Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   APS
  • dimanche 31 juillet 2016 19:55

Algérie : Les mesures de LFC2015 ont eu un "impact positif" sur les recettes de la CNAS

Les mesures incitatives exceptionnelles de la loi de finances complémentaire (LFC2015), ont eu un "impact positif" sur les recettes de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS), a indiqué dimanche à Alger son directeur général, Tidjani Hassen Haddam.

 

"Ces mesures exceptionnelles ont eu, à ce jour, un impact positif sur les recettes qui ont augmenté en 2015 de plus de 7% par rapport à l'année 2014 et de 11% par rapport à 2013", a précisé M. Haddam au forum d'El Moudjahid.

Il s'agit de mesures incitatives en direction des employeurs pour le règlement de leurs cotisations de sécurité sociale et la formalisation de leur situation administrative vis-à-vis de la CNAS.

Ces mesures ont permis l'annulation des majorations et pénalités de retard pour plus de 141.166 employeurs qui se sont acquittés de la totalité de leur dette vis-à-vis de la CNAS, l'octroi de plus de 18.000 échéanciers de paiement pour les employeurs qui ne sont pas à jour de leurs cotisations et dont la situation financière ne leur permet pas de s'acquitter totalement et immédiatement de leurs dettes.

Les mesures de la LFC 2015 ont également permis l'affiliation volontaire de plus de 16.280 personnes activant dans la sphère de l'économie informelle, bénéficiant ainsi, en matière de couverture sociale, des prestations en nature de l'assurance maladie et maternité pour 3 années, moyennant une cotisation mensuelle symbolique (12% du SNMG, soit 2160 dinars).

Par ailleurs, le DG de la CNAS a indiqué qu'une série de mesures tendant au renforcement du contrôle ont été initiées, notamment en matière des arrêts de travail afin d"'éliminer toute velléité de recours aux arrêts de travail de complaisance".

"Ces mesures consistent en la soumission systématique, au contrôle médical de tous les arrêts de travail déposés quelle que soit leur durée et au renforcement des contrôles administratifs à domicile pour s'assurer du respect des malades de leurs obligations, telles que fixées par la réglementation en vigueur", a-t-il précisé.

Le même responsable a rappelé que pour l'année 2015, 861.268 arrêts de travail ont été indemnisés pour un montant remboursé de plus de 18 milliards de dinars, soulignant que cette dépense est en "progression" de 8% par rapport à celle de l'exercice de 2014.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...