Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Noreddine Izouaouen
  • samedi 30 décembre 2017 15:51

Algérie: Le DGI plaide pour l'assainissement des 12 000 milliards DA de "restes à recouvrer"

Le Directeur Général des impôts Mustapha Zikara a estimé ce samedi que l'Administration fiscale réalise ses objectifs annuels de recouvrement de la fiscalité.

 

Intervenant lors du Forum de Algérie Eco, ce samedi à l'hôtel El Aurassi, le Directeur Général des impôts Mustapha Zikara a indiqué que la fiscalité ordinaire réalisée jusqu'au 30 novembre dernier, a atteint 2994,5 milliards de dinars sur un objectif de 3000 milliards, soit un taux de 91% des objectifs. Concernant les produits fiscaux, le chiffre a atteint 2626,8 milliards de dinars sur un objectif de 2928 milliards, soit 90% du taux de recouvrement.

En réponse aux critiques faites annuellement par la Cours des comptes, l'hôte du Forum d'Algérie Eco dira qu'aujourd'hui il existe quelques 12 000 milliards de dinars comme "reste à recouvrer". "Sur les 12000 milliards dinars, 8000 sont des amendes judiciaires, dont 5500 concernent la banque la BRC qui n'existe pas aujourd'hui et n'a rien à payer", a-t-il dit. Ainsi, le responsable a plaidé pour l'assainissement de ce reste car il existe des restes à recouvrir qui datent des années 60. "Ces 12000 milliards de dinars ne sont plus une fiscalité réelle", a indiqué le responsable.

À propos des wilayas qui participent fortement au recouvrement du Budget de l'Etat, le DG des impôts dira que la Direction générale des grandes entreprises (DGE) vient en premier lieux avec plus de 60%, suivie par la direction d'Alger Centre, Sétif, Oran et Bilda. 

Concernant de la suspension de l'importation de près de 900 produits décidée par le ministère du Commerce, M. Zekara a indiqué que cette disposition affectera beaucoup plus les recettes des services douaniers que celles des Impôts. Sur ce sujet, il a rappelé que les recettes douanières sont déjà en baisse depuis quelques années. Selon l'intervenant les services des Impôts n'ont pas encore évalué les pertes fiscales que va engendrer la suspension d'importation de ces 900 produits.

Par ailleurs, M. Zekara a estimé que la participation des entreprises privées dans le budget de l'Etat demeure importante. " Sur le top 10 des entreprises qui participent au budget de l'Etat, il existe au moins quatre du secteur privé", a-t-il dit. 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.