Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 26 Juin 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • dimanche 30 octobre 2016 10:48

La privatisation des banques publiques algériennes n’est pas à l’ordre du jour (Baba Ammi)

La privatisation envisagée via à la Bourse n'a pas été retenue (DR) 

La privatisation des banques publiques n'est pas à l'ordre du jour, a déclaré le ministre des finances, Hadji Baba Ammi à l'agence APS. Pour le ministre, le fait que l'ouverture du capital des banques publiques aient été envisagée dans une première mouture de l'avant-projet de la loi de finances 2017 n'impliquait pas que le gouvernement allait retenir l'option.

 

 "Un projet de loi de finances est vivant : il y a des propositions, des débats et des arbitrages qui se font" a-t-il déclaré. L'idée d'une privatisation partielle de banques publiques avait été confortée par une source officielle non identifiée, citée par l'agence Reuters qui avait indiqué que cette privatisation partielle prendrait le chemin de la Bourse.

 La source de Reuters indiquait que le projet donnerait à des "investisseurs étrangers la possibilité de devenir majoritaires au capital de certaines banques algériennes, ce qui leur est pour l'instant impossible". 

 "L'ère du baril à 100 dollars est révolue. Nous n'avons pas d'autre choix que de changer de politique", avait déclaré avec assiurance la source qui a requis l'anonymat. "Les réformes se feront lentement mais on ne repartira pas en arrière."

 Pour rappel, la privatisation du Crédit populaire d'Algérie (CPA) avait été envisagée en 2007 avant d'être annulée in-extrémis par les autorités algériennes.  Quatre banques françaises, Société Générale, Natixis, Crédit Agricole et BNP Paribas, et l’américaine Citibank, était dans la course et devaient déposer leurs offres le lundi 26 novembre 2007.

 L'annulation est tombée le samedi 24 novembre 2007 et avait été justifiée par "l'impact non encore évalué de la crise internationale des crédits hypothécaires."

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Maghreb Mobile Expo, un salon algérien dédié aux Smartphones- Saïd Benmesbah

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Bousaada se prend à rêver d'un nouvel age d'or du tourisme

Privilégiée par un potentiel naturel et culturel exceptionnel, Boussaâda nourrit la nostalgie de "l’âge d’or" de l’activité touristique des années soixante-dix du siècle dernier, tout en entretenant l’espoir d’une relance véritable et pérenne de celle-ci, à la faveur d’un retour, certes timide mais prometteur des touristes nationaux et étrangers.

Trump veut la "dominance mondiale" pour les Etats-Unis sur le marché de l’énergie

 Donald Trump a écœuré beaucoup de monde en décidant de retirer les Etats-Unis des accords de Paris sur le réchauffement climatique. Son tout-fossile risque cependant d’écœurer les autres pays producteurs qui tentent de rééquilibrer le marché.

Les géants de l’Internet à l’assaut de la "vieille économie" : le grand bond d’Amazon [Le BLOG ECO]

  Il fut un temps où la différenciation entre acteurs économiques de l’internet et acteurs traditionnels était évidente. Aujourd’hui, les frontières se brouillent et la convergence entre les deux est une réalité. Cette tendance lourde est parfaitement illustrée par le cas Amazon.