Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 30 Mai 2017

  •   Aymen Zitouni
  • mardi 13 décembre 2016 19:26

La hausse de 20% du tarif de la "garantie obligatoire" est dérisoire, le dumping menace les compagnies d’assurances (Hassan Khelifati)

 

 La hausse de 20% du tarif de la garantie obligatoire ‘’Responsabilité civile’’ (RC)  est insignifiante et le déficit prime/sinistre de la branche automobile va s'accentuer estime Hassan Khelifati, PDG d'Alliance Assurances. Le plus inquiétant, selon lui, est le dumping pratiqué par certains assureurs hors de toute "logique commerciale".

 

«Le déficit prime/sinistre de la branche automobile va s’accentuer et ce n’est pas l’augmentation de 20% sur la tarif de la garantie Responsabilité civile qui varie de 1600 à 1800 DA dans un contrat d’assurance automobile sur une année qui va redresser la situation des compagnies d’assurances qui courent vers l’insolvabilité », a expliqué à Maghreb Emergent le patron de Alliance Assurances, et vice-président de l’Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance (UAR).

 Pour M. Khelifati, cette augmentation décidée par la Direction du Trésor public, est d’autant plus dérisoire qu’elle sera échelonnée sur quatre semestres, à raison de 5% pour chaque semestre à partir du premier janvier prochain.

 Le calendrier retenu par la Direction du Trésor et envoyé à l’UAR précise qu’à partir  du premier janvier 2017 les compagnies d’assurances dommages sont tenues d’appliquer un réajustement « progressif » de la garantie obligatoire Responsabilité civile : +5% au 1er janvier 2017, +5% le 1er juillet 2017, +5% le 1er janvier 2018 et +5% le 1er  juillet 2018.

 

 Guerre des prix

 

Le PDG de Alliance Assurance estime qu’une augmentation de 90 DA sur la Responsabilité civile sur un contrat de 6 mois ne pèse rien par rapport à ce que dépensent les compagnies en termes d’indemnisation des sinistres.  

 « Pour chaque Dinar encaissé dans la RC, les compagnies d’assurances dépensent entre 3 et 5 Dinars dans les sinistres automobiles », a-t-il expliqué, soulignant que les recommandations de l’UAR pour une augmentation « significative » des tarifs de la RC n’ont pas été retenues.

 Pour M. Khelifati c’est l’environnement global dans lequel évoluent les compagnies d’assurances qui doit pris en charge à travers « plus de régulation » pour « mettre de l’ordre » dans le marché des assurances en Algérie qui, indépendamment de la crise qu’il traverse du fait de la baisse des revenus pétroliers et de la chute de la valeur du Dinar, n’obéit à « aucune logique » économique.

 Il pointe du doigt ce qu’il qualifie de « guerre des prix » menée par quelques assureurs qui menace la survie de nombreuses compagnies. Les pratiques de dumping et de concurrence déloyale doivent cesser avec l’intervention du régulateur du marché qui doit s’assurer de la capacité des compagnies à honorer leurs engagements par rapport aux prix pratiqués, a-t-il conclu.

 

LIRE AUSSI :

Algérie - La solvabilité des compagnies d’assurance est menacée, estime Hassan Khelifati

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • M.KHELIFATI
    Bonjour
    J'ai beaucoup de respect pour vous et votre militantisme pour l'épanouissement de notre profession.
    J'ai exercé cette activité de 45 ans et confirme que ce n'est pas l'augmentation qui résoudra la problématique des compagnies d'assurance, ce qui range ce secteur :
    1- manque de professionnalisme
    2- concurrence déloyale
    3- solidarité entre les compagnies d'assurances
    4- la distribution des réductions allant jusqu'à 90%
    5- non respect du garde fou BONUS MALUS
    6-le non développement d'autres branches et s/branches
    7- manque de création de besoin d'assurance parmi le grand public
    8- de coassurance
    9- IDA
    10- élaboration des tarifs adaptés à la réalité Algérienne
    11- des portes ouvertes aux grands public
    Etc...

    Rapporter Sariane vendredi 16 décembre 2016 20:24
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Le déficit de la balance courante s'est fortement aggravé et atteint 4,1% du PIB

   Le déficit commercial s’est aggravé, à fin avril 2017, pour se situer à 4,31 milliards de dinars, contre 3,30 milliards de dinars en avril 2016, selon le rapport de la Banque centrale de Tunisie sur les “évolutions économiques et monétaires”, publié en mai 2017.

Algérie - Les milliards de dollars d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.

Algém6rie - Les 15 milliards d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.