Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

CPP, 20 avril, en attendant un printemps heureux

vendredi, 20 avril 2018 18:08 Publié dans Actualités

 

Le café presse politique s’est porté au chevet de la Kabylie devenue comme le reste de l’Algérie, atone politiquement. Le MAK n’y changeant rien. Mais pas seulement.

L'entreprise algérienne des hydrocarbures Sonatrach vient d'élaborer "une nouvelle stratégie pour s'adapter au nouveau contexte et relever les défis à venir", a-t-on appris vendredi à Paris d'un responsable de la compagnie pétrolière qui a participé au 19e sommet international du pétrole.
"Nous faisons face à des défis, notamment la demande et les prix du pétrole qui sont sous pression dans des marchés volatils, les ressources humaines qui se renouvellent et nous devons renforcer notre expertise technique et placer la performance au coeur de notre fonctionnement", a indiqué à l'APS Fethi Arabi, conseiller auprès du P-DG de Sonatrach, affirmant que "cela passe notamment par la transformation de nos processus clés".
"Il est donc urgent de nous adapter à ce nouveau contexte et de nous armer face aux défis à venir", a-t-il dit, soulignant que la compagnie algérienne dispose d'atouts "incontestables" déclinés en géologie "avantageuse", domaine minier "sous exploré", une main-d’oeuvre "nombreuse et qualifiée", réputation d’un fournisseur "sûr et fiable" et accès à un grand marché d’export l’Europe.
Comme première étape "fondamentale", les responsables de Sonatrach ont engagé une réflexion collective profonde pour concevoir une "nouvelle vision", a expliqué Arabi, précisant qu'elle est soutenue par un nombre d'objectifs stratégiques "clés" qui seront présentés à Alger la fin du mois.
Ces objectifs, a-t-il ajouté, matérialisent tout le potentiel de Sonatrach "dont nous allons tirer partie d'ici à 2030", rappelant que la compagnie a lancé une quarantaine d'actions durant les douze derniers mois.
"Mais ce n'est pas tout, nous avons en réalité lancé une quarantaine d’actions concrètes au total au cours des 12 derniers mois qui ont impacté presque tous les aspects de notre entreprise", a-t-il dit, dont l'un est de restaurer la confiance avec ses partenaires étrangers.
"Nous nous sommes engagés et nous avons résolu presque tous nos différends et litiges", a-t-il tenu à affirmer, indiquant qu'entre temps, Sonatrach a lancé plusieurs projets "majeurs" en partenariat tout en se déclarant "toujours ouverte" à plus d'opportunités de partenariat.
Le conseiller auprès du P-DG en veut pour preuve de l'engagement de son entreprise envers sa nouvelle stratégie, le programme d’investissement 2018-2022 de 56 milliards de dollars au total (dont 44 milliards de projets d'exploration et de production (E & P) et 10 milliards de projets en aval).
En termes de production, a-t-il ajouté, Sonatrach vise à produire environ 200 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) et à stabiliser ses volumes exportés.
"Comme une victoire rapide, nous avons lancé une opération de processing virtuel de pétrole brut avec un grand Trader et c’est une première", a-t-il fait remarquer, notant que le processing, contrairement aux appels d’offres, "nous offre une police d’assurance contre la volatilité des marges de raffinage".
L'acteur majeur de l'industrie du pétrole en Afrique et la première entreprise du continent a planifié d'acquérir, pour sa prochaine étape, la capacité de raffinage à l’étranger.
"Nous ciblons prioritairement des raffineries qui puissent aussi bien processer notre Saharian Blend" (pétrole brut algérien), a expliqué Fethi Arabi.
"Une fois que nous avons de nouvelles capacités de distillation en Algérie, notamment la raffinerie de Hassi Messaoud III, et de transformation (hydro-cracker de Skikda), notre investissement dans le raffinage à l’étranger deviendra une source de dividendes et d’optimisation avec le système de raffinage en Algérie", a-t-il ajouté, précisant par ailleurs que Sonatrach vise à renforcer les partenariats existants dans l'exploitation des découvertes non développées.
"Sonatrach vise également à renforcer et développer les partenariats existants, en particulier à accroître l'effort d'exploration pour exploiter le potentiel des découvertes non développées à travers un plan de transformation approprié (intégration amont-aval)", a-t-il conclu.

