Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • dimanche 11 juin 2017 10:57

Algérie-"La concurrence dans le secteur des assurances n’est pas saine" - Hakim Soufi (audio-vidéo)

Hakim Soufi, PDG de la compagnie d'assurance Macir Vie/ Ph: Ahmed Sahara

Le PDG de la compagnie d’assurance Macir Vie dénonce principalement le dumping auquel ont recours un certain nombre de compagnies. Une pratique qui porte préjudice au secteur des assurances en Algérie.

 

 

« La concurrence dans le secteur des assurances en Algérie n’est pas saine », a affirmé, jeudi sur Radio M, Hakim Soufi, P-DG de la compagnie d’assurances Macir vie. Il dénonce principalement le dumping auquel ont recours un certain nombre de compagnies, sans les citer nommément, affirmant qu’il s’agit d’une pratique qui porte préjudice au secteur des assurances dans sa globalité. M. Soufi signale, à ce propos, qu’un travail est en train de se faire en vue de réduire l’acuité de ce phénomène. Selon lui, l’Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance (UAR) s’apprête à engager des mesures contre les compagnies qui se livrent au dumping. Il n’hésitera pas à qualifier cette pratique de phénomène « destructeur», mais il en impute une partie de la responsabilité aux entreprises clientes et notamment celles relevant  du secteur public.

D’après lui, les appels d’offres lancés par les entreprises publiques accordent la priorité aux compagnies offrant leurs services à bas prix aux dépens de celles qui proposent des services de qualité. Privilégier le moins disant encourage le dumping, dira-t-il, précisant qu’au final les clients bénéficieront de services peu chers mais de qualité douteuse.  Mais plus généralement, les effets du dumping se font ressentir sur le plan de la fiscalité. « Il faut arrêter d’accepter (ce que propose) le moins disant. Une société qui fait du dumping réduit son assiette fiscale ce qui interpelle le nouveau ministre des Finances », souligne le P-DG de Macir Vie.

Réactiver l’Assurance santé internationale

Pour faire augmenter l’assiette fiscale, M. Soufi suggère la réactivation de l’Assurance santé internationale. « Cette assurance est très importante et peut générer entre un et deux milliards de dinars durant la première année de sa réactivation », assure l’invité de Radio M qui précise avoir envoyé plusieurs lettres au ministère des Finances plaidant en faveur de cette assurance.

Revenant à la question des appels d’offres des entreprises publiques, M. Soufi dit souhaiter que les compagnies d’assurances soient traitées sur le même pied d’égalité à partir du moment où elles ont toutes leur agrément. Il revendique, à ce propos, le bannissement de certaines clauses d’exclusion imposées dans les appels d’offres, et qui concernent, par exemple, le nombre minimum d’années d’exercice d’une compagnie d’assurance.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • La guerre des tarifs actuelle (Dumping) ne sert ni les compagnies d'assurance, ni les clients, et encore moins le marché national des assurances.
    Une discipline est à instaurer au plus vite au sein du secteur pour le respect des règles techniques d'assurance et de déontologie de la profession.
    La concurrence peut bien se jouer sainement sur d'autres aspects jusqu'ici ignorés.

    Rapporter Boudraa Abdelaziz lundi 12 juin 2017 17:17
  • non monsieur ,la concurrence est toujours saine .
    l'argument de la fiscalité ne tient pas ;l'Etat a d'autres moyens de la collecter que l'assurance. de plus ,en augmentant l'assurance au final ,on prend au consommateur final

    Rapporter nour-eddine dimanche 11 juin 2017 17:48
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le non-Maghreb et son coût [ LE BLOG ]

  Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d’une situation qui n’a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c’est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du « non-Maghreb » équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional...

La Banque centrale tunisienne s’intéresse aux applications pratiques de la Blockchain

  L’”Africa Blockchain Summit”, se tiendra à Tunis en mai 2018 et portera sur la thématique de la technologie des registres distribués (Blockchain).

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.