Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • lundi 24 octobre 2016 09:54

Emprunt national : "Plusieurs centaines de milliards de dinars" collectés selon Boualem Djebbar - ABEF

 M Boualem Djebbar, Président de président de l'Association des banques et établissements financiers (ABEF) a indiqué dimanche à l'émission l’Invité de la rédaction de la radio Chaine 3 que l'emprunt national pour la croissance clos le 17 octobre dernier ne sera pas prolongé tout en soulignant qu'il a atteint les objectifs qui lui ont été tracés. 81 milliards de dinars pour la seule BADR.  "Plusieurs centaines de milliards" au plan global sans donner de chiffres précis.

  Le président de l'ABEF s'est abstenu de donner le chiffre du montant global collecté par les banques car il préfère "laisser le soin au ministre d'annoncer les chiffres exacts''. Il a néanmoins indiqué que la BADR qu'il dirigé a atteint, à elle seule, la somme de 81 milliards de dinars.

Sans se prononcer sur le chiffre de 5 milliards de dollars qui aurait été collectés dans le cadre du FCE, Boualem Djebbar s'est contenté d'avancer que les montants collectés atteignent "plusieurs centaines de milliards de dinars".

Sur l'opération de mise en conformité fiscale pour les fonds gris, le président de l'ABEF préfère attendre la fin de l'opération pour faire le bilan et ce sera à l'administration fiscale de le faire. Cela a eu des effets positifs.

 

 

Le financement de l'économie en hausse

 Le président de l'ABEF a assuré que les banques maintenaient leur rythme de financement de l'économie. Les crédits à l'économie sont en hausse de 8.9% au premier semestre 2016. «Au 30 juin 2016, les crédits ont augmenté de 8.9%, donc on s’oriente vers un taux de croissance annuel de 17 à 18%» a-t-il.

 Minimisant la gravité de la baisse de liquidité, estimée à 30%, Boualem Djebbar l'impute à "l’important taux de croissance des crédits et à la baisse des recettes des hydrocarbures".

 Les banques, a-t-il assuré, ont des  moyens de financement à travers les dispositifs de la Banque d’Algérie et le marché interbancaire. Boualem Djebbar a confirmé que l'obligation de passer par le seul CREDOC était levée.  «Le Credoc est le choix entre l'importateur et le fournisseur, qui peut choisir le Credoc ou le Remdoc comme moyen de paiement, et les banques appliquent le moyen de paiement choisi par les deux parties».

 Selon lui, sur de nombreuses opérations qui passaient par le Credoc, les importateurs peuvent convaincre leurs fournisseurs de pratiquer le Remdoc.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Le degré zéro de l'information financière et du journalisme qui devrait apporter la contradiction....

    Au nom de quoi ce Monsieur qui au plus est un porte parole d'une association de banques qui est une association fictive parle au nom du gouvernement et déclare que le prêt national est une "réussite". La preuve de sa réussite ? "il a rapporté des centaines de milliards de Dinars" ! Bigre !...

    Il aurait pu dire de la même manière: "il a rapporté beaucoup d'argent", un tas de fric, des milliards et des milliards, une montagne d'argent, plein de thune etc..

    Quand on n'a pas plus de choses à dire, on la ferme, c'est toujours mieux que d'être ridicule...

    Rapporter Truc lundi 24 octobre 2016 18:48
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.