APS

«Près de 60 hôtels tunisiens participeront au Salon de la création artisanale (du 26 avril au 5 mai 2018) et offriront, aux touristes locaux des tarifs préférentiels pour leur hébergement dans des hôtels du pays, a indiqué Mehdi Allani, vice-président de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH).
Intervenant lors d’une conférence de presse tenue vendredi 20 courant à Tunis, Allani a appelé les Tunisiens à réserver d’avance dans les hôtels pour avoir la disponibilité des chambres et bénéficier des tarifs préférentiels.
Rym Ben Fadhel Belajouza, secrétaire générale à la FTH, a indiqué qu’il y a une reprise cette année du marché européen, dont les consommateurs ont la tradition de faire des réservations d’avance, alors que les Tunisiens n’ont pas cette habitude. Dans ce cas, le client tunisien peut voir sa demande non satisfaite, notamment à des prix favorables.
Au 31 mars 2018, près d’un million de nuitées ont été assurées par des Tunisiens dans les hôtels, représentant 40% des nuitées touristiques totales, contre 986 mille nuitées pour le marché européen.
“Il s’agit d’une hausse de 2,6% enregistrée au niveau du marché local par rapport à 2017 et de 40% en comparaison avec 2010 (année de référence)”, a-t-elle dit.
“S’agissant des recettes provenant du marché tunisien, Belajouza a souligné l’absence des statistiques sur les recettes du marché tunisien, ce qui est dommage”.
Mouna Ben Halima, chargée de la communication à la FTH, a, pour sa part, appelé à la révision des normes de classification hôtelière qui date de 2005 et qui ne prend pas en compte le volet “prestations de services dans les hôtels”, dont la qualité est très critiquée tant par des étrangers que par les Tunisiens.
Elle souligne également la nécessité de consulter les sites de notation en ligne et de partage d’expériences pour le choix des hôtels.
Concernant la participation de la FTH, avec un stand de 238 m2, au Salon de l’artisanat, elle vise à rapprocher les métiers de l’artisanat et de l’hôtellerie, faire connaître les artisans aux hôteliers, valoriser l’artisanat tunisien dans les hôtels et lutter contre la contrefaçon, laquelle contribue à la dégradation de l’image du produit touristique et asphyxie le secteur de l’artisanat.
Elle propose aussi aux 130 mille visiteurs du Salon attendus, le tourisme alternatif, à travers l’exposition d’un nouveau produit touristique, les maisons d’hôtes.
“La FTH financera également les trois premiers prix des concours organisés à l’occasion de ce Salon, à hauteur de 10 mille dinars. Il s’agit de deux concours sur le thème “création d’articles de souvenirs”, dont l’un est destiné aux designers et l’autre aux artisans professionnels. Le 3ème concours concerne le thème de “l’art de la table”, a indiqué Dorra Miled, présidente de la commission formation à la FTH.

TAP

Une association et 9 coopératives œuvrant dans le domaine de l’artisanat ont été primées, vendredi à Rabat, en marge de la sixième édition du Salon national de l’économie sociale et solidaire.
Le premier prix de l’excellence a été attribué exæquo à quatre coopératives exposantes dans ce salon, à savoir “la coopérative Femmes de Badis pour l’artisanat “(Al Hoceima), la “coopérative agricole Yana Herbe bio” (Skhirat), la coopérative BSD (Casablanca), et la coopérative Bassma pour l’apiculture (commune de Beni Koulal).

MAP

Quelque 427 mille personnes affectées par la sècheresse qui a frappé la Mauritanie en 2107, bénéficieront d'une aide du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) sous forme de produits alimentaires et de transferts monétaires, selon un communiqué de cette organisation publié vendredi.
"Dans un premier temps, le PAM fournira une assistance à quelque 65.000 personnes à travers des distributions mensuelles à Kaédi (sud), puis à Selibaby et Nema (sud est et est du pays", précise ce communiqué.
"Dans un deuxième temps, l'assistance fournie par le PAM s'étendra à d'autres moughataas (arrondissements), ciblant environ 221.000 personnes en insécurité alimentaire sévère de juin à septembre 2018, et jusqu'à 427.000 personnes au total", ajoute le texte.
Selon Noël Gentile, représentant du PAM en Mauritanie cité par ce communiqué, "la faiblesse des pluies et leur mauvaise répartition en 2017 pèsent sur la production agricole et pastorale, conduisant à une période de soudure particulièrement précoce, longue et difficile pour les populations vulnérables".
"L'action du PAM s'inscrit parmi les efforts du gouvernement mauritanien et de l'ensemble du secteur humanitaire pour mettre en œuvre un plan de réponse conjoint et complémentaire, chiffré à près de 200 millions de dollars américains", souligne le communiqué du PAM.
Le gouvernement mauritanien, qui n'a pas lancé un appel à l'aide de la communauté internationale, pour faire face à la sècheresse aiguë, a toutefois reçu, en 2017, des aides de l'Arabie saoudite et de la FAO.
L'opposition politique dénonce "l'immobilisme" des autorités face à l'ampleur de la sècheresse "la plus aiguë depuis 70 ans" et qui rappelle les grandes sècheresses des années 1972-1973.

