Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 16 Décembre 2017

  •   Maghreb Emergent avec APS
  • lundi 4 septembre 2017 19:20

Algérie- Ouyahia veut ouvrir la voie au financement non conventionnel de l'économie nationale

Un projet de loi amendant la loi sur la monnaie et le crédit sera prochainement présenté au conseil des ministres. Ce projet de loi qui ouvre la voie au financement non conventionnel  revêt un "caractère d'urgence".

 

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a annoncé lundi à Alger l'élaboration d'un projet de loi amendant la loi actuelle sur la monnaie et le crédit et qui ouvre la voie au financement non conventionnel  de l'économie nationale.

Dans une déclaration à l'APS en marge de l'ouverture de la session ordinaire du Conseil de la nation, M. Ouyahia a indiqué que ce projet de loi sera présenté au conseil des ministres, précisant que cette loi permettra d'ouvrir la voie au financement non conventionnel de l'économie nationale.

Le président du Conseil de la nation Abdelkader Bensalah a évoqué dans une allocution d'ouverture de la session ordinaire du conseil, l'éventualité de soumettre un projet de loi complétant l'ordonnance 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au crédit, ajoutant que "ce projet pourrait être inscrit à l'ordre du jour en début de session en tant que question présentant un caractère d'urgence".

Répondant à une question sur les licences d'importation, le Premier ministre a précisé que "ces licences sont toujours en vigueur" et que le gouvernement a apporté les éclaircissements nécessaires concernant ce point.

Poursuivre les projets de montage automobile

S'agissant des projets de montage de véhicules en Algérie, M. Ouyahia a affirmé que ces derniers "se poursuivent". "Si l'Algérie avait préservé son industrie dans ce domaine depuis l'indépendance, nous serions aujourd'hui en train de produire des véhicules de fabrication algérienne", a souligné le Premier ministre.

"Le Japon et la Corée du Sud, qui sont les leaders mondiaux de l'industrie automobile, avaient débuté avec le boulon et le tournevis", a-t-il fait remarqué avant de poursuivre "pourquoi sommes-nous aujourd’hui  pressés en Algérie d’atteindre ce niveau?


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • Lisez Sid Kaci et vous serez en mesure de tout comprendre. Il a tout expliqué en 2014 dans LE COMPLOT
    Il a prédit le retour de Ouyahia comme Chef de gouvernement avant le chaos total.

    Ouyahia va revendre El Hadjar au Da symbolique et mettre les cadres intègres en prison après avoir gelé les salaires.

    Le statut quo et toutes les mesures pour précipiter le chaos seront une évidence lorsque vous saurez que le but recherché depuis 2014 est de détruire la grande muette après avoir sacrifié la vache à lait offerte à un traitre..

    Rapporter Gostavous mercredi 6 septembre 2017 09:23
  • On peut être d'accord avec Ouyahia quand il dit "Si l'Algérie avait préservé son industrie dans ce domaine depuis l'indépendance, nous serions aujourd'hui en train de produire des véhicules de fabrication algérienne"
    On peut aussi lui répondre que si lui-même et Bouteflika avaient préservé l'industrie algérienne depuis 20 années qu'ils sont au pouvoir, on n'en serait pas là.
    La question est donc : pourquoi devrait-on faire confiance à des bras cassés ou à des apparatchiks qui ont échoué?
    Qu'ils s'en aillent, on verra bien quoi faire.

    Rapporter Ali Boron mardi 5 septembre 2017 17:55
  • Dans le monde les patrons de l'industrie automobile sont des ingénieurs en mécanique auto ou des supères managers issus de très grands écoles. En Algérie ils sont à la limite de l'analphabétisme. Ils ne connaissent que la CHKARA ET LES CHIKOROCRATES MADE IN BESSMA DJAZAIRIA

    Comme dit le mauvais adage populaire algérien: FAHEM OUALA KARI (Comprenant plutôt qu'instruit)

    AIDKOUM MOUBAREK


    Cordialement, GUENZET SOFIANE

    Rapporter GUENZET SOFIANE mardi 5 septembre 2017 14:31
  • Pour ceux qui ne comprennent pas ce langage technique abscons, voici un résumé:

    Urgent = les caisses sont vides

    Financement non-conventionnel = rachat par la BA des bons du trésor ET/OU avances par la BA au trésor = planche à
    billets pour le faire = inflation à 2 chiffres = investissement dans les boites de conserve de tomates..

    A part cela, bon Aid...

    Rapporter Hayy ibn Yaqdhan mardi 5 septembre 2017 07:18
  • Donc notre problème, vient du fait que nous sommes plus pressés que les japonnais et les coréens !!! ?? ALLAH IBARAK !!

    Rapporter hox lundi 4 septembre 2017 22:36
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le non-Maghreb et son coût [ LE BLOG ]

  Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d’une situation qui n’a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c’est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du « non-Maghreb » équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional...

La Banque centrale tunisienne s’intéresse aux applications pratiques de la Blockchain

  L’”Africa Blockchain Summit”, se tiendra à Tunis en mai 2018 et portera sur la thématique de la technologie des registres distribués (Blockchain).

Algérie: Ouyahia et Haddad signeront une charte de partenariat public-privé en janvier

La signature de cette charte sera une autre action rapprochant davantage le gouvernement Ouyahia du FCE, après l’université d’été de l’organisation patronale tenue en septembre dernier et qui a été marquée par la participation du Premier ministre mais aussi un certain nombre de ministres.