Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 22 Février 2018

  •   Hassan Haddouche
  • mercredi 13 juillet 2016 11:20

"L’emprunt obligataire est une très bonne affaire pour les compagnies d’assurance"-H. Khelifati sur RadioM (audio-vidéo)

Les placements des compagnies d’assurance dans l’emprunt d’Etat  « pourraient atteindre au total un montant compris entre 200 et 300 millions de dollars », souligne le PDG de Alliance Assurances.

 

 

Le PDG d’Alliance Assurances qui était mardi « l’Invité du Direct » de la webradio Radio M, a annoncé  que sa compagnie a placé récemment le montant de 1 milliard de dinars dans l’emprunt obligataire d’Etat. « La réglementation en vigueur nous oblige à placer 50% des ressources collectées par nos  compagnies auprès du Trésor public avec une rémunération  qui ne dépassait  pas 1,5% par an ». Une compagnie comme Alliance assurance avait récemment encore  plus de 2 milliards de dinars placés en bons du Trésor. L’emprunt obligataire qui propose des rémunérations égales ou supérieures à 5% est donc pour Alliance et pour l’ensemble des compagnies d’assurance de la place « une excellente affaire ». « Et l’engouement des assureurs algériens a été rapide et total », souligne Hassan Khelifati, ajoutant que les placements des compagnies d’assurance dans l’emprunt obligataire de l’Etat « pourraient continuer à chaque tombée d’échéance des anciens placements et atteindre au total un montant compris entre 200 et 300 millions de dollars ».

 

La Bourse d’Alger  face à un problème de confiance majeur

 

Hassan Khelifati a également rappelé que, dans un contexte difficile marqué par la stagnation du chiffre d’affaires du secteur, sa compagnie a affiché  un taux exceptionnel de 56 % de distribution de son résultat net. Une décision qui montre qu’Alliance Assurance  « souhaite encourager les actionnaires qui lui ont fait confiance et confirmer la régularité de sa politique de distribution des résultats ». Dans le prolongement de cette décision, le manager algérien a tenu à souligner que la relation avec les épargnants algériens semble aujourd’hui fortement sur la sellette. Pour le PDG d’Alliance, l’échec récent de l’introduction à la Bourse d’Alger de la cimenterie de Ain El Kebira soulève en effet « un problème majeur de rupture de confiance entre les petits investisseurs et la Bourse ». Indiquant  que les performances réalisées en matière d’attraction de l’épargne par les dernières  introductions en Bourse sont sur une pente fortement décroissante, l’assureur algérien rappelle que  «  dans le but de dynamiser le marché financier, nous avons déjà proposé qu’un montant de 1 à 3 % du chiffre d’affaires de toutes les institutions financières  soit consacré à l’animation du marché. Faute de quoi, ce montant devrait être prélevé sous forme de taxe qui devra alimenter une société spécialisée qui sera chargée de le faire ». « Cette action d’entraînement et d’animation du marché nous parait aujourd’hui indispensable, ajoute Hassan Khelifati, sinon,  les introductions en Bourse de nombreuses entreprises publiques et privées qui sont programmées pour les prochaines années et qui représentent des appels à l’épargne de plusieurs  milliards de dollars  risquent toutes de connaître le même sort. On doit désormais aller vite pour que les algériens retrouvent confiance dans la Bourse ». 

 

Une concurrence déloyale avec les compagnies publiques

 

Le PDG d’alliance se montre, par ailleurs, toujours aussi offensif dans la dénonciation des « distorsions de la concurrence » dont sont les compagnies d’assurance privées. Il dénonce notamment  une élimination des compagnies privées des grands marchés de commandes publiques au moyen de procédés qui contreviennent aux lois en vigueur en citant en exemple un « appels d’offre récent d’une société publique du BTP qui réclame 25 années d’activité et 4 milliards de dinars de capital social pour les compagnies soumissionnaires ». Le PDG d’Alliance annonce d’ailleurs que la plainte qui a été déposée par sa compagnie devant le Conseil National de la Concurrence a été rejetée par cette institution.

Ecouter l’émission :

Vidéo:


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

En 2040, pétrole, gaz, charbon et énergies fossiles se partageront à égalité le marché énergétique mondial (étude)

Selon le BP Energy Outlook 2018, si la demande sur le pétrole et d’autres carburants liquides croîtra, elle devrait progressivement « ralentir avant de se stabiliser pendant les dernières années » de la période couverte par les prévisions la compagnie britannique. La consommation de charbon dans le monde s’amenuisera tandis que celle du gaz devrait croître considérablement.

La Directrice d'Amnesty Algérie sur Radio M: 2017 a été l'année de la répression des migrants et des ahmadites (audio-vidéo)

Pour la directrice d’Amnesty International Algérie, invitée hier sur les ondes de Radio M, « Donald Trump a libéré les discours de haine dans le monde ». Les perspectives sociales dans le monde sont sombres, a-t-elle déploré, rappelant que plus de 6 milliards d’êtres humains seront affectées par les politiques d’austérité dans les trois prochaines années.

La Tunisie est l’Etat maghrébin le mieux classé dans l’indice de perception de la corruption de TI pour 2017

Cet indice de Transparency International (TI) mesure la perception de la corruption dans le secteur public. Pour 2017, la Nouvelle-Zélande, le Danemark et la Finlande y occupent, respectivement, la première, la deuxième et la troisième place, tandis que la Syrie, le Sud-Soudan et la Somalie ferment le classement à la 178e, la 179e et la 180e position respectivement.