Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Février 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • dimanche 30 octobre 2016 10:48

La privatisation des banques publiques algériennes n’est pas à l’ordre du jour (Baba Ammi)

La privatisation envisagée via à la Bourse n'a pas été retenue (DR) 

La privatisation des banques publiques n'est pas à l'ordre du jour, a déclaré le ministre des finances, Hadji Baba Ammi à l'agence APS. Pour le ministre, le fait que l'ouverture du capital des banques publiques aient été envisagée dans une première mouture de l'avant-projet de la loi de finances 2017 n'impliquait pas que le gouvernement allait retenir l'option.

 

 "Un projet de loi de finances est vivant : il y a des propositions, des débats et des arbitrages qui se font" a-t-il déclaré. L'idée d'une privatisation partielle de banques publiques avait été confortée par une source officielle non identifiée, citée par l'agence Reuters qui avait indiqué que cette privatisation partielle prendrait le chemin de la Bourse.

 La source de Reuters indiquait que le projet donnerait à des "investisseurs étrangers la possibilité de devenir majoritaires au capital de certaines banques algériennes, ce qui leur est pour l'instant impossible". 

 "L'ère du baril à 100 dollars est révolue. Nous n'avons pas d'autre choix que de changer de politique", avait déclaré avec assiurance la source qui a requis l'anonymat. "Les réformes se feront lentement mais on ne repartira pas en arrière."

 Pour rappel, la privatisation du Crédit populaire d'Algérie (CPA) avait été envisagée en 2007 avant d'être annulée in-extrémis par les autorités algériennes.  Quatre banques françaises, Société Générale, Natixis, Crédit Agricole et BNP Paribas, et l’américaine Citibank, était dans la course et devaient déposer leurs offres le lundi 26 novembre 2007.

 L'annulation est tombée le samedi 24 novembre 2007 et avait été justifiée par "l'impact non encore évalué de la crise internationale des crédits hypothécaires."

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Les Bourses européennes, à l'exception de Londres, ouvrent en très légère hausse

Aux changes, l'euro poursuit sa remontée autour de 1,0560 dollar après l'annonce par François Bayrou de sa décision de ne pas se présenter à l'élection présidentielle française et sa proposition d'alliance acceptée par Emmanuel Macron.

Déjà substantiels, les investissements saoudiens au Maroc semblent promis à un bel avenir

Selon un membre du Conseil d'affaires maroco-saoudien, Mohamed Ben Badr Al Doussari, le volume des investissements saoudiens au Maroc devait dépasser les 38 milliards de dirhams à fin 2016.

"Alnaft est à l’écoute des partenaires étrangers pour être au rendez-vous de la reprise des investissements dans l’amont pétrolier" (Sid Ali Betata)

  Sid-Ali Betata, président du Comité de direction de l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT), confirme qu’un appel à la concurrence, axé essentiellement sur des projets de développement, est inscrit dans le plan d’actions d’ALNAFT pour 2017 Il se dit optimiste sur l’attractivité de l’amont pétrolier algérien. Entretien exclusif.