Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

Adelane Mecellem : AXA Algérie sortira son premier résultat bénéficiaire en 2017

« Le pari algérien de AXA est de monter une compagnie de zéro et on considère que ce pari est réussi parce que nous aurons à la fin 2016 une compagnie qui va avoir une taille significative et qui va être bénéficiaire en 2017 ».

 

« 2007 sera l’année de la profitabilité de AXA Assurances Algérie, conformément au business plan initial de la compagnie d’assurance ».  Adelane Mecellem, Directeur général de AXA Assurances Algérie est revenu ce dimanche, à l’occasion de l’inauguration d’un son centre de formation, LEARNING@AXA, sur l’annonce la semaine dernière par des médias que la compagnie fermerait boutique en Algérie.

En marge d’une séance de formation sur les assurances au profit de médias nationaux, M. Mecellem a fait savoir que la compagnie qu’il dirige sortira son premier résultat bénéficiaire en 2017. «  Nous sommes à l’aise avec cette situation puisque c’était prévu dans le business plan initial », a-t-il affirmé. Et d’ajouter que  la compagnie d’assurances de personnes a atteint le niveau d’équilibre financier (break even) en 2014  et l’objectif premier de l’année 2016 est d’atteindre le break even de compagnie dommage. « Le break even pour les deux activités était prévu pour fin 2016, selon notre business plan initial », a-t-il résumé.

Dans cette optique, la compagnie va continuer son développement tant au niveau commercial qu’en termes de nouveaux produits. Il s’agit notamment du lancement de la déclaration par téléphone du sinistre avec à la clé un remboursement en 4 jours, du tiers payant pour les assurances vie, d’un espace client en ligne, de la numérisation des dossiers (GED) etc.

Le pari réussi de AXA en Algérie

 Pour Adelane Mecellem, AXA a choisi d’investir durablement en Algérie en créant une compagnie ex nihilo. « Au moment d’investir, deux choix s’offraient ; soit racheter une boite existante ou bien créer une compagnie de zéro. Le pari algérien de AXA est de monter une compagnie de zéro et on considère que ce pari est réussi parce que nous aurons à la fin 2016 une compagnie qui va avoir une taille significative et qui va être bénéficiaire en 2017 », a-t-il expliqué.

Selon lui, AXA Assurances détient 4% des parts du marché algérien, dispose d’un réseau de 72 agences à travers 35 wilayas, à raison de 2 agences créées par mois depuis son lancement, et de 500 salariés. « C’est considérable pour une compagnie créée il y a 4 ans », a-t-il dit. Et d’ajouter que le plus important ce n’est de sortir résultat toute de suite, mais de faire des investissements pertinents et durables qui permettent le développement et la croissance.

A propos de la croissance du chiffre d’affaires de la compagnie, M. Mecellem affirme qu’il sera au dessus du taux du marché, sans donner plus de détails. Interrogé sur la fermeture de certaines agences de la compagnie à travers le territoire nationale, le DG de AXA Algérie a précisé qu’il s’agit d’une dizaine d’agences qui sont fermées « parce qu’elles n’ont pas atteint les objectifs voulus » pour en ouvrir d’autres ailleurs. « D’ailleurs,  on prévoit d’ouvrir 25 nouvelles agences en 2016 », a-t-il précisé, estimant que le marché algérien reste très prometteur malgré la baisse des nouvelles immatriculations pour la branche automobile qui pèse plus de 50 % du marché.  


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...