Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Octobre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • dimanche 30 octobre 2016 10:48

La privatisation des banques publiques algériennes n’est pas à l’ordre du jour (Baba Ammi)

La privatisation envisagée via à la Bourse n'a pas été retenue (DR) 

La privatisation des banques publiques n'est pas à l'ordre du jour, a déclaré le ministre des finances, Hadji Baba Ammi à l'agence APS. Pour le ministre, le fait que l'ouverture du capital des banques publiques aient été envisagée dans une première mouture de l'avant-projet de la loi de finances 2017 n'impliquait pas que le gouvernement allait retenir l'option.

 

 "Un projet de loi de finances est vivant : il y a des propositions, des débats et des arbitrages qui se font" a-t-il déclaré. L'idée d'une privatisation partielle de banques publiques avait été confortée par une source officielle non identifiée, citée par l'agence Reuters qui avait indiqué que cette privatisation partielle prendrait le chemin de la Bourse.

 La source de Reuters indiquait que le projet donnerait à des "investisseurs étrangers la possibilité de devenir majoritaires au capital de certaines banques algériennes, ce qui leur est pour l'instant impossible". 

 "L'ère du baril à 100 dollars est révolue. Nous n'avons pas d'autre choix que de changer de politique", avait déclaré avec assiurance la source qui a requis l'anonymat. "Les réformes se feront lentement mais on ne repartira pas en arrière."

 Pour rappel, la privatisation du Crédit populaire d'Algérie (CPA) avait été envisagée en 2007 avant d'être annulée in-extrémis par les autorités algériennes.  Quatre banques françaises, Société Générale, Natixis, Crédit Agricole et BNP Paribas, et l’américaine Citibank, était dans la course et devaient déposer leurs offres le lundi 26 novembre 2007.

 L'annulation est tombée le samedi 24 novembre 2007 et avait été justifiée par "l'impact non encore évalué de la crise internationale des crédits hypothécaires."

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

[Contribution]-Défis environnementaux du gaz du schiste : Du modèle américain à l’aventure algérienne (1ère partie)

En 1980, le gouvernement fédéral des États-Unis a introduit le crédit de la production du carburant alternatif à la législation, en vertu de l'article 29 de l'Internal Revenue Code.

Le site d’information TSA est toujours partiellement bloqué en Algérie (communiqué)

Depuis le 5 octobre, TSA est partiellement bloqué en Algérie. Il n’est pas accessible sur les réseaux internet d’Algérie Télécom et de Mobilis. A ce jour, nous n’avons reçu aucune explication officielle de la part de l’opérateur historique de téléphonie fixe, malgré nos nombreuses démarches auprès des deux opérateurs et des autorités.

La Banque mondiale appelle le Maroc à investir dans le capital immatériel pour accélérer son émergence économique

La Banque mondiale (BM) appelle le Maroc à réorienter ses politiques publiques vers le développement de son capital immatériel, afin de réaliser un rattrapage économique accéléré.