Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Octobre 2017

  •   Maghreb Emergent
  • vendredi 4 août 2017 16:32

Le FMI recommande à la Tunisie une loi de finances 2018 "juste et viable" et un ajustement de la masse salariale

 

Björn Rother, qui a dirigé l’équipe du FMI estime que « la maîtrise de la masse salariale, qui à 14,1 % du PIB l’an dernier était l’une des plus élevées au monde, revêt une importance cruciale ».

 

 « Il sera primordial d’éviter toute autre détérioration du déficit budgétaire durant l’exercice actuel et de préparer une loi de finances juste et viable pour 2018 ». C’est ce que recommande la mission du Fonds monétaire international (FMI) qui a séjourné en Tunisie, du 26 juillet au 3 août, pour examiner, avec les autorités tunisiennes, les perspectives économiques et les politiques à mettre en œuvre dans le cadre du programme de réformes économiques appuyé par un accord quadriennal au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC) approuvé en mai 2016.

Björn Rother, qui a dirigé l’équipe du FMI, estime aussi,  dans la déclaration finale de l’équipe rendu publique jeudi, que « la maîtrise de la masse salariale, qui à 14,1 % du PIB l’an dernier était l’une des plus élevées au monde, revêt une importance cruciale ». « Des ajustements importants sont nécessaires cette année et l’année prochaine pour compenser les dérapages et remettre la masse salariale sur une trajectoire lui permettant d’atteindre l’objectif de 12 % du PIB en 2020 », recommande-t-il. Selon lui,  une poursuite du resserrement de la politique monétaire et de l’assouplissement du taux de change seront également essentiels pour la réduction des déséquilibres macroéconomiques persistants.

Pour le FMI, des réformes structurelles ambitieuses seront encore déterminantes dans les efforts que déploie la Tunisie pour assurer une croissance inclusive et un relèvement des niveaux de vie pour l’ensemble de la population. La modernisation de la fonction publique, la viabilité du régime de retraite et l’élargissement de l’accès au crédit seront de nature à doper la croissance, à réduire les déséquilibres et à dégager des ressources pour financer les investissements prioritaires dans les infrastructures, l’éducation et la santé. La mise en place d’une instance anti-corruption efficace permettra d’élargir l’éventail d’instruments à la disposition du gouvernement dans sa lutte contre la corruption et les pratiques commerciales illicites, a-t-on jouté.

Des défis subsistent

Sur les perspectives de l’économie tunisienne, le FMI juge qu’elles s’améliorent lentement, « mais les défis subsistent ». » « La croissance est en voie d’atteindre les 2.3 pour cent en 2017, soutenue par la reprise dans les phosphates, l’agriculture et le tourisme. Cependant, les entraves structurelles de l’économie continuent de peser sur les exportations », explique-t-on. Et de constater que la vigueur de la consommation, impulsée par les augmentations salariales, a des conséquences inflationnistes (l’inflation sous-jacente a grimpé à 5,5 % en juin) et entraîne un creusement des déficits budgétaire et extérieur au demeurant déjà élevés. « Cette dynamique exerce des pressions à la baisse sur le dinar. La dette publique et la dette extérieure se sont hissées à 65 % du PIB et 73 % du PIB, respectivement, en juin. La lenteur de la création de nouveaux emplois et les débouchés économiques limités continuent d’affecter la population tunisienne ».

La mission du FMI estime en outre que les autorités tunisiennes ont déjà accéléré leur réaction aux tensions économiques. Elle s’est réjouit que le gouvernement ait augmenté les prix administrés des carburants en juillet, « réduisant ainsi les subventions énergétiques inefficientes ». de même pour la récente « intensification de la lutte du gouvernement contre la corruption (qui)  a mobilisé un vaste soutien public » ainsi que la participation de la Tunisie au Compact with Africa, initiative du G20, qui a « aidé le pays à démontrer son potentiel considérable en matière d’investissement ».

« La Banque centrale de Tunisie s’est orientée vers une plus grande flexibilité du taux de change pour aider à aligner le dinar sur ses fondamentaux et maintenir les réserves à un niveau adéquat. Un resserrement de la politique monétaire, avec deux augmentations du taux directeur pour le porter à 5 % et de nouvelles limites macroprudentielles, a contribué à modérer l’inflation et à soutenir le dinar », a encore constaté la mission du FMI.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- A l'horizon 2020, "le Trésor public n'aura besoin de recourir à aucun financement" (ministre)

Le déficit du Trésor public devrait baisser à 55 milliards de dinars en 2019 grâce au recours au financement non conventionnel, a indiqué dimanche le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya.

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l’aventure algérienne (2ème partie)

  Dans la première partie de cette contribution sur le gaz de schiste, l’auteur a dressé le panorama de l’industrie des hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis. Qu’en est il de l’Algérie ?       II.            Et l’Algérie dans tous ça ! quel exemple ? Prédisposition géologique, vers une pétrolisation du schiste Les bassins d’hydrocarbures algériens consistent dans deux formations de gaz et de pétrole, le schiste du Silurien...

Les réserves de change de l'Algérie devraient baisser à 85,2 milliards de dollars fin2018 (ministre)

Les importations devraient poursuivre une tendance baissière pour atteindre 43,6 mds usd en 2018, puis 41,4 mds usd en 2019 et 40,9 mds usd en 2020.