Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Nadir Allam
  • dimanche 17 septembre 2017 17:38

Recours aux financements non conventionnels : Ouyahia nargue les experts

Ahmed Ouyhia lors de la présentation du Plan d’action de son gouvernement devant les députés de l’APN/ Ph : Ahmed SaharaAhmed Ouyhia lors de la présentation du Plan d’action de son gouvernement devant les députés de l’APN/ Ph : Ahmed Sahara

Le Premier ministre accuse les détracteurs de « financement non-conventionnel » de ne pas avoir  la mesure et de se tromper sur les objectifs qui lui sont assignés.

 

Ahmed Ouyahia refuse de reculer devant les critiques des experts, malgré leur virulence. Lors de la présentation de son plan d’action ce dimanche à l’Assemblée Nationale,  il leur a répondu sur deux niveaux : en les accusant de ne pas avoir compris la mesure et, d’autre part, en en expliquant les objectifs qui ne sont pas ceux qu’ils ont relevés.

« Certaines voix ont accueilli l’annonce du recours au financement non conventionnel interne en prédisant au pays une explosion de l’inflation. Le Gouvernement tient donc à rassurer la population avec deux arguments. En premier lieu, les fonds qui seront empruntés par le Trésor auprès de la Banque d’Algérie ne sont pas destinés à alimenter la consommation mais bien à financer l’investissement public ce qui ne sera donc pas source d’inflation. En second lieu, le Trésor fait face actuellement à une dette publique qui ne dépasse pas les 20% du Produit intérieur brut. Il dispose ainsi d’une marge raisonnable d’endettement », a-t-il dit en soulignant, à titre comparatif, que « le pays européen disposant des finances publiques les plus solides a aussi une dette publique proche de 70% du Produit Intérieur Brut ».

Mieux, le Premier ministre considère qu’en optant pour « le financement non-conventionnel », «  l’Algérie vient de s’assurer la sauvegarde de son indépendance financière et la poursuite de son effort de construction nationale ». Et comme pour clore le bal des polémiques suscitées par cette option, il affirme que « le Gouvernement entend accompagner cette solution avec les réformes requises pour que les Finances publiques retrouvent leur équilibre ».

Pour rappel, les experts qui ont exprimé leur rejet du recours du Gouvernement à la planche à billets pour financer l’économie, on affirmé que cette option enclencherait d’un processus inflationniste qui ravagerait le pouvoir d’achat des ménages et créerait des distorsions dans la sphère économique et, à terme, installer le pays dans un chaos à bien des égards comparable à celui qui sévit au Venezuela. 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole- La reconduction de l’accord de réduction de la production se ferait après une interruption de quelques mois

« Tout porte à croire que l’accord sera reconduit vers la fin de l’année 2018 et qu’aucune décision ne sera prise, dans ce sens, à la réunion de l’Opep de novembre prochain », indiquent des sources citées par Reuters qui précisent qu’une telle décision sera prise en fonction de la situation du marché.

Maroc - Le PIB du tourisme a progressé de 5% en 2016 (HCP)

Selon une note d'information du Haut Commissariat marocain au Plan, la contribution du tourisme au PIB marocain est, en revanche, restée presque stable en 2016, par rapport à 2015 (6,6% contre 6,5%).

Horst Köhler en tournée dans la région : l’ONU reprend sa médiation dans le dossier sahraoui

L’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, qui a rencontré le roi du Maroc mardi, a discuté hier avec les responsables sahraouis des moyens de relancer les négociations de Manhasset interrompues en 2012.