Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 29 Juin 2017

  •   Maghreb Emergent
  • mardi 30 août 2016 17:32

Opportunités d’affaires en Afrique : Attijariwafa bank s’allie avec JBIC, le bras financier du Japon à l’étranger

Le groupe Attijariwafa bank signe un Mémorandum d’entente avec Japan Bank of International Cooperation (JBIC), banque japonaise de développement, en vue d’accroître les opportunités d’affaires des entreprises japonaises en Afrique.

 

 

A l’occasion de la 6ème edition du Tokyo International Conference on African Development (TICAD VI) qui s’est tenu les 27 et 28 août à Nairobi (Kenya), Japan Bank of International Cooperation (JBIC) et Attijariwafa bank ont signé le 27 août 2016 un MOU ayant pour objet le renforcement des échanges commerciaux et les investissements japonais en Afrique et notamment dans les pays de présence du groupe Attijariwafa bank, rapporte la banque marocaine dans un communiqué.

JBIC est le bras financier de la politique économique étrangère du Japon, ayant pour objet de faciliter les échanges entre le Japon et le reste du monde.  JBIC et Attijariwafa bank ont collaboré par le passé, notamment pour le financement des grands projets d’infrastructure au Maroc comme Jorf Lasfar 5 & 6 et Safi Energy Company (SAFIEC). « Vu l’intérêt croissant des entreprises japonaises pour le marché Africain, la coopération entre les deux groupes bancaires sera renforcée dans le but d’assister les entreprises japonaises et africaines dans leurs échanges commerciaux et d’investissement avec l’Afrique », souligne le communiqué.

Lors du TICAD V en 2013, le gouvernement japonais avait mis en place une stratégie de soutien de la croissance des pays africains par le biais de partenariats publics/privé pour un montant de  3 200 Milliards yen japonais (JPY) sur une période de 5 ans (de 2013 à 2018). Lors du TICAD VI, le gouvernement japonais a annoncé sa volonté de maintenir ce soutien. « La volonté de JBIC de renforcer sa coopération avec le groupe Attijariwafa bank et son accompagnement pour les entreprises japonaises vient répondre à cette stratégie, en total adéquation avec les objectifs du gouvernement japonais. En tant qu’institution de crédits entièrement détenue par l’Etat japonais, qui contribue au bon développement de l’économie et de la société, au Japon et partout dans le monde, JBIC va continuer à soutenir financièrement l’expansion des entreprises japonaises en Afrique », explique la banque marocaine.


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"La prochaine loi de travail ne protégera pas les travailleurs mais le patronat"

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Le CPP quasi-bienveillant avec Tebboune, féroce sur le coup de palais saoudien

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 121,9 milliards en septembre 2016, les réserves de change à 108 milliards de dollars

Les réserves de change de l`Algérie sont de l'ordre de 108 milliards de dollars actuellement, a indiqué jeudi à l'APS le gouverneur de la Banque d`Algérie, Mohamed Loukal, en marge du Meeting africain sur l'économétrie qui se tient du 29 juin au 1er juillet à Alger.

L'Onu et RSF dénoncent le "chantage" du Golfe contre Al-Jazeera

Le rapporteur des Nations unies sur la liberté d'expression et l'organisation Reporters sans frontières (RSF) ont tous deux critiqué mercredi les pays arabes qui cherchent à obtenir la fermeture de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera.

Tunisie : Décidée par Béji Caïd Essebsi, la militarisation des sites de production officialisée

   C'est désormais officiel, les sites de production et les installations stratégiques en Tunisie passent sous surveillance de l'armée et sont classés "zones militaires interdites".