USFP fera partie du gouvernement, l’Istiqlal reste dehors.