Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   Nadir Allam
  • dimanche 17 septembre 2017 17:38

Recours aux financements non conventionnels : Ouyahia nargue les experts

Ahmed Ouyhia lors de la présentation du Plan d’action de son gouvernement devant les députés de l’APN/ Ph : Ahmed SaharaAhmed Ouyhia lors de la présentation du Plan d’action de son gouvernement devant les députés de l’APN/ Ph : Ahmed Sahara

Le Premier ministre accuse les détracteurs de « financement non-conventionnel » de ne pas avoir  la mesure et de se tromper sur les objectifs qui lui sont assignés.

 

Ahmed Ouyahia refuse de reculer devant les critiques des experts, malgré leur virulence. Lors de la présentation de son plan d’action ce dimanche à l’Assemblée Nationale,  il leur a répondu sur deux niveaux : en les accusant de ne pas avoir compris la mesure et, d’autre part, en en expliquant les objectifs qui ne sont pas ceux qu’ils ont relevés.

« Certaines voix ont accueilli l’annonce du recours au financement non conventionnel interne en prédisant au pays une explosion de l’inflation. Le Gouvernement tient donc à rassurer la population avec deux arguments. En premier lieu, les fonds qui seront empruntés par le Trésor auprès de la Banque d’Algérie ne sont pas destinés à alimenter la consommation mais bien à financer l’investissement public ce qui ne sera donc pas source d’inflation. En second lieu, le Trésor fait face actuellement à une dette publique qui ne dépasse pas les 20% du Produit intérieur brut. Il dispose ainsi d’une marge raisonnable d’endettement », a-t-il dit en soulignant, à titre comparatif, que « le pays européen disposant des finances publiques les plus solides a aussi une dette publique proche de 70% du Produit Intérieur Brut ».

Mieux, le Premier ministre considère qu’en optant pour « le financement non-conventionnel », «  l’Algérie vient de s’assurer la sauvegarde de son indépendance financière et la poursuite de son effort de construction nationale ». Et comme pour clore le bal des polémiques suscitées par cette option, il affirme que « le Gouvernement entend accompagner cette solution avec les réformes requises pour que les Finances publiques retrouvent leur équilibre ».

Pour rappel, les experts qui ont exprimé leur rejet du recours du Gouvernement à la planche à billets pour financer l’économie, on affirmé que cette option enclencherait d’un processus inflationniste qui ravagerait le pouvoir d’achat des ménages et créerait des distorsions dans la sphère économique et, à terme, installer le pays dans un chaos à bien des égards comparable à celui qui sévit au Venezuela. 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le non-Maghreb et son coût [ LE BLOG ]

  Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d’une situation qui n’a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c’est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du « non-Maghreb » équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional...

La Banque centrale tunisienne s’intéresse aux applications pratiques de la Blockchain

  L’”Africa Blockchain Summit”, se tiendra à Tunis en mai 2018 et portera sur la thématique de la technologie des registres distribués (Blockchain).

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.