Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 29 Juin 2017

  •   MAP
  • mardi 9 août 2016 08:57

Maroc: Les sénateurs adoptent le nouveau projet de loi sur la Bourse des valeurs

 


Le projet de loi relatif à la Bourse des valeurs, aux sociétés de Bourse et aux conseillers en investissement financier a été adopté vendredi à l’unanimité par la Chambre des conseillers. Ce texte de loi entre dans le cadre d’un processus global de réforme de l’arsenal juridique régissant le marché des capitaux de manière générale et le marché de la bourse en particulier.

 

 

Le projet de loi relatif à la Bourse des valeurs, aux sociétés de Bourse et aux conseillers en investissement financier a été voté par les Sénateurs marocains. Ce projet de loi (19-14) entre dans le cadre d’un processus global de réforme de l’arsenal juridique régissant le marché des capitaux de manière générale et le marché de la Bourse en particulier, a indiqué le ministre délégué chargé du Budget, Driss El Azami El Idrissi, cité lors de sa présentation.

''Il vise à relancer la Bourse et renforcer le rôle du marché des capitaux'' dans le financement et le développement de l'économie à travers des axes se basant essentiellement sur le renforcement de l’indépendance et des outils d’intervention de l’Autorité marocaine des marchés de capitaux (AMMC) afin d’améliorer la protection de l’épargne et de renforcer la confiance des investisseurs et la transparence ainsi que l'intégrité du marché. Pour ce faire, ce projet de loi prévoit la création de deux marchés, principal et alternatif. Ce dernier sera dédié aux PME avec des conditions d'accès au marché adaptées aux spécificités de cette catégorie d'entreprises.
La mise en application de ce texte se traduira également par la création des compartiments réservés à la négociation des fonds collectifs, notamment les Exchange Traded Funds (ETF), et les fonds immobiliers. Il vise aussi la cotation des entreprises étrangères, en permettant aux organismes ou personnes morales n'ayant pas leur siège au Maroc d'être cotés à l'un des compartiments des marchés.
Par ailleurs, le projet de loi prévoit l'encadrement de l'activité des conseillers en investissement et les services d'investissement et la création d’une commission d’investissement dénommée «commission du marché des capitaux» qui sera présidée par le ministre en charge des Finances et qui se penchera sur tous les sujets relatifs au développement du marché des capitaux.(MAP)


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"La prochaine loi de travail ne protégera pas les travailleurs mais le patronat"

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Le CPP quasi-bienveillant avec Tebboune, féroce sur le coup de palais saoudien

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 121,9 milliards en septembre 2016, les réserves de change à 108 milliards de dollars

Les réserves de change de l`Algérie sont de l'ordre de 108 milliards de dollars actuellement, a indiqué jeudi à l'APS le gouverneur de la Banque d`Algérie, Mohamed Loukal, en marge du Meeting africain sur l'économétrie qui se tient du 29 juin au 1er juillet à Alger.

L'Onu et RSF dénoncent le "chantage" du Golfe contre Al-Jazeera

Le rapporteur des Nations unies sur la liberté d'expression et l'organisation Reporters sans frontières (RSF) ont tous deux critiqué mercredi les pays arabes qui cherchent à obtenir la fermeture de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera.

Tunisie : Décidée par Béji Caïd Essebsi, la militarisation des sites de production officialisée

   C'est désormais officiel, les sites de production et les installations stratégiques en Tunisie passent sous surveillance de l'armée et sont classés "zones militaires interdites".