Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Nadir Allam
  • vendredi 29 septembre 2017 18:14

Avant- projet de loi de finance 2018 : Les trouvailles de Ahmed Ouyahia

Le Gouvernement entend instituer un impôt sur la fortune, étendre la finance islamique et augmenter le budget d’équipement pour parer à l’impasse budgétaire.

 

Le Gouvernement Ouyahia est prêt à tout pour parer au stress budgétaire que vit le pays. Après avoir surpris l’opinion en recourant au financement non conventionnel, il est en train de mijoter la Loi de finances 2018 qui, elle non plus, ne manquera pas de surprendre les Algériens tant elle comporte des nouveautés.

L’impôt sur la fortune

Ahmed Ouyahia a déclaré mercredi, en réponse aux préoccupations des membres du Conseil de la Nation soulevées lors des débats sur le programme d'action du Gouvernement, qu’un impôt sur la fortune sera proposé dans l'avant-projet de Loi de finances 2018. Ce faisant, le Premier Ministre a expliqué que cet impôt existe déjà mais d’une façon indirecte : l’impôt sur le patrimoine. Il s’agit d’instituer, dans la loi de finance 2018, un impôt plus direct sur la fortune, a-t-il précisé en soulignant que cet impôt ne touchera, au mieux, que 10% des Algériens, histoires de rassurer. Vrai ? Faux ? Pour l’heure, il n’y a que le Parti des Travailleurs (PT) qui a appelé à l’institution de ce type d’impôt.

La finance islamique 

Le Gouvernement prévoit, selon Ahmed Ouyahia, l'introduction des « chèques islamiques » dans le Trésor public au titre du projet de Loi de finances 2018.  Le recours à la finance islamique et la mise sur le marché financier de « produits bancaires hallal » va permettre au Gouvernement, selon lui, de récupérer une bonne partie de l’argent qui circule dans les circuits informels et dont les détenteurs évitent les circuits formels à cause de ce qu’ils appellent «Erriba » (l’usure), considérée illicite en Islam.  «  Comme cela, on va ramener l’argent de l’informel que  nos frères islamistes ne veulent pas introduire dans le circuit légal », a indiqué Ahmed Ouyahia le 21 septembre à l’APN. Ainsi, Ahmed Ouyahia entend mettre en place une loi destiné à une communauté précise, voire à une mouvance idéologique précise, les islamistes en l’occurrence, ce qui est, naturellement, contraire aux valeurs inaliénables de la République.

Augmentation du budget d’équipements

Le premier ministre a dit mercredi devant les sénateurs que « le budget de fonctionnement prévu pour l'exercice 2018 ne sera pas augmenté ». Il a toutefois fait savoir que le budget d'équipement sera revu à la hausse du fait de l'augmentation et ce, pour répondre aux coûts des projets de développement des communes et des crédits du Fonds spécial du Sud et des Hauts-plateaux, ainsi que l'assainissement des dettes des entreprises..

400 milliards de dinars pour les entreprises

Le Premier ministre a indiqué, à la même occasion, qu’un montant de 400 milliards de DA sera affecté au profit des entrepreneurs économiques dans le cadre de la Loi de finances 2018. Ce montant sera destiné au paiement des redevances dues aux entrepreneurs algériens et étrangers. « Les entrepreneurs sont en difficulté mais les chantiers ne sont pas à l’arrêt. Cette mesure est salutaire pour les  entrepreneurs et leur familles », a-t-il souligné  en citant, à titre d’exemple, une entreprise chinoise de construction dont le montant de ses redevances est estimé à 70 milliards de DA.


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • "Ahmed Ouyahia entend mettre en place une loi destiné à une communauté précise, voire à une mouvance idéologique précise, les islamistes en l’occurrence, ce qui est, naturellement, contraire aux valeurs inaliénables de la République."

    Ah bon ! Si les gens du PT ou du RCD voudraient prêter sans intérêts, ils leurs sera refusé car ils n'ont pas la carte d'islamistes...

    Au lieu de faire dans l'anti-islamisme primaire, une remarque plus judicieuse aurait été de se demander en quoi cette finance augmenterait le budget de l'Etat.

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan vendredi 29 septembre 2017 20:42
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole- La reconduction de l’accord de réduction de la production se ferait après une interruption de quelques mois

« Tout porte à croire que l’accord sera reconduit vers la fin de l’année 2018 et qu’aucune décision ne sera prise, dans ce sens, à la réunion de l’Opep de novembre prochain », indiquent des sources citées par Reuters qui précisent qu’une telle décision sera prise en fonction de la situation du marché.

Maroc - Le PIB du tourisme a progressé de 5% en 2016 (HCP)

Selon une note d'information du Haut Commissariat marocain au Plan, la contribution du tourisme au PIB marocain est, en revanche, restée presque stable en 2016, par rapport à 2015 (6,6% contre 6,5%).

Horst Köhler en tournée dans la région : l’ONU reprend sa médiation dans le dossier sahraoui

L’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, qui a rencontré le roi du Maroc mardi, a discuté hier avec les responsables sahraouis des moyens de relancer les négociations de Manhasset interrompues en 2012.