Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   Karim Sabeur
  • jeudi 25 mai 2017 19:20

Algérie - Le président du Haut-Conseil islamique Bouabdallah Ghlamallah valide les assurances Takaful

  

La notion de Takaful en assurances n’est pas antinomique avec l’islam, a déclaré jeudi à Alger, M. Bouabdallah Ghlamallah, le président du Haut conseil islamique (HCI).

 

 Lors d’une conférence organisée par le HCI sur l’assurance takaful et en présence du directeur général de Salama Assurance Algérie, Mohamed Benarbia, et du PDG de CAARAMA, filiale d’assurance de personnes de la CAAR, Ammar Meslouh, M. Bouabdallah Ghlamallah, a d’abord commencé par lever quelques équivoques.

 Le takaful, a-t-il indiqué, intègre la nécessité de mutualiser la prise en charge des risques, c’est un concept qui n’est pas étranger à la religion. La notion a même sa place dans le concept de la zakat et de l’entraide entre les musulmans.

 La nécessité de la mutualisation des risques pour alléger le poids des catastrophes sur la communauté nécessite le recours à l’assurance, a indiqué Bouabdallah Ghlamallah, en relevant qu’il existe de la confusion au sujet de la licéité de l’assurance. D’autant, relève-t-il, que certains types de contrats ne sont pas tolérés par la religion.

 Le président du HCI a aussi évoqué la nécessité d’une réflexion sur un système de ristourne si la cadence des sinistres et des événements survenus n’est pas élevée et que des fonds s’accumulent dans la trésorerie des compagnies d’assurance.

 De son côté, Mohamed Boudjella, professeur en sciences économique à l’université Mohamed-Boudiaf de M’sila, qui a déjà eu à effectuer des formations au profit du ministère des Finances sur le thème du takaful, a souligné que certaines compagnies d’assurance proposent déjà ce type de services en Algérie. Il a cité Al Baraka wa Al Amane, devenue, entre temps, Salama Assurance Algérie.

 Le directeur général de cette compagnie, Mohamed Benarbia, a indiqué que depuis le début de l’année, il a mené une campagne pour la commercialisation des produits takaful pour concurrencer notamment les autres compagnies et mutuelles, y compris celles activant dans le domaine agricole.

Salama Assurances et aussi Family Takaful

Il a indiqué que la compagnie attendait les visas du ministère des Finances pour commercialiser les produits tout en modernisant les assurances «qui sont encore loin des normes internationales». «Nous avons des partenaires internationaux qui sont prêts nous accompagner», a-t-il indiqué.

La filiale Family Takaful est aussi dans le plan d’action. «Nous n’avons pas pu créer notre société des assurances de personnes (AP) auparavant mais nous sommes en discussion avec des partenaires et nous finaliserons le projet avant fin 2017 », a ajouté le DG de Salama Assurance Algérie.

Avant de créer la filiale Family Takaful, a-t-il rappelé, la compagnie avait déjà l’expérience de ce type d’assurances de 2009 à 2011 : « Nous allons faire un chiffre d’affaires rapidement car notre clientèle est en train de nous solliciter» a-t-il indiqué.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • salam

    oui c'est une bonne nouvelle: enfin des banques et assurances islamiques....des années apres le maroc et tunisie...
    Triste ALGERIE toujours tres en retard...

    Rapporter mounia dimanche 18 juin 2017 13:06
  • ENFIN une bonne nouvelle...le le gouvernement algerien avec 10 ans de retard a compris que le TAKAFUL est une necessité que TOUTES les societes d'assurances en ALGERIE doivent faire! ceci poussera de plus en plus de gens a s'assurer et a faire marche l'economie !!!!

    Mais concertement ca veut dire quoi que le Haut-Conseil islamique valide le Takaful ??!
    la loi est prete ou pas encore ? elle s'applique des maintenant ?!

    Rapporter opium vendredi 26 mai 2017 16:20
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le non-Maghreb et son coût [ LE BLOG ]

  Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d’une situation qui n’a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c’est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du « non-Maghreb » équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional...

La Banque centrale tunisienne s’intéresse aux applications pratiques de la Blockchain

  L’”Africa Blockchain Summit”, se tiendra à Tunis en mai 2018 et portera sur la thématique de la technologie des registres distribués (Blockchain).

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.