Xinhua

Le Comité ministériel conjoint de suivi de l'accord de réduction de la production pétrolière des pays de l’Opep et des pays non Opep (JMMC), réuni vendredi à Djeddah, a décidé d'organiser sa 10ème réunion en septembre prochain à Alger, a indiqué le ministère de l'Energie dans un communiqué.
La réunion de septembre coïncidera ainsi avec la célébration du deuxième anniversaire de l’Accord historique d’Alger visant à limiter la production pétrolière afin de relancer les prix, selon la même source.
Lors de sa 8ème réunion à Djeddah, tenue avec la participation du ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, le JMMC a examiné les développements récents du marché pétrolier international "observant, avec satisfaction, une amélioration constante et soutenue de ses fondamentaux".
Ce constat a été élaboré sur la base des rapports du Comité technique conjoint Opep et non-Opep qui s’est réuni la veille à Djeddah.
Le JMMC a examiné également les niveaux de conformité des engagements de baisse de la production des pays Opep et des producteurs de pétrole non-Opep.
A ce propos, le comité a relevé "avec satisfaction" un taux de conformité record de 149 % pour le mois de mars 2018, précise le communiqué.

APS

La Chambre syndicale nationale des services portuaires a décidé d’observer une grève générale dans tous les ports de la République les 26, 27 et 28 avril courant.
Dans un communiqué publié vendredi, la chambre a indiqué que cette décision a été prise à l’unanimité par le bureau exécutif élargi tenu jeudi 19 avril au siège de l’Union Tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) et consacré à l’examen du dossier des entreprises spécialisées dans l’amarrage, le désamarrage et la protection des navires ainsi que des différentes préoccupations des professionnels.
Les membres du bureau exécutif élargi ont, à cette occasion, exprimé leur mécontentement face à la légèreté avec laquelle le ministère du transport et l’Office de la Marine Marchande et des Ports (OMMP) traitent les dossiers relatifs à leurs entreprises.
Ils ont, par ailleurs, dénoncé le désintérêt du ministère face à la lettre qui lui a été adressée le 16 avril courant concernant la crise de la société d’amarrage et de désamarrage des navires, l’accusant de vouloir ouvrir la porte aux intrus et à la concurrence déloyale.

TAP

Les travaux de la Conférence “Le Maroc dans la CEDEAO : Elargissement ou approfondissement ?” se sont ouverts, vendredi à Abidjan, à l’initiative de l’Institut Amadeus.
Cette conférence rassemble atour de la même table responsables politiques, opérateurs économiques, universitaires et acteurs de la société civile ivoiriens et marocains dans le cadre d’un dialogue “franc et ouvert”.

MAP

Les forces de défense aérienne saoudiennes ont intercepté vendredi un missile balistique tiré depuis le Yémen en direction de la ville frontalière de Jazan, selon la chaîne locale Al-Arabiya.
C'est le dernier épisode d'une série de frappes aériennes lancées par des rebelles houthis, dont la plupart des missiles ont été interceptés, d'après les forces de défense aérienne saoudiennes.
Le colonel Turki al-Maliki, porte-parole des forces de la coalition arabe combattant au Yémen, a déclaré lundi au cours d'une conférence de presse que les Houthis avaient tiré jusqu'à aujourd'hui 119 missiles balistiques contre l'Arabie Saoudite. Il a également averti qu'une campagne militaire serait lancée contre les Houthis si la menace persistait.
L'Arabie Saoudite, en soutien au gouvernement yéménite, mène depuis 2015 une guerre contre les combattants insurgés houthis au Yémen, où les frappes aériennes et les affrontements entre groupes armés ont engendré la mort de milliers de personnes.

Xinhua

Le ministre de l'Economie et des Finances, M. Moctar Ould Diay et la Directrice des Opérations de la Banque mondiale ont conjointement signé jeudi à Washington, un don de 20 millions de dollars américains, soit l’équivalent de 700 millions MRU, destinés au financement du projet d'appui à l’exploitation du gaz en Mauritanie.
Ce don permettra également de développer et d’exploiter le puits Tortue Ahmeyin Gretar ainsi qu’à soutenir et créer les capacités institutionnelles du personnel technique, afin de renforcer les capacités du gouvernement mauritanien en matière de négociations et de gestion du secteur gazier et des hydrocarbures, en plus de l’amélioration des résultats du développement de ce secteur de l'économie mauritanienne.

AMI

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.